Jinologie : Ni Kuang, notice bio-bibliographique

Dans sa postface du roman Demi-dieux et Semi-démons, Jinyong indique que, à l’époque où ce roman était publié sous forme de feuilleton dans le Ming Pao, il a dû s’absenter de Hong Kong pendant quelque temps. Afin que le feuilleton ne soit pas interrompu, il a demandé à son ami Ni Kuang (倪匡 [ní kuāng]) de prendre la plume à sa place. Ni Kuang a écrit ainsi quelque 40.000 caractères pour ce roman. Lorsque l’œuvre a été publié sous forme de livre, cette partie rédigée par Ni Kuang, qui constituait en réalité une histoire indépendante, n’a pas été reprise.
Ni Kuang est l’un des grands noms de la littérature populaire chinoise moderne. Né en 1935 à Shanghai, il a d’abord été policier, puis a quitté la Chine pour gagner Hong Kong en 1957. Il a ensuite déménagé à San Francisco en 1992, avant de venir se réinstaller à Hong Kong en 2007.
Ni Kuang est un auteur extrêmement prolifique. Il a publié plus de 300 romans et a également été l’auteur de plus de 400 scénarios pour le cinéma.
Il est connu avant tout pour ses romans de science-fiction. Il a été le premier auteur chinois à vraiment s’illustrer dans ce genre. Il a également écrit un nombre important de romans policiers et de romans fantastiques. Il est également connu pour ses romans d’arts martiaux. Dans ses récits, il mélange volontiers les genres : fantastique, science-fiction, arts martiaux se mêlent volontiers.
Nombreux sont également les romans de Ni Kuang qui ont été adaptés au cinéma.
Certaines œuvres sont des séries d’histoires dans lesquelles le même personnage vit des aventures toutes plus palpitantes les unes que les autres. Le plus connu de ses personnages est un certain Wisely (卫斯理 [wèisīlǐ]), qui est expert en arts martiaux, est polyglotte et possède des connaissances quasi-illimitées. Les histoires de Wisely oscillent souvent entre fantastique et science-fiction. Les romans qui mettent en scène Wisely sont au nombre de 156. Ils ont été publiés entre 1963 et 2004. Wikipedia comporte un article consacré à Wisely, ici.
Un autre personnage de Ni Kuang très connu est Yuan Zhenxia (原振侠 [yuán zhènxiá]), chirurgien de talent formé au Japon, détective amateur, expert en arts martiaux et aventurier invétéré. Les histoires de ce personnage ne sont pas non plus exemptes de fantastique. Cette série comporte quelque 32 romans publiés entre 1981 et 1991. Elle a été adoptée à la télévision hongkongaise dans une série éponyme, dont le titre a été traduit en anglais par The Legendary Ranger. (Voir ici l’article de Wikipedia consacré à cette série.)
La troisième série la plus connue est celle consacrée à « Magnolia, la chevalière noire » (女黑侠木兰花 [nǚhēixiá mùlánhuā]). Cette chevalière des temps modernes est prête à tout moment à venir au secours de la veuve et de l’orphelin. Son fiancé est bien entendu à la hauteur de l’illustre héroïne. Quelque 60 romans content ses aventures, qui ont constitué les lectures favorites de toute une génération de lycéennes hongkongaises. Magnolia a bien entendu elle aussi portée au grand et au petit écran. La liste des soixante romans qui la mettent en scène est donnée dans l’article en chinois, très succinct, que Wikipedia consacre à cette série.
Les romans d’arts martiaux de Ni Kuang appartiennent à une veine assez réaliste. Chez lui, c’est « l’école externe » qui prédomine : ses personnages se sont formés en s’entraînant durement, leur force est physique, il est relativement peu question de la force interne et des techniques mettant en œuvre l’énergie vitale.
Ni Kuang a également écrit un certain nombre d’œuvres de fiction martiale au format nouvelle et au format « novella » (longue nouvelle ou court roman).
Ses livres ont fait l’objet de multiples éditions et rééditions, et se trouvent aussi bien à Hong Kong, qu’en Chine populaire ou à Taïwan.
L’article en anglais que Wikipedia consacre à Ni Kuang se trouve ici (la version française de l’article ne contient que très peu d’informations.)
Nous aurons l’occasion de présenter quelques-uns des récits de Ni Kuang dans la série Jinologie.
La photo de Ni Kuang reproduite ci-dessous vient d’un article du site khnet présentant la carrière littéraire de l’auteur. L’article est à lire en ligne ici.

Publicités
Cet article, publié dans Littérature chinoise, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s