Mise à jour de la liste d’abréviations utilisées en chinois

J’avais publié en juin 2014 une liste d’un peu moins de trois cents abréviations utilisées en chinois. Au fil du temps, j’en ai rencontré de nouvelles et j’ai enrichi cette liste.
Ci-dessous, l’introduction du document que je mets ici à disposition pour téléchargement.
En chinois, comme dans toutes les langues, on a souvent recours à des abréviations. Le mode de formation des abréviations chinoises est particulier : le chinois s’écrit à l’aide de caractères, appelés parfois sinogrammes, qui ont une forme fixe et définitive. Il n’est donc pas possible de sélectionner une partie d’un caractère pour abréger sa graphie.
Dès lors, pour abréger un mot ou une expression formé de plusieurs caractères, la stratégie d’abréviation constitue à réduire le nombre de caractères utilisés pour former de mot. Par exemple, le mot 委员会 [wěiyuánhuì], qui signifie commission ou conseil, peut être abrévé en 委会 [wěihuì] ou 委 [wěi]. Exemple : 大陆委员会 [dàlù wěiyuánhuì], Mainland Affairs Council (Commission des affaires du continent), organisme taïwanais chargé des relations avec la Chine continentale, est couramment abrégé en 陆委会 [lù wěi huì]. Remarquons au passage que le mot 大陆 [dàlù], « continent » (souvent utilisé pour désigner la Chine continentale) a été abrégé en 路 [lù]. Autre exemple : le « comité des villageois », 村民委员会 [cūnmín wěiyuánhuì], est abrégé en 村委会 [cūn wěi huì].
Les noms de pays sont également abrégés le plus souvent. Ainsi, la « France » est appelée 法国 [fǎguó] ; il faut noter que le sinogramme 法 est en réalité le premier sinogramme qui compose le mot 法兰西 [fǎlánxī], qui est une transcription phonétique du mot « France ». Soulignons que ce n’est pas forcément le premier sinogramme du mot qui est choisi : les États-Unis d’Amérique sont appelés 美国 [měiguó]. Ici, le sinogramme 美 [měi] est le deuxième du mot 阿美利坚 [āměilìjiān], qui est la transcription phonétique du mot « America ». Or, le sinogramme 阿 [ā] a souvent une connotation péjorative, il a donc été jugé inapproprié de l’utiliser pour abréger le nom du pays ; c’est aussi en raison de la connotation péjoratif de ce caractère que le nom non abrégé utilisé aujourd’hui pour désigner les États-Unis d’Amérique (美利坚合众国 [měilìjiàn hézhòngguó]) s’est vu amputer du préfixe infâmant 阿.
Pour les noms des municipalités autonomes et provinces de Chine, il existe des « abréviations » officielles en un seul caractère. Les caractères utilisés sont souvent les anciens noms, monosyllabiques, des cités ou des royaumes antiques qui se situaient dans les régions concernées. Par exemple, le Royaume de Lu (鲁国 [lǔguó]) occupait la région de la province actuelle du Shandong (山东 [shāndōng]) ; sur les plaques d’immatriculation des véhicules immatriculés dans cette province, c’est le caractère 鲁 qui est utilisé. D’autres fois, c’est un caractère du nom moderne de la province ou de la municipalité qui est utilisé : les véhicules immatriculés à Beijing 北京 [běijīng] (Pékin) ont sur leur plaque le caractère 京 [jīng] ; ceux immatriculés dans la province du Jiangsu 江苏 [jiāngsū], le caractère 苏 [sū].
De nombreuses abréviations utilisent un caractère ou un groupe de caractères répété dans une expression plus longue, et un nombre. Par exemple, l’expression 四个自信 [sìge zìxìn], « quatre confiances en soi », est en quelque sorte le « résumé » du concept politique dont la formulation complète est : « confiance en sa voie du socialisme aux spécificités chinoises (中国特色社会主义道路自信 zhōngguò tèsè shèhuì zhǔyì dàolù zìxìn), confiance en ses thé\eories (理论自信 lǐlùn zìxìn), confiance en son système (制度自信 zhìdù zìxìn), confiance en sa culture (文化自信 wénhuà zìxìn) ».
Selon le même principe sont constituées des expressions qui désignent par exemple un groupe de personnes : ainsi, l’expression « deux Lu » (二陆 [èr Lù]) désigne deux hommes de lettres du IIIe siècle, qui partageaient le même patronyme « Lu » : Lu Ji 陆机 et Lu Yun 陆云.
Dans les abréviations, les numéraux utilisés ne sont pas forcément cardinaux, ils peuvent aussi être ordinaux. Par exemple, 一战 [yīzhàn] et 二战 [èrzhàn] sont respectivement les abréviations de 第一世家大战 [dìyī shìjiè dàzhàn] et de 第二世界大战 [dìèr shìjiè dàzhàn], la Première et la Seconde Guerre Mondiale.
Enfin, tout comme en français on parle des « Trois mousquetaires » (Porthos, Aramis, Athos), on rencontre souvent en chinois des expressions telles que « les trois dynasties » (三代 [sāndài], les dynasties antiques des Xia 夏, des Shang 商et des Zhou 周).
La deuxième version du présent document représente une mise à jour assez importante de la première version, publiée en juin 2014, qui possédait un peu moins de 300 entrées (voir ici) . Dans cette version-ci, le nombre des entrées est porté à un peu moins de 800. Elle est bien entendu très loin d’être exhaustive, et est destinée à être enrichie au fur et à mesure de nos recherches.
P.S. : Les liens ci-dessous permettront peut-être de compléter les informations données ici :
Article 缩写 sur Wikipedia
Article 缩写 sur Baidu
Article 简称 sur Baidu
Article à propos de « l’invasion » des sigles étrangers en chinois moderne sur la version française du Quotidien du Peuple

Cet article, publié dans vocabulaire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s