Langue populaire et argotique : Une bien triste majorité

On utilise souvent en chinois l’expression 十有八九 [shíyǒubājiǔ], littéralement « sur dix, il y en a huit ou neuf », pour exprimer une majorité écrasante, ou une très forte probablité. Cette expression est d’une simplicité déconcertante, au point qu’elle est considérée plus comme une expression idiomatique populaire que comme un véritable proverbe.
Et pourtant, malgré sa simplicité, cet ensemble de quatre sinogrammes a pour origine un poème de Dufu (杜甫 [dù fǔ], 712-770, l’un des plus grands poètes des Tang) intitulé 《负薪行》 [fùxīnxíng], L’allégorie des porteuses de bois, qui dresse le triste tableau des femmes de la préfecture de Kuizhou (夔州 [kuízhōu]), dans l’est de l’actuelle province du Sichuan, qui, en raison des guerres incessantes, ne trouvent pas de mari et en sont réduites à vendre du bois de chauffage pour survivre. Parmi dix femmes de la région, huit ou neuf sont ainsi contraintes de mener cette existence.
(Baidu consacre ici un billet à cette émouvante ballade.)

Publicités
Cet article, publié dans Idiotismes, Langue populaire et argotique, Proverbes, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s