Histoires de Chine : Les dix grands maréchaux de l’Armée Populaire de Libération (8 : Xu Xiangqian)

Xu Xiangqian (徐向前 [xú xiàngqián])
Originaire du district de Wutai (五台县 [wǔtáixiàn]), dans la province du Shanxi, Xu Xiangqian (1901-1990) était le fils d’un riche et puissant seigneur de la guerre, mais il décida en 1924, contre l’avis de ses parents, de rejoindre les forces de Tchiang Kai-chek.
Il fit partie de la première promotion de l’académie militaire de Whampoa, et participa à l’expédition contre les seigneurs de la guerre du Nord. Il adhère ensuite au Parti Communiste chinois. Pendant la première guerre civile, il prit part au soulèvement de Guangzhou (广州暴动 [guǎngzhōu bàodòng]) en 1927, et prit le commandement du Quatrième front de l’armée rouge des ouvriers et paysans de Chine pendant les quatre premières campagnes d’anéantissement du Kuomintang. Il prit part à la Long Marche, et prit la tête de la Quatrième armée de route (四路军 [silùjūn]) lors de l’expédition vers le Nord qui fut un échec.
Pendant la Guerre de résistance contre le Japon, il est commandant de la 129ème division du dix-huitième groupe d’armées de l’armée révolutionnaire nationale, et organise des bases derrière les lignes ennemies au Hebei et au Shandong.
À la tête des troupes de la région militaire Shanxi-Hebei-Shandong-Henan, il participe aux campagnes de Yuncheng (运城战役 [yùnchéng zhànyì], avril à décembre 1947), Linfen (临汾战役 [línfén zhànyì], mars à mai 1948), Jinzhong (晋中战役 [jìnzhōng zhànyì], juin-juillet 1948) et Taiyuan (太原战役 [tàiyuán zhànyì], octobre 1948 à avril 1949), et s’empare de la totalité de la province du Shanxi.
Après la libération, il occupe divers postes important. Pendant la révolution culturelle, il est impliqué dans l’affaire du « contre-courant de février » (二月逆流 [èryuè nìliú], ce terme évoque la tentative, fin janvier 1967, par plusieurs vétérans du Parti Communiste, de s’opposer aux radicalisme d’ultra-gauche des débuts de la Révo Cul).
Alors qu’il est vice-premier ministre et ministre de la défense, il décide en 1958 de mettre fin aux bombardements de l’île de Quemoy (on dit plutôt aujourd’hui Jinmen, 金门 [jīnmén]).
Xu Xiangqian décède à Beijing en septembre 1990, à la veille de l’ouverture des Jeux Asiatiques de Pékin.
Ci-dessous, le portrait officiel de Xu Xiangqian (l’image vient de l’article que Wikipedia consacre à ce maréchal, ici).
(Le prochain épisode de cette série sera consacré à Nie Rongzhen.)
Xu_Xiangqian

Advertisements
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s