Bibliographie : Su Tong, Épouses et Concubines

Épouses et Concubines (《大红灯笼高高挂》 [dàhóng dēnglóng gāogāo guà], littéralement « lanternes écarlates suspendues bien haut ») est le titre d’un film de Zhang Yimou (张艺谋 [zhāng yìmóu]) sorti en 1991, film qui a connu un franc succès en Occident (en Chine également).
Ce film est inspiré d’un court roman, intitulé de la même façon dans sa traduction française, en chinois Épouses et Concubines en foule (《妻妾成群》 [qīqiè chéngqún]), de Su Tong (苏童 [sū tóng]).
Su Tong (littéralement « l’enfant de Suzhou »), de son vrai nom Tong Zhonggui (童中贵 [tóng zhōngguì]) est né en 1963 à Suzhou. Il a publié de nombreuses œuvres de fiction. C’est le film de Zhang Yimou qui lui a permis d’accéder à la notoriété.
L’histoire racontée dans Épouses et Concubines est celle d’une jeune femme, Songlian, étudiante de 19 ans, qui à la mort de son père est vendue par sa belle-mère comme concubine à un riche marchand. Elle est la quatrième épouse.
D’abord favorite de son mari, elle se met à dos l’épouse principale et les autres concubines et finit par être délaissée. Suite à l’assassinat de la troisième épouse Meishan, coupable d’adultère et jetée dans un puits de la demeure familiale, Songlian sombre dans la folie.
La traduction française de ce court roman, réalisée par Annie Au Yeung et Françoise Lemoine, a été publiée en 1992 chez Flammarion. Cette traduction me semble médiocre. Le français est parfois un peu laborieux, et je pense que certaines traductions sont beaucoup trop littérales, par exemple : l’aphrodisiaque appelé « huile des trois fouets » (三鞭神油 [sānbiān shényóu]) est en réalité une mixture préparée à partir des pénis de trois espèces d’animaux ; la « porte en forme de lune » (月牙门 [yuèyǎmén]) serait plutôt une ouverture de forme ronde percée dans un mur de séparation dans un jardin (les ouvertures en forme de croissant de lune sont rarissimes) ; quant au « transport des marchandises nécessaires pour la fête (du nouvel an) », c’est certes une traduction littérale de l’expression chinoise 搬年货 [bān niánhuò], mais il s’agit plutôt, en réalité, de courir les boutiques pour réunir tout ce qui est nécessaire pour célébrer dignement le nouvel an chinois.
Épouses et Concubines a été publié dans le Livre de Poche en 1997. (ISBN : 978-2-253-93279-6)

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, Littérature chinoise, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Bibliographie : Su Tong, Épouses et Concubines

  1. Ping : Sino-cinoche : Épouses et concubines (《大红灯笼高高挂》) | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s