Le vocabulaire chinois du riz (8)

(Voici le huitième épisode de notre série sur le vocabulaire du riz. Les sept volets précédents de cette série sont ici : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.)
Selon les régions et selon aussi les variétés de riz cultivées, le nombre de récoltes qu’il est possible de faire annuellement est variable. En Asie du Sud-Est (东南亚 [dōngnányà]), en Chine du Sud (华南 [huá’nán) ou à Taiwan, c’est-à-dire dans les régions dont le degré de latitude (纬度 [wěidù])(1) est assez bas, il est possible de réaliser jusqu’à trois récoltes par an ; dans le bassin du Changjiang, en Chine, on peut réaliser deux récoltes par an ; tandis que dans le nord-est de la Chine, dans la péninsule coréenne ou au Japon, c’est-à-dire dans les régions dont le degré de latitude est élevé, il n’est possible de réaliser qu’une seule récolte par an. La palme revient au cours inférieur du Mékong, dans la zone du Vietnam que les Français appelaient la Cochinchine (南圻 [nánqí])(2), il est possible de réaliser 7 récoltes sur deux ans, soit trois récoltes et demie par an en moyenne.
Mais les catastrophes naturelles peuvent parfois empêcher les récoltes de riz. Il peut s’agit de catastrophes d’ordre météorologique : inondations causées par la montée du niveau des cours d’eau (河水泛滥 [héshuī fànlàn]), les inondations en général (洪水 [hóngshuǐ]), les tempêtes (暴雨 [bàoyǔ]), les sécheresses (干旱 [gānhàn]), les feux de forêts (山火 [shānhuǒ]). Il peut s’agir également de catastrophes causées par des nuisibles : les escargots d’eau douce (notamment 福寿螺 [fúshòuluó] : Pomacea canaliculata), les rongeurs de type rats et souris (老鼠 [lǎoshū]), les criquets ou locustes (蝗虫 [huángchóng]).
Si le riz est autant cultivé, c’est en raison de sa valeur nutritive (营养价值 [yíngyǎng jiàzhí]) très forte. Les principaux éléments nutritifs (营养成分 [yíngyǎng chéngfèn]) qu’apporte le riz sont : protéines (蛋白质 [dànbáizhì]), glucides (糖类 [tánglèi], on parle plutôt sur les étiquettes des produits alimentaires d’« hydrates de carbone » 碳水化合物 [tànshuǐ huàhéwù]), calcium (钙 [gài]), phosphore (磷 [lín]), fer (铁 [tiě]), glucose (葡萄糖 [pútáotáng]), fructose (果糖 [guǒtáng]), maltose (麦芽糖 [màiyátáng]), vitamines B1, vitamines B2, etc. La taille des particules d’amidon (淀粉粒 [diànfěnlì] ; 淀粉 [diànfěn] : amidon) du riz est relativement petite : elle n’est que de 3 à 10 μm, contre 70 à 100 μm pour l’amidon des pommes de terre, ou 30 à 45 μm pour l’amidon de blé. La teneur en cellulose (纤维素 [xiānwéisù]) du riz est relativement faible, ce qui contribue à la texture agréable de la céréale, et facilite la digestion (消化 [xiāohuà]) et l’absorption (吸收 [xīshōu]) par l’organisme.
Pour satisfaire leurs besoins, dans certaines régions, les agriculteurs n’ont pas ménagé leur efforts pour exploiter la moindre parcelle de terrain. Ainsi, même les côteaux escarpés ont été mis en valeur, pour constituer ce que l’on appelle en français « champs en terrasses », en chinois « champs en escaliers » : 梯田 [tītián]. Ci-dessous, après les notes explicatives, les célèbres champs en terrasses de Ziquejie (紫鹊界梯田 [zǐquèjiè tītián]), dans la province du Hunan (la photo vient d’ici, où se trouve un article présentant les photos des cinq plus belles cultures en terrasses de Chine).
(Dans le prochain épisode de cette série, nous verrons les différents produits issus de la transformation (加工 [jiāgōng]) du riz.)
Notes :
(1) 纬度 [wěidù] : latitude, degré de latitude ; pour parler de la longitude, ou du degré de longitude, on utilise en chinois le mot 经度 [jīngdù] ; pour désigner la position géographique d’un lieu, on utilise le mot 经纬度 [jīngwěidù] : longitude et latitude ; notons que le mot 经纬 [jīngwěi], littéralement « longitude et latitude », peut parfois être utilisé pour parler des points principaux, du cadre général d’une question ;
(2) 南圻 [nánqí] : Cochinchine ; il s’agit de l’écriture en sinogrammes du mot vietnamien « nam kỳ » ; 圻 [qí], qui est un caractère rare, désigne stricto sensu une zone géographique carrée de mille li de côté ; en chinois, on utilise plus fréquemment le terme de 交趾支那 [jiāozhǐ zhīnà], qui se décompose en 交趾 [jiāozhǐ], terme qui désignait en chinois le nord du Vietnam actuel, et 支那 [zhīnà], transcription phonétique utilisé en japonais (prononcé [shina] par les Japonais), qui est un terme colonial, jugé péjoratif ; on retrouve 支那 [zhīnà] dans le mot chinois 印度支那 [yìndù zhīnà], calqué exactement sur le mot français Indochine (le mot 印度 [yìndù] désigne l’Inde en chinois moderne, auparavant on utilisait plutôt le mot 天竺 [tiānzhú] (竺 est un caractère rare, utilisé principalement dans le mot 天竺) ; sur le modèle de南圻, existent les mots 中圻 [zhōngqí], qui désigne l’Annam (plus souvent appelé en chinois 安南 [ānnán], le « sud pacifié », et 北圻 [běiqí], le Tonkin (on dit plus couramment en chinois 东京 [dōngjīng], la « capitale de l’Est »).
champs en terrasse

Publicités
Cet article, publié dans Vocabulaire agrifood, Vocabulaire scientifique et technique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s