Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (4)

(La première, la deuxième et la troisième parties des aventures de Duan Yu se trouvent ici, ici et ici).
Ayant échappé aux griffes du malfaisant Jiu Mozhi grâce à la complicité d’Abi et d’Azhu, Duan Yu débarque donc sur l’île de Li Qingmeng. Cette dernière a pour passion la culture des camélias (茶花 [cháhuā]), et se pique de collectionner dans les jardins de son île quelques spécimens rares. Mais il se trouve que le jeune prince de Dali s’est également intéressé de près à cette espèce de fleurs. Il explique à Li Qingmeng que les fleurs qu’elle possède sont pour la plupart des plus communes, et qu’en outre elle ne sait pas cultiver les rares variétés de valeur qu’elle a pu réunir. Li Qingmeng est convaincue de son expertise et charge Duan Yu d’occuper les fonctions de jardinier, et de s’occuper des camélias de l’île. Ce n’est qu’à cela qu’il doit d’avoir la vie sauve.
Alors qu’il jardine, Duan Yu surprend une conversation entre Abi et Azhu d’une part, et la fille de Li Qingmeng de l’autre. Cette jeune fille, qui porte le doux nom de Wang Yuyan (王语嫣 [wáng yŭyān]), est éperdument amoureuse de son cousin, Murong Fu. Elle demande à Abi et Azhu des nouvelles du jeune homme. Lorsqu’il voit le visage de la jeune fille, Duan Yu n’en croit pas ses yeux : la donzelle ressemble comme deux gouttes d’eau à la « grande sœur fée » dont il avait découvert la statue et était tombé amoureux. Bien sûr, Duan Yu est fou d’amour pour Wang Yuyan, et il s’efforcera dans toute la suite du roman de la séduire. Dans la suite des pérégrinations, Duan Yu sauve plusieurs fois la vie à Wang Yuyan, qui reste malgré cela insensible à la flamme du jeune prince de Dali.
Après s’être enfui de l’île de Li Qingmeng, Duan Yu fait la connaissance à Wuxi de Qiao Feng (乔峰 [qiáo fēng]), le chef légendaire de la bande des mendiants, avec lequel il se lie d’amitié. Les deux hommes deviennent frères jurés.
Les pérégrinations de Duan Yu l’emmènent chez Su Xinghe (苏星河 [sū xīnghé]), le « vénérable sourd-muet » (聋哑老人 [lóngyǎ lǎorén]), qui défie les amateurs de jeu de go en leur proposant de résoudre un coup apparemment impossible. Duan Yu, grand amateur de ce jeu, tente de résoudre l’énigme mais échoue. C’est finalement un moinillon du monastère Shaolin, Xuzhu (虚竹 [xūzhú]), qui, par le plus grand des hasards, résout le problème. Cet épisode marque la première rencontre entre Duan Yu et Xuzhu.
Duan Yu est séparé de Wang Yuyan, qui retrouve enfin son bien-aimé cousin, Murong Fu. Ce dernier et sa suite se retrouvent par hasard au milieu de la réunion des « dix-milles immortels », nom pompeux qui désigne la rencontre organisée par quelques dizaines de bretteurs faits de bric et de broc, rassemblés pour conspirer contre une mystérieuse femme à laquelle ils sont contraints d’obéir. Duan Yu, arrivé un peu plus tard, sauve une nouvelle fois la vie de Wang Yuyan.
Duan Yu parvient ensuite au Palais du vautour subtil (灵鹫宫 [língjiùgōng]), qui est le repère de l’« Aïeule enfantine » (童姥 [tónglǎo]). Cette dernière dirige d’une main de fer la « secte sans entraves ». Là, Duan Yu et Xuzhu se retrouvent, se lient d’amitiés et deviennent frères jurés.
Lors d’une assemblée des héros tenue au Monastère Shaolin, Duan Yu retrouve ses deux frères jurés, Qiao Feng (qui a entretemps pris le nom de Xiao Feng 萧峰 [xiāo fēng], depuis qu’il a appris son véritable patronyme) et Xuzhu. Xiao Feng, ennemi public numéro un de tous les bretteurs de Chine, est attaqué à la fois par trois des plus grands experts en arts martiaux du moment : Murong Fu, Ding Chunqiu (丁春秋 [dīng chūnqiū]), fondateur de la « secte des constellations » (星宿派 [xīngxiùpài]) et le nouveau chef de la secte des mendiants, Zhuang Juxian (庄聚贤 [zhuāng jùxián]). Duan Yu parvient à écarter Murong Fu du combat et le provoque en duel. Murong Fu blesse Duan Zhengchun venu porter secours à son fils Duan Yu. Ce dernier retrouve alors la maîtrise de l’épée fabuleuse des six méridiens, et bat Murong Fu à plates coutures. Pendant ce temps, Xuzhu met en déroute Ding Chunqiu, tandis que Xiao Feng se charge de Zhuang Juxian.
Après avoir défait, pour leur plus grande gloire, les trois plus illustres bretteurs de Chine, les trois frères jurés se séparent. Alors que Duan Yu est en train d’écouter le sermon d’un moine du monastère Shaolin, il est attaqué par surprise par Jiu Mozhi. Le jeune homme est gravement blessé.
Remis de ses blessures, il suit Wang Yuyan et Murong Fu jusque chez les Xia occidentaux. L’empereur des Tangoutes a en effet fait savoir qu’il organisait une grande compétition d’arts martiaux pour choisir son futur genre, qui lui succèdera également sur le trône de son empire. Murong Fu, qui rêve de pouvoir impérial, a décidé de participer à cette compétition.
Croyant que Duan Yu est là pour lui faire concurrence, il parvient par une ruse de la plus grande bassesse à faire tomber Duan Yu dans un puits. Mais il se retrouve lui aussi au fond du puits, avec sa cousine Wang Yuyan. C’est lors de ce séjour au fonds du puits que Wang Yuyan se rend enfin compte que son cousin Murong Fu ne l’aime pas et que le seul digne de son amour est Duan Yu.
Duan Yu et Wang Yuyan prennent le chemin du retour à Dali, mais ils tombent dans une embuscade tendue par Li Qingmeng, la mère de Wang Yuyan, qui veut se venger de Duan Zhengchun dont elle a été l’une des nombreuses maîtresses. Son neveu Murong Fu l’aide dans cette entreprise. Après s’être saisi de Duan Zhengchun, Murong Fu tente de le forcer à lui céder le trône de Dali…
Dans le prochain épisode, nous verrons ce qu’il adviendra de Duan Zhengchun et de ses principales maîtresses, et apprendrons pourquoi l’amour qui unit Wang Yuyan et Duan Yu est impossible !
Dans l’extrait vidéo ci-dessous, les duels entre Duan Yu et Murong Fu, Xiao Feng et Zhuang Juxian, et Xuzhu et Ding Chunqiu au Monastère Shaolin :

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (4)

  1. Ping : Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (5) | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s