Jinologie : La Geste des Sui et des Tang (《隋唐英雄传》) (1)

La Geste de Sui et des Tang (《隋唐英雄传》 [suí táng yīngxióng zhuàn], littéralement « Histoire des héros des Sui et des Tang »), est une série télévisée en 40 épisodes sortie en Chine continentale en 2003. Cette série a bénéficié d’un succès certain, et reste disponible sur le câble chinois.
La trame de la série se base sur L’histoire intégrale des Tang (《说唐演艺全传》 [shuō táng yǎnyì quánzhuàn], abrégé en 《说唐》 [shuōtáng]), roman historique d’un auteur anonyme, rédigé pendant l’ère Yongzheng des Qing (清雍正 [qīng yōngzhèng], 1722-1735).
Cette série télévisée raconte la période de l’histoire de Chine pendant laquelle, après l’époque dite des Dynasties du Nord et du Sud (南北朝 [nánběicháo], 420-589), la Chine est de nouveau réunifiée sous l’éphémère dynastie des Sui (隋朝 [suícháo], 581-617), prélude à la création de la dynastie des Tang (唐朝 [tángcháo], 618-917). La série télévisée s’arrête au moment du célébrissime « incident de la porte Xuanwu » (玄武门之变 [xuánwǔmén zhī biàn]), en 626.
Les scènes de combat ayant été particulièrement soignées et jouant un rôle très important dans cette série, il me semble que l’on peut sans trop de difficultés faire entrer cette œuvre dans notre série « Jinologie ».
La trame de la série est la suivante :
Vers la fin du règne de l’empereur Wen des Sui (隋文帝 [suí wéndì], Yang Jian 杨坚 [yáng jiān], 541-604, règne à partir de 581), son fils puîné, Yang Guang (杨广 [yáng guǎng], 569-618), cherche à évincer son frère aîné, Yang Yong (杨勇 [yáng yǒng], 568-604) pour s’emparer du trône impérial, et tente pour cela d’écarter les plus influents des hauts personnages de la cour. Pour échapper aux complots de Yang Jian, Li Yuan (李渊 [lǐ yuān], 566-635), membre de la noblesse du nord de la Chine et personnage important de la cour de l’empereur Wendi, décide de se retirer dans sa région natale. En chemin, Li Yuan est attaqué par Liao Wuji (廖无极 [liào wújí], personnage de fiction), qui a été mandaté par Yang Guang pour se débarrasser de Li Yuan. Heureusement, surgit inopinément le jeune Qin Shubao (秦叔宝 [qín shūbǎo], 571?-638, connu aussi sous le nom de Qin Qiong 秦琼 [qín qióng]), agent de police subalterne, mais expert dans l’art du combat. Qin Shubao sauve Li Yuan et son fils Li Shimin (李世民 [lǐ shìmín], 599-649) d’une mort certaine ; toutefois, comprenant que Li Yuan est la cible d’un complot fomenté au plus haut niveau de l’État, Qin Shubao préfère s’esquiver en toute discrétion. Pour remercier le héros inconnu qui l’a sauvé, Li Yuan fait sculpter une statue à son effigie et place cette statue dans un temple pour l’honorer.
Qin Shubao était en route pour conduire un condamné à Luzhou (潞州 [lùzhōu], dans l’actuelle province du Shanxi). Il avait convenu de retrouver un collègue parti accompagner un autre condamné pour faire ensemble le chemin du retour. Suite à un malentendu, Qin Shubao n’attend pas son collègue au bon endroit et dépense tout son pécule. De plus, il tombe gravement malade. Il en est même réduit à vendre sa monture. Il fait alors la connaissance de Shan Xiongxin (单雄信 [shàn xióngxìn], 581-621), un bandit de grand chemin qui connaissait la réputation de droiture et d’expertise dans le maniement de la « rapière » (锏 [jiǎn], une sorte de gourdin métallique ayant la forme d’une épée, sans tranchant) de Qin. Qin et Shan se lient d’amitié et Shan sort Qin du mauvais pas où il se trouve. Sur le chemin du retour, Qin Shubao tue un aubergiste qu’il avait pris à tort pour un brigand. Il est condamné par les autorités locales qui le bannissent à Yanzhou (燕州 [yànzhōu], dans la région de l’actuelle Beijing).
Le commandant de la région de Yanzhou est Luo Yi (罗艺 [luó yì], mort en 627), qui n’est autre que le beau-frère du père décédé de Qin Shubao. Qin Shubao se lie d’amitié avec son cousin, le fils de Luo Yi, Luo Cheng (罗成 [luó chéng], personnage de fiction). Luo Yi protège Qin Shubao et nomme celui-ci à un poste d’officier dans la province du Shandong.
Au moment où Qin Shubao arrive dans la province du Shandong, Yang Guang assassine son père l’empereur Wendi des Sui. Il demande au haut fonctionnaire Wu Jianzhang (伍建章 [wǔ jiànzhāng], personnage de fiction) de contrefaire un édit impérial faisant de Yang Guang l’héritier légitime au trône impérial. Wu refuse et Yang Guang l’assassine. Le fils de Wu, Wu Zhishao (伍之召 [wǔ zhīshào], personnage de fiction), gouverneur (太守 [tàishǒu]) de Nanyang (南阳 [nányáng], dans l’actuelle province du Henan) se soulève contre Yang Guang. Yang Guang envoie un général reprendre Nanyang, puis monte sur le trône impérial ; il est connu sous le nom d’empereur Yangdi des Sui (隋炀帝 [suí yángdì], r. 604-618).
Si vous voulez savoir comment s’étend la rébellion contre l’empereur des Sui, comment Qin Shubao retrouve un ami d’enfance et comment ce dernier devient empereur, je vous invite à lire le prochain épisode.
Ci-dessous, une photo des « rapières » de Qin Shubao (l’image vient d’un article en chinois présentant ce personnage, ici) :

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Jinologie : La Geste des Sui et des Tang (《隋唐英雄传》) (1)

  1. Bravo au Jinologue assidu! Je me suis permis de faire twittairement l’article (mais j’ai un peu moins d’abonnés que D. Trump, admettons le d’emblée): https://twitter.com/Daiwenchen/status/940159557715873792

  2. pascalzh dit :

    Merci ! Pour info, déjà une trentaine de visites venant de Twitter !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s