Jinologie : L’Épée céleste et le Sabre du dragon, épisode 3

Ce billet est le troisième épisode du résumé succinct du roman L’Épée céleste et le Sabre du dragon. Les épisodes précédents sont ici : introduction, épisode 1, épisode 2.
Pendant le siège du repaire de la secte manichéiste, Zhang Wuji est contraint de se livrer à un combat contre Zhou Zhiruo, belle et douce jeune fille, que la vénérable nonne Miejue (灭绝师太 [mièjué shītài]) qui dirige alors l’école Emei, a prise sous son aile. Zhou Zhiruo utilise pendant le combat l’épée céleste, et blesse Zhang Wuji en lui enfonçant l’épée dans la poitrine. Mais comme le jeune homme ne la laisse pas indifférente, Zhou Zhiruo ne se résout pas à le tuer, et Zhang Wuji n’est que blessé. Grâce à l’intervention de Zhang Wuji, qui ne veut pas d’une bataille qui nuirait aussi bien aux six grandes écoles qu’à l’école manichéiste et qui parvient à démontrer que l’attaque contre la secte manichéiste n’est que le résultat d’un complot ourdi par Cheng Kun (l’ancien maître de Xie Xun), les six grandes écoles renoncent finalement à détruire l’école manichéiste, et lèvent le siège.
Cet épisode apporte à Zhang Wuji une grande renommée dans l’ensemble de la Chine, au point qu’il est finalement nommé chef de l’école manichéiste.
Sur le chemin du retour, les six grandes écoles tombent dans un guet-apens tendu par les troupes impériales des Yuan. Les membres des six grandes écoles sont conduits manu militari à la capitale mongole, Dadu (大都 [dàdū], connue aussi sous le nom de Khanbaliq 汗八里 [hànbālǐ] et qui est l’actuelle ville de Beijing). Ils sont retenus dans la pagode du Temple de la paix éternelle (万安寺 [wàn’ānsì]). Suite à cela, l’épée céleste, qui incarne la puissance même de l’école Emei, tombe entre les mains de Zhao Min, princesse mongole. Heureusement, Zhang Wuji accourt à la rescousse et parvient à libérer les membres des six grandes écoles. Pendant la bataille pour la libération des prisonniers, la nonne Miejue meurt, et charge Zhou Zhiruo de prendre sa suite à la tête de l’école Emei, en lui faisant promettre de tout faire pour récupérer l’épée céleste et s’emparer du sabre à terrasser le dragon. La vieille nonne dévoile également à Zhou Zhiruo le secret qui se cache derrière le sabre convoité.
Mais Zhao Min exige de Zhang Wuji qu’il lui montre le sabre à terrasser le dragon, et Zhang Wuji conçoit alors le projet de retourner à l’île de glace et de feu pour aller chercher son père adoptif Xie Xun.
Mais Xie Xun n’est plus sur cette île. Zhang Wuji apprend qu’il se trouve désormais sur l’île du serpent surnaturel (灵蛇岛 [língshédǎo]). Cette île est la demeure de la « Vieille à la fleur d’or » (金花婆婆 [jīnhuā pópó]). Il se trouve que la Vieille à la fleur d’or avait été défaite en combat singulier par la nonne Miejue, ce qu’elle avait conçu comme un affront insupportable. Elle avait été une proche de Xie Xun, et demande à ce dernier de lui prêter le sabre à terrasser le dragon, espérant en découvrir le secret qui lui permettrait de laver dans le sang l’affront subi.
Mais la Vieille à la fleur d’or n’est autre que Dai Qisi (黛绮丝 [dài qǐsī]), qui était la grande prêtresse du manichéisme. Des envoyés de l’école manichéiste des origines viennent se saisir de Dai Qisi, pour la ramener au siège de la secte en Perse.
Zhang Wuji, Xie Xun, Zhou Zhiruo et consorts, pour tenter d’échapper aux bretteurs qui les poursuivent dans l’espoir de s’emparer du sabre à terrasser le dragon, s’enfuient de l’île au serpent surnaturel, et finissent par échouer sur une île déserte.
Sur l’île déserte, Zhou Zhiruo, pour exécuter les dernières volontés de la nonne Miejue, drogue ses compagnons et s’empare de l’épée et du sabre. Avec l’épée, elle coupe la lame du sabre, qui comporte une cavité dans laquelle sont cachés un traité de stratégie militaire qui permettrait de chasser les Mongols du trône impérial chinois et un traité d’arts martiaux que l’on croyait perdu : le Vrai sutra du yin suprême (《九阴真经》 [jiǔyīn zhēnjīng]). Grâce à ce traité, Zhou Zhiruo acquiert la maîtrise de deux techniques qui la rendent presque invincible : « la griffe au squelette blanc du yin suprême » (九阴白骨抓 [jiǔyīn báigǔzhuā]) et la « technique du fouet du python blanc » (白蟒鞭法 [báimǎng biànfǎ]). Accessoirement, sa nouvelle maîtrise des arts martiaux lui permet de reprendre le contrôle de l’école Emei, que des nonnes moins jeunes qu’elle lui contestaient, et d’élever sensiblement le niveau général d’expertise en arts martiaux des autres membres de l’école.
Pour savoir comment Cheng Kun ressurgit dans le récit, comment il parvient à prendre le contrôle du temple Shaolin, et comment il arrive à attirer Xie Xun dans un piège inextricable, je vous invite à lire le prochain épisode.
Ci-dessous, le combat entre Zhang Wuji et Zhou Zhiruo pendant le siège du repaire de la secte manichéiste (la vidéo vient de Youtube).

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s