Bibliographie : Yichun xiangzhi

La fin de la dynastie des Ming, et notamment l’ère Chongzhen (崇祯 [chóngzhēn], 1611-1644), constitue l’âge d’or de l’homosexualité masculine (on parle de 男色 [nánsè] ou de 南风 [nánfēng]). De cette période datent les « trois grands classiques de l’homosexualité de la fin des Ming », trois œuvres de fiction qui décrivent avec force détails les ébats amoureux de jeunes gens adeptes des amours homosexuelles. Ces trois œuvres sont le Bian’erchai (《弁而钗》 [biǎn’érchāi]), le Longyang yishi (《龙阳遗史 [lóngyáng yíshǐ]) et le Yichun xiangzhi (《宜春香质》 [yíchūn xiāngzhì]). Ces trois ouvrages, régulièrement mis à l’index depuis leur parution et absolument interdits en Chine continentale, ont été réédités il y a quelques années par un éditeur taiwanais spécialisé, appelé BGooks (基本书坊 [jīběn shūfáng]), qui annonce la couleur sur la page d’accueil de son blog : « The GAYest publisher in the Chinese World » (voir ici).
L’auteur du troisième de ces titres, le Yichuan xingzhi (《宜春香质》 [yíchūn xiāngzhì]) est un dénommé Zui Xihu Xinyue Zhuren (醉西湖心月主人 [zuìxīhú xīnyuè zhǔrén], « le Maître de la lune du cœur du Lac de l’Ouest îvre »), dont ne sait absolument rien. Son œuvre de fiction est un recueil de quatre récits complètement indépendants les uns des autres, intitulés respectivement 风 [fēng] (vent), 花 [huā] (fleur), 雪 [xuě] (neige) et 月 [yuè] (lune). Chaque récit se décompose en six « chapitres » (回 [huí]).
Ces récits nous racontent le destin tragique de quatre jeune gens (小官 [xiǎoguān]) qui usent et abusent de leurs charmes pour parvenir à leurs fins, en faisant fi de toute moralité. Tous, finissent mal. Il s’agit de jeunes lettrés, d’escrocs, de prostitués. Le quatrième des récits mêle à la fois fantastique et débats amoureux.
Les descriptions des ébats sont on ne peut plus directes et précises. L’auteur fait preuve en ce domaine d’une audace extrême. Le vocabulaire érotique est également d’une richesse peu commune, et le lecteur devra s’armer d’un bon dictionnaire, le Xinhua étant tout à fait insuffisant. L’auteur ne dédaigne pas de décrire de temps à autre des ébats hétérosexuels.
Les quatre récits sont rédigés en langue vulgaire, et demeurent relativement accessibles.
ISBN : 978-966-84605-0-8
Date de publication : 30 décembre 2008
214 pages
Voici la couverture de mon exemplaire :
yichun xiangzhi_small

Advertisements
Cet article, publié dans Bibliographie, Erotica, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Bibliographie : Yichun xiangzhi

  1. Cher Pascalzh,
    Merci d’attirer l’attention sur un recueil aussi intéressant que Yichun xiangzhi! Juste un tout petit addendum à votre billet: la censure en RPC est un filet aux mailles inégalement écartées, et Il n’est pas exact de dire que le livre soit « absolument interdit en Chine continentale ». Il en existe au moins une excellente édition, non censurée et collationnée d’après des impressions anciennes. Elle est publiée en caractères non simplifiés et avec une ponctuation moderne, due à Xiao Xiangkai 萧相恺,un bon spécialiste du roman en langue vulgaire. Cette édition a été publiée il y a plus de vingt ans, en 1995, mais il est vrai qu’il fallait aller un peu à la pêche: Yichun Xiangzhi figure, avec d’ailleurs Bianer chai, dans la deuxième série, volume deux, d’une anthologie intitulée Mingdai xiaoshuo jikan,明代小说辑刊 et dirigée par Hou Zhongyi 侯忠义pour les éditions Ba Shu shushe 巴蜀书社 de Chengdu. (ISBN 7-80523-724-7/I.289). Hou Zhongyi a longtemps dirigé le groupe de recherche sur les éditions anciennes de la bibliothèque de l’Université de Pékin, et cette anthologie des années 1990 est une petite mine d’éditions anciennes de romans. Le caractère savant de l’édition et le prix élevé (190 RMB la série de quatre livres, une somme conséquente en 1995) était jugé suffisant pour préserver les âmes fragiles des dangers de la pornographie Ming,.. L’édition n’était même pas neibu, on la trouvait alors dans toutes les bonnes librairies.
    Bravo et merci pour votre blog, au passage!
    Vincent Durand-Dastès

    • pascalzh dit :

      Cher Vincent,
      Je vous remercie beaucoup pour ce complément d’information.
      J’ai peut-être été effectivement un peu trop catégorique lorsque je disais que le Yichun xiangzhi était absolument interdit en Chine continentale. Je voulais plutôt dire qu’il n’était pas introuvable en librairie, comme d’autres romans majeurs du genre (je pense notamment au Rouputuan).
      La censure en Chine est effectivement un filet dont les mailles sont à géométrie variable. J’ai par exemple acheté l’an dernier une édition, pas très bonne d’ailleurs, du
      Lüye xianzong de Li Baichuan, dans laquelle les scènes érotiques sont conservées intactes. En revanche, j’ai aussi acheté une belle édition du Jinpingmei, annotée par Liu Xinwu, et publiée par les éditions Qingjiang de Guilin en 2014 (ISBN : 978-7-54077018-1), de laquelle tous les passages licencieux ont été supprimés. Et j’ai l’impression qu’aujourd’hui, le puritanisme renaît triomphalement en Chine.
      Vous citez le Bianerchai, il se trouve que je l’ai sur le haut de ma pile de livres à lire, j’en ferai donc un compte-rendu sur ce blog dans un futur pas trop lointain. Un peu plus loin dans ma pile se trouve aussi le Pingwai eyan de Yao Lingxi. Enfin, j’attends que me parvienne un lot que je me suis fait commander à Taiwan de quelques ouvrages que je ne trouve pas en Chine continentale.
      En fait, c’est surtout grâce à vous que je me suis intéressé d’un peu plus près aux romans érotiques des Ming et des Qing : j’ai en effet beaucoup aimé votre article « Désirés, raillés, corrigés : les bonzes dévoyés dans le roman en langue vulgaire du XVIe au XVIIIe siècle » dont j’ai d’ailleurs parlé sur Sinoiseries (https://sinoiseries.wordpress.com/2014/07/02/bibliographie-moines-lubriques-et-paillards-dans-le-roman-chinois-des-ming-et-des-qing/) (je cherchais à l’époque des informations sur le
      Lüye xianzong).
      Amicalement,
      Pascal Médeville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s