Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (2)

Mise à jour le 20 juin 2018
(La première partie des aventures de Duan Yu se trouve ici).
L’amour que se portent Duan Yu et Mu Wanqing est impossible car, le hasard faisant mal les choses, le père de Mu Wanqing n’est autre que Duan Zhengming, le père de Duan Yu. Duan Zhengming, grand séducteur, a eu quelques aventures extra-conjugales et, au nombre de ses nombreuses maîtresses passées se trouve la mère de Mu Wanqing, Qin Hongmian (秦红棉 [qín hóngmiǎn]). Wanqing est donc la demi-sœur de Yu ! On a frisé l’inceste…
Grâce à sa maîtrise de la « technique divine du septentrion mystérieux », Duan Yu intègre, à son corps défendant, la force interne de nombreux experts en arts martiaux. Cela pose la base nécessaire pour l’assimilation par le jeune homme d’une troisième technique martiale de très belle facture : l’« épée fabuleuse des six méridiens » (六脉神剑 [liù mài shén jiàn]).
L’épée fabuleuse des six méridiens est la technique martiale la plus aboutie du clan Duan. Celui qui maîtrise cette technique s’appuie sur une force interne hors du commun de façon à la concentrer et en faire une lame d’épée invisible, aussi tranchante que l’épée coulée dans le meilleur acier. Cette technique requiert un tel niveau de force interne que personne n’a jamais réussi à maîtriser la totalité des six méridiens ; les plus experts réussissent à maîtriser deux méridiens, mais c’est déjà beaucoup.
Ce sont les secrets de cette technique que convoite un moine bouddhique du royaume de Pugyäl (en chinois 吐蕃 [tŭbō], souvent prononcé, à tort, [tŭfān] ; c’est un royaume tibétain), dénommé Jiu Mozhi (鸠摩智 [jiū mózhì]). Le moine Jiu est, dans ce roman, le méchant qui possède le niveau d’expertise martiale le plus haut. Dans son pays, il a d’ailleurs été élevé au rang de « maître national de Pugyäl » (吐蕃国师 [tŭbō guóshī]). Il maîtrise une technique presque aussi redoutable que l’épée fabuleuse des six méridiens : le « sabre de flamme » (火焰刀 [huŏyàndāo]), qui fonctionne sur des principes similaires.
Dans le but de s’accaparer le manuel secret de l’épée fabuleuse des six méridiens, il vient défier les vieux moines de Dali du Temple du Dragon Céleste. Il se trouve que lorsque Jiu arrive dans le temple où est conservé ce manuel, qui se présente sous la forme d’un sutra, Duan Yu vient justement de se réfugier dans la pièce où les moines se préparent à affronter Jiu. Ce dernier est vraiment trop fort, au point les forces réunies des six moines, chacun maîtrisant l’un des méridiens de la fameuse épée, ne font pas le poids devant le sabre de flamme du moine tibétain. Pendant le combat, Duan Yu, caché derrière le vénérable du monastère, assimile subrepticement et sans le vouloir vraiment, les secrets de l’épée des six méridiens. La force interne qu’il a accumulée est telle qu’il parvient à apprendre les six méridiens, ce que personne n’avait jamais réussi avant lui. Il réussit ainsi à sauver les moines de Dali, au nombre desquels se trouvent son empereur d’oncle et son père. Mais pendant le combat, le sutra dans lequel sont consignés les secrets de l’épée des six méridiens est détruit, si bien que Duan Yu est désormais la seule personne connaissant ces secrets. À la fin du combat, Jiu Mozhi parvient tou`t de même à se saisir de Duan Yu, et l’enlève.
Jiu avait expliqué qu’il avait scellé un pacte avec Murong Bo (慕容博 [mùróng bó])*, installé à Suzhou. La famille Murong est également un clan d’adeptes des arts martiaux, qui aurait réussi à maîtriser toutes les techniques martiales ou presque. Il manque cependant au clan deux ou trois bijoux, dont l’épée des six méridiens. Jiu avait promis à Murong de lui apporter le manuel décrivant cette technique. C’est la raison qu’il invoque d’ailleurs pour exiger des moines de Dali qu’ils lui remettent le manuel. Certes, Murong Bo n’est plus de ce monde, mais pour honorer sa promesse, Jiu Mozhi a décidé d’aller brûler le sutra sur la tombe de son ami. Étant donné que le sutra n’existe plus que dans la tête de Duan Yu, c’est ce dernier qui sera sacrifié sur la tombe de Murong.
Pendant le voyage qui conduit Jiu et le jeune Duan de Dali à Suzhou, le moine tibétain cherche par tous les moyens à soutirer à l’héritier du trône impérial de Dali les secrets de l’épée des six méridiens. Mais le jeune homme est d’une obstination peu croyable et, même sous la torture, refuse absolument de dévoiler ses connaissances. Arrivés sur la rive du lac Taihu (太湖 [tàihú]), Duan Yu et Jiu Zhimo sont conduits en barque par deux jeunes filles, Abi (阿碧 [ābì]) et Azhu (阿朱 [āzhū]) à ce qu’ils croient d’abord être la demeure de la famille Murong. Abi et Azhu sont en fait les fidèles servantes de Murong Fu (慕容复 [mùróng fù]), le fils de Murong Bo. Murong Fu est en voyage et ne se trouve pas à Suzhou. Azhu est experte dans l’art du déguisement, et se joue du moine tibétain. Les deux jeunes filles parviennent à sauver Duan Yu des griffes de Jiu Mozhi. Mais ce n’est que pour tomber de charybde en scylla !
Poursuivis par le moine, le jeune prince et les deux servantes accostent sur une île du lac Taihu. Là, ils sont capturés par Li Qingmeng (李青梦 [lǐ qīngmèng]), tante par alliance de Murong Fu, qui a interdit l’accès de son île à Abi et Azhu, et qui menace de mort tout ressortissant de Dali ou toute personne portant le patronyme de Duan qui arriverait sur l’île.
Pour savoir comment Duan Yu échappe à une mort certaine et comment il rencontre sa « grande sœur fée », je vous invite à lire le prochain épisode.
* Note :  慕容 [mùróng] est un patronyme dissyllabique d’origine Xianbei 鲜卑 [xiānbēi] ; les Xianbei étaient une tribu turco-mongole ; ils fondèrent plusieurs dynasties connues sous le nom de Yan 燕 [yàn], aux quatrième et cinquième siècle de l’ère commune ; cette information est importante pour le roman.
Ci-dessous, l’actrice Liu Tao (刘涛 [liú tào], née en 1978), qui a joué le rôle de la belle et douce Azhu dans la série télévisée sortie en 2003, produite par Zhang Jizhong (张纪中 [zhāng jìzhōng]), adaptée du roman Demi-dieux et Semi-démons. (L’image vient d’ici)

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (2)

  1. Ping : Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (3) | Sinoiseries

  2. Ping : Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Duan Yu (段誉) (5) | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s