Jinologie : La Geste des Sui et des Tang (《隋唐英雄传》) (2)

(Le premier épisode de cette série se trouve ici.)
Cheng Yaojin (程咬金 [chéng yǎojīn], 589-665), ami d’enfance de Qin Shubao, a été condamné à une forte peine suite à des déboires dans un camp militaire mais parvient finalement à s’enfuir. Il est remarqué par Shan Xiongxin en raison de sa bravoure et de son expertise dans le maniement de la « hache sanban » (三板斧 [sānbǎnfǔ]), lourde hache à long manche. Shan prend Cheng dans sa troupe de bandits de grand chemin.
Suite à une embuscade des plus fructueuses, la troupe de Shan parvient à s’emparer d’un butin de plusieurs centaines de milliers de taëls d’argent qui appartiennent à Yang Lin (杨林 [yáng lín], personnage fictif, oncle de Yang Guang, l’empereur Yangdi). Mais Shan Xiongxin et Cheng Yaojin sont ensuite arrêtés. Ils sont sauvés par des comparses dirigés par Xu Maogong (徐茂公 [xú màogōng], personnage fictif), taoïste expert en divination et en stratégie. Shan, Cheng et Xu décident alors de faire sécession, ils s’emparent du fortin de Wagang (瓦岗寨 [wǎgǎngzhài], dans l’actuelle province du Henan). Cette rébellion lancée en 611 marque la première d’une série de révoltes qui aura raison de la dynastie des Sui.
À son corps défendant, Cheng Yaojin est placé sur le trône d’une nouvelle « dynastie » rebelle. Les rebelles installés dans le fortin de Wagang étendent progressivement leur territoire, et résistent victorieusement à plusieurs tentatives d’anéantissement par les armées impériales.
Yang Guang, devenu empereur, décide d’aller se promener dans la région du Jiangnan, notamment à Yangzhou, et fait creuser spécialement pour cela le fameux grand canal (大运河 [dàyùnhé]). Les mandarins corrompus de la cour impériale profitent comme il se doit de l’opportunité pour opprimer le peuple et se remplir les poches, pendant que l’empereur ne pense qu’à jouir des plaisirs que lui apporte sa position. Cela ne fait qu’attiser les mécontentements, et les révoltes s’enchaînent.
Même Li Yuan, encouragé en cela par son fils Li Shimin, décide de faire sécession. Il se soulève à Taiyuan (太原 [tàiyuán], dans l’actuelle province du Shanxi), s’empare de la capitale impériale Chang’an (长安 [cháng’ān], l’actuelle ville de Xi’an), et s’octroie le titre de « Prince de Tang » (唐王 [tángwáng]).
Si vous voulez savoir comment Cheng Yaojin abdique en faveur d’un couard, comment l’empereur Yangdi meurt sous les coups d’un félon et comment Li Shimin accède au trône impérial, je vous invite à lire le troisième et dernier épisode de cette série.
Ci-dessous, le tracé du grand canal à l’époque des Sui (l’image vient de l’article en chinois que Wikipedia consacre au grand canal des Sui et des Tang, ici) :

Publicités
Cet article, publié dans Histoires de Chine, Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s