Proverbes : Le chat, la belette et le petit lapin, à la sauce de soja

En promenade il y a quelques jours dans un parc de l’île de Phu Quoc (富国岛 [fùguódǎo]), dans le sud du Vietnam, près de la frontière cambodgienne, je remarque une statue de facture grossière, mais intéressante par l’histoire qu’elle évoque. Voici la statue en question :
yubang zhizhengCette statue est intéressante en ce qu’elle illustre une historiette chinoise bien connue : une bécasse (鹬 [yù] se promenant un jour près de l’eau, voit un coquillage bivalve (蚌 [bàng]) qui bayait aux corneilles. Ne voulant pas laisser passer l’occasion, le volatile se précipite le bec sur le premier sur le bivalve. Ce dernier, loin de s’en laisser conter, referma sur le bec menaçant sa mâchoire puissante. Les deux animaux restèrent ainsi immobiles, aucun des deux ne voulant lâcher l’autre.
Sur ces entrefaites, un pêcheur (渔翁 [yúwēng]) passant par là, vit les deux bestioles aux prises, et, ne voulant pas laisser passer l’aubaine, s’empara sans hésiter et du piaf et du mollusque, pour agrémenter sa maigre pitance.
Cette historiette est résumée par le proverbe chinois que voici : 鹬蚌相争,渔翁得利 [yù bàng xiāngzhēng, yúwēng délì] : de la dispute entre la bécasse et le bivalve, c’est le pêcheur qui profite.
Il me semble que l’on se trouve ici en présence d’un équivalent chinois de la célèbre fable de La Fontaine : « Le chat, la belette et le petit lapin », qu’en pensez-vous ?

Advertisements
Cet article, publié dans Proverbes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s