Bibliographie : Laoshe, Le Croissant de lune

Le Croissant de lune (《月牙儿》 [yuèyǎr]) est une longue nouvelle (中篇小说 [zhōngpiān xiǎoshuō]) publiée en 1935 par Laoshe.
Cette nouvelle raconte l’histoire d’une jeune femme, Han Yuerong (韩月容 [hán yuèróng]). Le premier souvenir de Yuerong évoqué dans ce récit est celui de sa mère éplorée suivant le cercueil de son mari. Cette mère, démunie, doit pour survivre laver le linge des autres. Elle rencontre finalement un homme qui l’épouse et prend soin d’elle et de sa fille. Yuerong est même envoyée à l’école.
Cet homme décède à la suite d’un accident, si bien que Yuerong et sa mère se trouvent à nouveau dans une situation inextricable. La mère de Yuerong, après avoir mis au clou tout ce qu’elle possédait, se trouve réduite à la prostitution. Un soir, en rentrant de l’école, Yuerong voit un homme sortir de l’appartement. La jeune fille ne pardonne pas à sa mère, et, prise en pitié par la directrice de l’école où elle est collégienne, elle finit par s’installer à l’école en échange de menus travaux.
Lorsque l’école change de directrice, Yuerong est contrainte de partir. Elle trouve un logement et cherche en vain un travail. Elle n’a plus alors d’autre moyen de subsistance, comme sa mère, que de laver le linge des autres. Elle rencontre un homme qui la traite avec beaucoup d’égards et elle finit par se livrer à lui. Son amant subvient à ses besoins. Mais elle découvre que cet homme lui a menti et qu’il est en réalité marié. Yuerong le quitte.
Elle trouve un emploi comme serveuse dans un restaurant, mais finit par renoncer à cet emploi car elle refuse de céder aux avances des clients. Elle se trouve finalement contrainte à la prostitution comme sa mère, qui vit désormais de la mendicité. Elle comprend que sa mère n’avait d’autre choix.
Yuerong finit par être atteinte d’une maladie vénérienne. Elle est prise par la police et envoyée dans une maison de redressement.
Laoshe met ici sous les yeux de ses lecteurs la condition très dure des femmes veuves ou abandonnées, réduites à la prostitution, objets du mépris de l’ensemble de la société, alors qu’elles sont dignes de pitié.
Cette nouvelle a été traduite en français sous le titre de Le Croissant de lune. La traduction est disponible dans la collection Folio, dans un recueil intitulé Le nouvel Inspecteur (ISBN : 9782070358403).
Ci-dessous, la première de couverture d’un recueil contenant la nouvelle Le Croissant de lune ainsi que Le Soleil (《阳光》 [yángguāng]) de Laoshe, publié en 2003 (la photo vient d’ici).

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, Littérature chinoise, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s