Le vocabulaire chinois du riz (6)

(Voici le sixième épisode de notre série sur le vocabulaire du riz. Les cinq premiers volets de cette série sont ici : 1, 2, 3, 4, 5.)
Le riz est une plante à croissance très rapide. Il faut au maximum un an, et au minimum quatre, voire trois mois, pour l’ensemble du processus de la germination (发芽 [fāyá]) jusqu’à la fructification (结实 [jiéshí]). Ainsi, par exemple, le chinois Zhou Daguan indique dans ses Mémoires sur les coutumes du Cambodge que dans ce pays, on fait trois récoltes de riz par an. (C’est notamment sur la foi de cette mention que les ineptes Khmers Rouges avaient prévu d’au moins doubler la production annuelle de riz au Camnbodge…). Il faut à peine deux ou trois jours pour que la semence (种子 [zhǒngzi]) du riz produise un germe (ou plantule) (幼芽 [yòuyá]), et encore trois jours à peine pour qu’apparaisse la première feuille (叶子 [yèzi]). Dès lors, dans les régions tempérées, il est possible de réaliser trois récoltes par an.
Lorsque les agriculteurs sélectionnent les semences de riz (稻种 [dàozhǒng]), ils plongent les graines dans l’eau, et écartent celles qui flottent à la surface. Les autres graines serviront à produire les semis de riz (稻苗 [dàomiáo]).
Sur le cours inférieur du Mékong (湄公河下游 [méigōnghé xiàyóu])(1), on trouve une variété de riz qui croit dans l’eau, appelée « riz flottant » (浮稻 [fúdào]) et dont les feuilles grandissent à mesure que le niveau d’eau monte. La longueur des feuilles peut atteindre 8 mètres. Les Vietnamiens appellent ce riz le « riz diabolique » (魔鬼稻 [móguǐdào]). Ce riz fut cultivé à l’origine par les Lạc Việt (雒越 [luòyuè]), peuple ancien vivant dans les plaines du Vietnam actuel, qui faisait partie de ce que les Chinois appellaient les « Cent yue » (百越 [bǎiyuè]), terme qui désigne de façon générique les peuples non sinisés qui vivaient dans le sud de la Chine et le nord du Vietnam entre le premier millénaire avant et le premier millénaire de l’ère chrétienne. On trouve ce riz aussi dans les régions du cours inférieur du Fleuve Rouge (红河 [hónghé]), du fleuve Salouen (萨尔温江 [sà’ěrwēnjiāng]) et de l’Irrawaddy (伊洛瓦底江 [yīluòwǎdǐjiāng]).
La principale zone productrice de riz dans le monde est le sud de la Chine, où le riz est cultivé jusque sur les hauts plateaux du fleuve Lancang (澜沧江 [láncāngjiāng] : Lancanjiang est le nom que les Chinois donnent au cours supérieur du Mékong, dans les provinces du Qinghai et du Yunnan), à plus de 2500 mètres d’altitude. Le riz est également cultivé à Taiwan, au Japon, dans la péninsule coréenne (朝鲜半岛 [cháoxiān bàndǎo])(2), en Asie du Sud-Est, dans l’Asie du Sud, sur les rives de la Méditerrannée en Europe du Sud, dans le sud-est des États-Unis, en Amérique centrale, en Océanie et en Afrique. Du riz est également cultivé dans les régions en bord de cours d’eau du nord de la Chine (le
riz de Mandchourie, ou « riz du Nord-Est » (东北大米 [dōngběi dàmǐ]) jouit d’une excellente réputation en Chine). En d’autres termes, le riz est cultivé à peu près partout dans le monde, à l’exception du continent antarctique (南极洲 [nánjízhōu]).
Nous poursuivrons notre étude du vocabulaire chinois du riz dans un prochain épisode.
Ci-desssous, après les notes, le repiquage du riz dans une rizière vietnamienne (la photo vient d’ici) :
Notes :
(1) 湄公河下游 méigōnghé xiàyóu : le cours inférieur du Méking : 湄公河 [méigōnghé] : le fleuve Mékong ; 湄公 [méigōng] est une transcription phonétique (le sinogramme 湄 [méi], caractère rare, signifie « rive de cours d’eau ») ; 下游 [xiàyóu] : cours inférieur, ou aval ; 上游 [shàngyóu] : cours supérieur, ou amont ;
(2) 朝鲜半岛 cháoxiān bàndǎo : la péninsule coréenne : une remarque qui n’a rien à voir avec le riz, mais qui n’est pas inintéressante : 朝鲜 [cháoxiǎn] désigne à l’origine la dynastie coréenne des Joseon ; en chinois moderne, en Chine continentale, ce mot sert à désigner spécifiquement la Corée du Nord, tandis que la Corée du Sud est désignée sous le nom de 韩国 [hánguó], mais à Taiwan, on utilise respectivement北韩 [běihán] et de 南韩 [nánhán] pour parler des Corées du Nord et du Sud.

·sµØªÀ·Ó¤ù¡Aªe¤º¡A2014¦~1¤ë14¤é ¡]XHDW¡^¡]1¡^¶V«n¹A¥ÁºØ½_¦£ 1¤ë14¤é¡A¦b¶V«n¤¤³¡²M¤Æ¬Ù¡A·í¦a¹A¥Á¦b¤ô¥Ð´¡¯±¡C ¶V«n¹A·~»P¹A§øµo®i³¡³ø§iºÙ¡A2014¦~¶V«n¤ô½_ºØ´Ó­±¿n¹F¨ì760¸U¤½³¼¡A¤ñ2013¦~´î¤Ö30¸U¤½³¼¡A¥þ¦~¤ô½_²£¶q¥Ø¼Ð¬°4330¸U¾·¡C ·sµØªÀ/¶V³qªÀ

 

Advertisements
Cet article, publié dans Vocabulaire agrifood, Vocabulaire scientifique et technique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s