Jinologie : L’Épée céleste et le Sabre du dragon, épisode 1

Ce billet est le premier épisode du résumé succinct du roman L’Épée céleste et le Sabre du dragon.

Après la troisième édition du « tournoi des bretteurs du mont Huashan » (华山论剑 [huàshān lùnjiàn]), au cours duquel Yang Guo a été reconnu comme la maître incontesté des experts d’arts martiaux de son temps, Guo Xiang, la fille de Guo Jing, parcourt la Chine à la recherche de Yang Guo et de Demoiselle Dragon. Elle ne parvient pas à les retrouver, et, au bout de trois ans, échoue au temple Shaolin (少林寺 [shàolínsì]), dans la province du Henan. Là, elle retrouve le moine Wuse (无色禅师 [wúsè chánshī]), responsable du « Hall des Arhats » (罗汉堂 [luóhàntáng]), qui ignore également où se trouve le couple légendaire.
Elle fait la rencontre de He Zudao (何足道 [hé zúdào]), le « triple maître du Kunlun » (昆仑三圣 [kūnlún sānshèng]), originaire des « contrées occidentales » (西域 [xīyù], en réalité la région actuelle du Xinjiang), avec lequel elle se livre à une joute de jeu de go (棋 [qí]) et de cithare (琴 [qín]). He Zudao est également expert en escrime (剑术 [jiànshù]) et souhaite se mesurer aux maîtres du temple Shaolin. Aucun des moines en présent ne parvient à la vaincre. Il est finalement défait par le moine Jueyuan (觉远 [juéyuǎn]) et son assistant, le jeune Zhang Junbao (张君宝 [zhāng jūnbǎo]).
Jueyuan avait égaré la copie du Langkavantara Sutra (《楞伽经》 [léngjiājīng]) qui avait été manuscrite par Bodhidharma (达摩 [dámó]), fondateur légendaire de l’école chan en Chine, et accessoirement premier maître d’arts martiaux du temple Shaolin. En guise de châtiment, Jueyuan avait été condamné à occuper la fonction de porteur d’eau pour les moines de Shaolin, et l’apprentissage des arts martiaux lui avait donc été interdit.
On imagine dès lors la fureur des moines du temple lorsqu’ils découvrent que Jueyuan a enfreint la règle très stricte qui interdit à quiconque d’étudier en cachette les secrets des techniques martiales de Shaolin, car c’est grâce à sa maîtrise du « gongfu sacré du yang suprême » (九阳神功 [jiǔyáng shéngōng]), qui fait partie des techniques du niveau le plus élevé du Shaolin, que Jueyuan et son disciple ont repoussé He Zudao (à l’issue du combat qui l’oppose à Jueyuan, ce dernier décide d’ailleurs de quitter à jamais la Plaine centrale pour rentrer chez lui).
Jueyuan s’enfuit du mont Shaoshi (少室山 [shàoshìshān]), qui abrite le temple Shaolin, avec Zhang Junbao et Guo Xiang, mais il est grièvement blessé dans sa fuite. Le moine Wuse, qui avait voulu protéger Jueyuan, est avec eux. Heureusement, avant de mourir, Jueyuan a le temps de réciter à ceux qui l’accompagnent le sutra qui contient les secrets du « gongfu sacré du yang suprême » : le Sutra véritable du yang suprême (《九阳真经》 [jiǔyáng zhēnjīng]). Mais le destin a voulu que le moine Jueyuan n’ait pu transmettre à chacun de ses suivants (Guo Xiang, le moine Wuse et Zhang Junbao) qu’une partie du texte sacré.
Zhang Junbao, fort de la portion du Sutra véritable du yang suprême qui lui a été révélée par son maître, et en s’appuyant aussi sur la connaissance partielle qu’il a des techniques martiales du temple Shaolin, créé sa propre école d’arts martiaux, l’école du mont Wudang (武当派 [wūdāngpài]). Entretemps, il a changé de nom et s’appelle désormais Zhang Sanfeng (张三丰 [zhāng sānfēng]).
Deux écoles d’arts martiaux occuperont dès lors le devant de la scène des maîtres de Chine : le temple Shaolin et l’école Wudang. Alors que le temple Shaolin représente la tradition de la « force externe » (外功 [wàigōng]), qui s’appuie sur la force physique patiemment accumulée par les adeptes, l’école Wudang met l’accent sur la « force interne » (内功 [nèigōng]), acquise à la suite d’une longue période d’accumulation du souffle vital (气 [qì])…
Si vous souhaitez savoir ce qu’il advint de l’école fondée par Zhang Sanfeng et comment le sabre du dragon entra en scène, je vous invite à lire le prochain épisode.
Ci-dessous, le moine Jueyuan portant ses seaux d’eau, dans l’une des adaptations télévisées du roman. La photo vient d’ici.

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s