Bibliographie : Yao Lingxi, Petites notes sans malice

Dans la liste des livres publiés dans la collection idoine de l’éditeur du roman érotique de Li Yu, La chair pour tapis de prière (dont Sinoiseries a parlé ici), se trouvait un ouvrage dont je n’avais jamais entendu parler, et dont l’auteur m’était absolument inconnu : les Petites notes sans malice (《思无邪小记》 [sīwúxié xiǎojì] ; j’assume la paternité de la traduction de ce titre), de Yao Lingxi (姚灵犀 [yáo língxī]).
Yao Lingxi (né aux environs de 1899, décédé en 1963) est un lettré à l’ancienne mode qui a « mal tourné », dixit ma prude épouse après avoir jeté un œil pudique sur l’introduction de l’ouvrage. Maître Yao, excellent connaisseur de la littérature chinoise classique, s’est intéressé en particulier aux mœurs sexuelles des anciens Chinois. Il est considéré comme l’un des précurseurs de la sexologie chinoise. Son intérêt particulier lui a causé moult mésaventures, et l’a même conduit en prison à l’époque de la République de Chine. Yao est notamment connu pour un recueil de commentaires sur le Jinpingmei (《金瓶梅》 [jīnpíngméi], le roman emblématique de la littérature érotique chinoise), intitulé 《瓶外卮言》 [píngwài zhīyán] (littéralement Petits propos sans importance au-delà de la Fiole), dans lequel il met à profit d’une part sa parfaite connaissance du dialecte de wu (吴语 [wúyǔ]) pour expliquer des expressions incompréhensibles pour ceux qui ne maîtrisent pas cet idiome, et d’autre part le fruit de ses recherches pour révéler aux novices ce que sont les différents instruments de jeu et autres potions revigorantes dont abuse le libidineux Ximen Qing pour ses ébats éhontés. Cet ouvrage est considéré comme essentiel pour quiconque s’intéresse un peu sérieusement au Jinpingmei (et se trouve accessoirement dans la liste un peu longuette des ouvrages que je prévois de me faire envoyer de Taiwan).
Dans ses Petits notes sans malice, Yao Lingxi démontre une connaissance quasiment encyclopédique des sources chinoises anciennes. Il va chercher dans plus de 1000 ouvrages les références relatives à tout ce qui touche les us et coutumes sexuels des Chinois depuis la plus haute antiquité. Recettes taoïstes plus ou moins douteuses, croyances les plus inattendues, pratiques sexuelles des plus diverses e variées, allusions sexuelles dans la poésie ancienne, textes érotiques et pornographiques, habitudes sexuelles dans les différentes régions et aux différentes époques, jouets et potions, vocabulaire et terminologie spécifiques, tout ou presque ce qui touche au sexe depuis la haute antiquité chinoise jusqu’au début du XXe siècle est abordé dans ces Petites notes sans malice. C’est un véritable mine pour quiconque s’intéresse à l’érotisme chinois.
L’abord de l’ouvrage, rédigé en chinois classique et truffé de citations de textes anciens, n’est cependant pas facile.
L’édition dont je suis le possesseur comblé a été publiée en 2013 à Taipei (ISBN : 978-986-89532-2-2).
Voici la couverture de mon exemplaire :
yao lingxi_siwuxie xiaojie_small

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, Erotica, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Bibliographie : Yao Lingxi, Petites notes sans malice

  1. Nicolas dit :

    il y a surement des illustrations pour faciliter la compréhension de ce chinois classique, non? ;-P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s