Jinologie : Le bâton à battre les chiens (打狗棒)

Dans l’univers de Jinyong, la « bande des mendiants » (丐帮 [gàibāng]) est l’une des fraternités de bretteurs souvent mises à contribution. Le rôle de cette bande et de nombreux de ses membres est essentiel dans plusieurs œuvres. Ainsi, dans le premier volet de la « Trilogie du Condor », on fait assez rapidement connaissance avec Hong-le-septième, chef de la bande des mendiants. Ce dernier transmet à la jeune Huang Rong son poste de chef de la bande des mendiants. Dans le deuxième roman de la trilogie, Huang cède à son tour sa place à son gendre Yelü Qi. Dans le roman Demi-dieux et demi-démons, l’un des trois personnages principaux, Qiao Feng/Xiao Feng, est également chef de la bande des mendiants.
Chez Jinyong, les chefs de la bande des mendiants ont tous une chose en commun : leur arme, qui est un « bâton à battre les chiens » (打狗棒 [dǎgǒubàng]). Cette arme a une valeur tout à fait symbolique, puisque c’est le seul moyen de défense dont disposent les mendiants lorsqu’ils sont pourchassés par les molosses que les propriétaires des demeures qui ne veulent pas leur faire l’aumône lâchent sur eux.
Mais le bâton à battre les chiens du chef de la bande des mendiants n’est pas un bâton ordinaire ! Il s’agit d’une magnifique tige de bambou, que l’on devine patinée par le temps et dont le beau vert rappelle la couleur du jade, au point que l’on pourrait croire qu’il est justement fait de jade ou de cristal. Cette tige de bambou se distingue aussi par sa flexibilité. Bien entendu, dans les différentes adaptations télévisées ou cinématographiques de l’œuvre du maître Jinyong, les metteurs en scène ont pris avec le bâton à battre les chiens des libertés plus ou moins grandes.
Le maniement de ce bâton est des plus subtils et sa maîtrise permet à celui ou à celle qui en est armé de tenir tête aux plus experts des malfaisants ! Le bâton est rapide comme l’éclair, souple comme un félin et permet de toucher à coup sûr les points vitaux les plus inattendus.
Les techniques du maniement de l’arme sont regroupées dans un ensemble appelé la « technique du bâton à battre les chiens » (打狗棒法 [dǎgǒu bàngfǎ]), divisée en 36 séries de bottes dont l’apprentissage nécessite souvent de longues semaines, voire de longs mois lorsque l’apprenant ne brille pas par son agilité intellectuelle.
Un petit aparté linguistique : le terme que je traduis par « série » est 路 [lù], route, chemin ; le terme que je rends ici par « botte » est 招数 [zhāoshù], ou 招 [zhāo], mais ce dernier terme peut en réalité s’appliquer aux mouvements individuels de toute technique d’arts martiaux, qu’il s’agisse d’escrime, de boxe, de maniement du fouet, de lance, etc.
Il n’existe pas de manuel ni de traité, même secret, détaillant les 36 séries de bottes. Dès lors, la technique ne peut être transmise que de bouche de chef de la bande des mendiants sur le départ à oreille de futur chef de ladite bande. La technique a été créée de toutes pièces par le père fondateur de la bande des mendiants. Elle a été ensuite transmise aux chefs successifs de la bande. C’est Hong-le-septième, alors qu’il se croit à l’article de la mort, qui apprend à Huang Rong comment manier le bâton, et cette dernière transmet son savoir à son gendre lorsqu’elle décide de se retirer. Cette règle pose d’ailleurs un problème dans le roman Semi-dieux et demi-démons, puisque Qiao Feng est subitement chassé de son poste de chef de la bande des mendiants et ne peut donc pas transmettre la « technique du bâton à battre les chiens » à son successeur, qui d’ailleurs n’est pas encore choisi. Il y a cependant une exception à cette règle intangible : dans Les Amants chevaleresques du condor fabuleux, Huang Rong se voit contrainte d’apprendre la technique du bâton à battre les chiens à Yang Guo, car c’est la seule façon d’assurer la survie de leur groupe, assailli par un adversaire trop fort.
Ci-dessous, une scène de l’une des adaptations télévisées (j’ignore laquelle) de la Légende des héros du condor, dans laquelle Hong-le-septième enseigne la technique à Huang Rong (le vidéo vient de Youtube) :

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s