Proverbes : Self-made man

La légende de la Chine en cette ère de « socialisme aux spécificités chinoises » (有中国特色的社会主义 [yǒu zhōngguó tèsède shèhuì zhǔyì]) nous propose une multitude d’histoires plus ou moins exaltantes (et plus ou moins authentiques) de valeureux entrepreneurs qui sont « partis de rien » pour se forger un empire resplendissant, grâce à la seule force de leur intellect, leur ténacité et à leur flair. Pour décrire ces modèles de la réussite dans la Chine post-Révo. Cul., on dira volontiers qu’ils ont « construit leur maison de leurs mains nues » : 白手起家 [báishǒu qǐjiā].
Mérite d’être noté ici le sens de « vide » que prend le sinogramme 白 [bái], qui signifie littéralement « blanc ».
Une preuve de plus, s’il en fallait une, du caractère indiscutablement polysémique des sinogrammes en chinois moderne.

Advertisements
Cet article, publié dans Proverbes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Proverbes : Self-made man

  1. KG dit :

    Je ne sais pas si c’est parce que je possède la vision émeraude de Neo, mais je vois bien un lien entre « blanc » et « vide ».
    Le blanc pouvant être considéré comme « vide de couleur » ( 白彩 ; 白色 ).
    Par exemple, pour signifier « vide » en français on utilise le mot « blanc », en anglais le mot « blank ».

    Je pense que LA signification ( littérale ) de 白 est « vide » mais que souvent 白 est l’ ellipse de 白彩 ou 白色.

    ( PS ; j’ avais déjà posté ce commentaire mais il a du y avoir un bug… )

    • pascalzh dit :

      Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez à réfuter la nature polysémique des sinogrammes, qui est admise PAR LES CHINOIS depuis plus de 2000 ans.
      Voir par exemple la définition de 白 dans le Shuowen jiezi (http://www.zdic.net/z/1f/sw/767D.htm)
      Je veux bien vous accorder, éventuellement, que les sinogrammes étaient monosémiques au moment de leur invention, lorsqu’ils étaient inscrits sur les carapaces de tortue, mais cela n’aide pas beaucoup pour la connaissance et l’apprentissage du chinois classique ou moderne.
      Mais visiblement, vous croyez mieux connaître les sinogrammes que les spécialistes chinois eux-même…
      (En chinois, il existe une expression pour cela : 孤芳自赏)

      • KG dit :

        La véritable logique du système d’ écriture chinois ne passionne pas tout le monde, et l ‘intérêt principal des quelques éléments de réflexion que je vous ai proposés, est de comprendre les caractères pour bien les mémoriser et ainsi bien apprendre le chinois ( ou japonais ).

        Je comprend que cela ne puisse intéresser que moyennement un sinophone confirmé ou ultra-confirmé.

        Je vous invite, tout de même, vous et vos lecteurs, à consulter le blog que je viens d’ ouvrir consacré aux caractères chinois.
        Le lien ; caractereschinois.wordpress.com

        Au plaisir de vous lire…

      • pascalzh dit :

        Je suis favorables aux moyens mnémotechniques destinés à faciliter l’apprentissage des sinogrammes.
        J’ai parcouru rapidement l’article que vous avez consacré à 理 sur votre blog, mais nier qu’il y ait une partie phonétique dans 理 me semble consister à nier l’évidence :
        Vous trouverez par exemple l’élément phonétique 里 dans une multitude de sinogrammes :
        里 理 哩 厘 鲤 锂 狸 喱 俚 娌 荲 艃 …
        Les Chinois le disent d’ailleurs eux-mêmes : quand on ne sait pas lire un caractère on prononce sa partie phonétique quand il en possède une : 有边就念边

  2. KG dit :

    Il ne s’agit pas de « mnémotechnique ».
    La mnémotechnique est une méthode qui consiste à mémoriser un objet manquant de logique en en y associant une artificielle.
    La mnémotechnique est donc inutile pour un objet au fonctionnement logique.

    Ce que je tente de démontrer c’est que l’ écriture chinoise est un système avec une logique intrinsèque.
    Un système logique avec, pour chaque caractère, UNE idée exprimée par la totalité de sa graphie.
    Je m’ efforce donc de retrouver cette logique originelle.

    Lorsque je dis que la partie phonétique d’un sinogramme n’ existe pas, je ne prétend pas qu’il n’ y a aucun lien entre une partie de la graphie et la prononciation.
    Je prétend que, tout autant que la « partie sémantique », la « partie phonétique » sert essentiellement à exprimer l’ idée.

    Si vous avez lu mon article sur 理, vous savez maintenant qu ‘ il est monosémique, et que la « partie phonétique » 里 est aussi utile à sa sémantique… non ?

    Effectivement, si les chinois eux-mêmes savaient déjà ce que je m’ évertue à révéler, alors nous le saurions aussi déjà grâce aux traductions.
    Même en langue française, les spécialistes ( 君子不器 ) français peuvent se tromper sur l’ étymologie d’ un mot français.

  3. ChristopheP dit :

    Amen si vous avez des révélations. Je ne comprends rien à votre Evangile Grand Maître KG. L’origine et les circonvolutions sont un peu plus compliquées et passer par Goa n’aide pas toujours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s