Histoires de Chine : Les dix grands maréchaux de l’Armée Populaire de Libération (10 : Ye Jianying)

Ye Jianying (叶剑英 [yè jiànyīng])
Ye Jianying (né à Meizhou 梅州 [méizhōu], dans la province du Guangdong en 1897) rentre dès 1917 à l’Académie Militaire du Yunnan (云南讲武堂 [yúnnán jiǎngwǔtáng]), qui avait été créée par le gouvernement des Qing en 1909 pour former les officiers de son armée de terre modernisée. Jian participe ensuite à la mise en place de l’Académie militaire de Huangpu, et y enseigne.
Il adhère du Parti Communiste Chinois en 1927, et il est l’un des organisateurs du soulèvement de Nanchang. En décembre 1927, il participe aussi au soulèvement de Canton. Il part étudier à Moscou en 1928, et rentre en Chine en 1930.
Dans le gouvernement de la République soviétique populaire de Chine (中华苏维埃人民共和国 [zhōnghuá sūwéi’āi rénmín gònghéguó], fondée en octobre 1931 à Ruijin 瑞金 [ruìjīn], dans le Jiangxi, et dissoute officiellement en septembre 1937), il occupe le poste de chef d’état-major général. Il participe à la Longue Marche.
En décembre 1936, il est l’un des ceux qui aident à trouver une issue pacifique à l’Incident de Xi’an (西安事变 [xī’ān shìbiàn]), au cours duquel les communistes chinois parviennent à convaincre Tchiang Kai-Chek de s’allier avec les communistes pour combattre l’envahisseur japonais.
Pendant la guerre de résistance contre le Japon, il occupe le poste de chef d’état-major de la Huitième Armée de Route. Il est chef d’état-major général de l’Armée Populaire de Libération pendant la guerre de libération.
Après la libération, il occupe différents postes militaires et politiques dans la région de Canton et dans le sud de la Chine.
Il est nommé vice-président la commission de la défense nationale en 1954. En 1965, il est vice-président de la Conférence consultative politique du peuple chinois. En 1975, il est nommé au poste de Ministre de la Défense. En 1982, il est vice-président de la commission militaire du comité central du PCC.
Il démissionne de toutes ses fonctions en septembre 1985, et décède à Beijing en octobre 1986.
Ci-dessous, un timbre de l’administration chinoise des postes à l’effigie de Ye Jianying. (L’image vient d’ici.)
(Ceci était le dernier épisode de cette série consacrée aux dix grands maréchaux de l’armée populaire de libération. Je n’ai pas encore décidé du thème du prochain billet de cette série historique, mais il s’agira assurément d’une autre période de l’histoire de Chine.)
ye jianying

Advertisements
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s