Bibliographie : Simon Leys, Les Habits neufs du président Mao

Il y a des livres qui ne s’apprécient à leur juste valeur que si l’on possède le bagage nécessaire pour les comprendre vraiment. Il y a aussi des livres qui, à la lumière de l’histoire, démontrent leur sagacité. Il y a enfin des livres qui invitent à l’humilité. Le premier volet de la trilogie que Simon Leys (Pierre Ryckmans) a consacrée à la Chine de la Révo. Cul., Les Habits neufs du président Mao, relève sans conteste de ces trois catégories.
À l’inverse du deuxième volet, Ombres chinoises (dont Sinoiseries a parlé ici), Les Habits neufs du président Mao n’est pas vraiment destiné au grand public. On en apprécie mieux la portée si l’on a quelques connaissances de la Chine des années 1950/1960. La richesse des informations est telle que, si l’on ne sait rien du mouvement des Cents Fleurs (百花运动 [bǎihuā yùndòng]), de la Conférence de Lushan (庐山会议 [lúshān huìyì])du Grand Bond en avant (大跃进 [dàyuèjìn]), on a un peu de mal à démêler le fil des évènements qui poussèrent Mao à déclencher cet évènement apocalyptique que fut pour la Chine la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne, qui plongea le pays dans un désordre tel que même l’orthodoxie sino-communiste qualifie cette période de « dix années de désordres » (十年动乱 [shínián dòngluàn]), voire de « dix années de calamités » (十年浩劫 [shínián hàojié]) (voir par exemple ici l’article en chinois que Wikipedia consacre à cet évènement).
Alors qu’au moment où est paru ce livre (1971), Simon Leys a fait l’objet de la part de l’orthodoxie sinologique française et internationale des attaques les plus violentes (une amie me confiait qu’à l’époque, toute personne surprise aux Langues O en possession d’un exemple des Habits neufs était qualifiée de fasciste par les groupes Mao), la finesse de l’analyse, la justesse du ton, l’exactitude des prévisions ont été largement démontrées depuis. Il est remarquable que, avant même la fin de cette période trouble (Simon Leys a rédigé sur ce livre sur la base d’informations recueillies avant 1969), l’auteur a parfaitement démonté les rouages du régime maoïste, a parfaitement compris quelles avaient été les motivations de Mao pour lancer ce mouvement dévastateur, a parfaitement analysé les tenants et les aboutissants du raz-de-marée provoqué par la volonté de destruction de l’ordre établi au profit d’un seul et même homme s’accrochant au pouvoir, même si cela devait être au prix des intérêts fondamentaux du pays et de ses habitants. On ne saurait en dire autant des thuriféraires de la Chine de Mao qui publièrent à l’époque des livres dont le ridicule n’égale que le caractère insipide (je vous invite par exemple à parcourir, si vous en avez l’occasion, l’ouvrage hautement pittoresque, faisant l’apologie inconditionnelle des achèvements grandiose de la révolution culturelle, publié en 1971 également par la communiste italienne Maria Antonietta Macciocchi, intitulé De la Chine).
Enfin, on ne peut s’empêcher d’admirer la science sinologique de Simon Leys, la facilité apparente avec laquelle il puise dans les sources chinoises, ses capacités de travail et d’analyse. Et, de surcroît, on ne peut qu’être admiratif de l’écriture superbe de Simon Leys.
J’avais lu ce livre à l’époque où j’apprenais laborieusement la langue chinoise et essayais de me familiariser avec son histoire contemporaine. Je l’ai relu récemment, et décidément, je crois qu’il s’agit d’une œuvre fondamentale et tout à fait irremplaçable pour quiconque s’intéresse à l’histoire de la Chine communiste, et même pour quiconque cherche à comprendre la Chine de Xi Jinping, car on s’aperçoit que les mécanismes sont restés inchangés, et que ce qu’écrivait Simon Leys à la fin des années soixante dans une mesure certaine, reste applicable au régime actuel.
Mon exemplaire se trouve dans le recueil Écrits sur la Chine publié par les éditions Bouquins. Les Habits neufs du président Mao reste disponible en librairie, aux éditions Ivrea.
Ci-dessous, la couverture de la version publiée par les éditions Ivrea :
simon leys_les habits neuf du president mao

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s