Jinologie : Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》) – Introduction

Le roman Demi-dieux et Semi-démons (《天龙八部》 [tiānlóng bābù]) occupe une place particulière dans l’œuvre littéraire de Jinyong. Il est considéré comme le plus accompli de ses romans d’arts martiaux, comme celui où la psychologie des personnages est étudiée le plus en profondeur, et celui dont l’intrigue est l’une des plus complexes.
Le roman a d’abord été publié sous forme de feuilleton entre septembre 1963 et mai 1966 dans le journal hongkongais Ming Pao 《明报》 [míngbào], fondé en 1959 par Louis Cha (查良镛 [zhā liángyōng]), alias Jinyong, et son ami Shen Pao Hsing [沈宝新 [shěn bǎoxīn]). Le livre publié a fait l’objet de plusieurs rééditions, avec des changements parfois importants d’une édition à l’autre. Les éditions disponibles actuellement sont en cinq volumes d’environ 400 pages chaque.
L’histoire se déroule à la fin de dynastie des Song du Nord (960-1127). Dans l’édition que je possède, Jinyong précise dans son introduction que les évènements relatés ont lieu vers l’année 1094. Les péripéties des trois personnages principaux emmènent le lecteur dans la Chine impériale, mais aussi au-delà des frontières de la dynastie des Song, puisque l’on voyage dans le royaume de Dali (大理 [dàlǐ]), chez les Jürchen (女真 [nǚzhēn]) de la dynastie des Jin (金朝 [jīncháo], 1115-1234), chez les Khitan (契丹 [qìdān]) de la dynastie des Liao (辽朝 [liáocháo], 907-1125), chez les Tangoutes des Xia occidentaux (西夏 [xīxià], 1032-1227)… Des personnages venus d’Inde, du Turfan et du Nanzhao parcourent également le récit.
Le roman relate les aventures de trois personnages masculins principaux : Duan Yu (段誉 [duàn yù]), prince héritier du royaume de Dali ; Qiao Feng (乔峰 [qiáo fēng]), chef de la bande des mendiants jusqu’au jour où ses origines barbares (il est en réalité le fils d’un noble Khitan) sont révélées, qui prend le patronyme de son père et s’appelle donc Xiao Feng (萧峰 [xiāo fēng]) dans la suite du roman ; Xuzhu (虚竹 [xūzhú]), moinillon du temple Shaolin qui, à son corps défendant, deviendra le chef d’une école d’arts martiaux très particulière et acquerra une maîtrise exceptionnelle des arts de combat. Les trois héros se rencontrent à différents moments et deviennent frères jurés, alors que rien, a priori, ne les rapproche.
Le roman est également le récit des amours des trois personnages principaux, amours qui seront contrariées, compliquées à souhait, et donneront lieu à des rebondissements qui tiendront le lecteur en haleine.
Dans l’ensemble du roman, les femmes sont belles et lascives, les hommes sont héroïques, les scènes de combat et de batailles sont épiques, les personnages sont hauts en couleurs, les paysages sont grandioses…
Mais aussi, et surtout, Demi-dieux et Semi-démons est une œuvre dans laquelle le bouddhisme tient une place très importante. Les références faites au bouddhisme, aux textes et aux notions bouddhiques sont multiples.
Comme on peut l’imaginer, ce roman de Jinyong a donné lieu à un nombre impressionnant d’adaptations cinématographiques et télévisuelles, et a même servi de trame à divers jeux vidéo.
Dans les épisodes à suivre de notre série « Jinologie », nous explorerons ce roman de façon plus détaillée.
La première de couverture ci-dessous est celle de l’une des éditions hongkongaises du roman. L’image vient de l’article que Wikipedia consacre en chinois à cette œuvre, voir ici.

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s