Sino-cinoche : Épouses et concubines (《大红灯笼高高挂》)

En 1991 est sorti sur le grand écran un film mis en scène par Zhang Yimou (张艺谋 [zhāng yìmóu]) : 《大红灯笼高高挂》 [dàhóng dēnglóng gāogāo guà], intitulé en français Épouses et Concubines, en anglais tout simplement Raise the Red Lantern.
Ce film est une adaptation d’un court roman de Su Tong (苏童 [sū tóng]), Épouses et Concubines (《妻妾成群》 [qīqiè chéngqún]), dont Sinoiseries a parlé récemment (ici).
Le rôle de la jeune quatrième concubine, Songlian (颂莲 [sònglián]) est joué par l’actrice chinoise Gong Li (巩俐 [gǒng lì]).
Comme le roman, ce film présente l’histoire d’une jeune femme de 19 ans, étudiante qui, suite au décès de son père et à la faillite de l’entreprise familiale, doit accepter de se marier à un homme riche, dont elle devient la quatrième concubine.
Le récit est surtout celui des grandes familles de l’ancienne société chinoise (l’histoire se déroule à l’époque des Seigneurs de la guerre, dans les années 1910 ~1920), dans laquelle les maîtres font régner un ordre traditionnel implacable. L’épouse principale et les concubines sont contraintes de cohabiter. Elles utilisent tous les moyens qu’elles ont à leur disposition pour capter les faveurs du chef de famille. Les rivalités entre épouses sont implacables, tragiques. Certaines sont capables des pires manigances.
L’ordre moral traditionnel, les règles de conduite du clan font loi, et il n’est bien entendu pas question de s’en écarter. Le sort de la troisième concubine, Meishan (梅珊 [méishān]), jeune femme qui ressasse les souvenirs de l’époque où elle était une actrice d’opéra renommée, en est la triste démonstration. Elle devient la maîtresse du médecin de famille, et c’est de sa vie qu’elle paie cette infidélité, tandis que la jeune Songlian, témoin de l’assassinat, sombre dans la folie.
Zhang Yimou déploie dans ce film en beau talent de metteur en scène. Gong Li est bien entendu superbe !
Le scénario du film s’éloigne un peu du roman, sans toutefois en trahir l’esprit.
Le roman de Su Tong a également été adapté en 1993 en un feuilleton télévisé (23 épisodes) par la chaîne taiwanaise CTS (Chinese Television System) (华视 [huáshì], abréviation de 中华电视公司 [zhōnghuá diànshì gōngsī]), dont le scénario s’éloigne beaucoup plus de l’œuvre originale.
Ci-dessous, l’affiche du film (l’image vient de l’article que Wikipedia consacre en chinois au film, voir ici.)

Publicités
Cet article, publié dans Cinoche, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s