Histoires de Chine : Les dix grands maréchaux de l’Armée Populaire de Libération (4 : Liu Bocheng)

Liu Bocheng (刘伯承 [liú bóchéng])
Liu Bocheng est né en 1892 dans la province du Sichuan, à Chongqing (重庆 [chóngqìng], aujourd’hui municipalité autonome). Il est connu pour avoir été un fin stratège (战略家 [zhànlüèjiā] ; 战略 [zhànlüè] : stratégie) et tacticien (战术家 [zhànshùjiā] ; 战术 [zhànshù] : tactique). Il passe en 1912 l’examen d’entrée de l’école militaire de Chongqing, et adhère en 1914 au Parti Révolutionnaire Chinois (中华革命党 [zhōnghuá gémìngdǎng]), précurseur du Kuomintang, fondé par Sun Yatsen (孙中山 [sūn zhōngshān]). Il participe à l’expédition contre les seigneurs de la guerre du nord de la Chine. Il entre au PCC dès 1926. En 1927, il est de l’un des dirigeants du soulèvement de Nanchang.
Il est ensuite envoyé en URSS, où il étudie entre autres à l’Académie militaire Frounze (伏龙芝军事学院 [fúlóngzhī jūnshì xuéyuàn]). Il rentre en Chine en 1930.
Pendant la première guerre civile (1927-1931, désignée dans la terminologie chinoise par l’expression de 土地革命战争 [tǔdì gémìng zhànzhēng] : guerre révolutionnaire agraire), il occupe divers postes. Il participe à la bataille de Qigencun (七亘村战斗 [qīgèncūn zhàndòu], 七亘寸 [qīgèncūn] est le nom d’un village du district de Pingding 平定县 [píngdìngxiàn] dans la province du Shanxi) contre les forces impériales japonaises en octobre 1937, à l’Offensive des cent régiments en 1940, et à la bataille de Guanjia’nao (关家垴战斗 [guānjiānǎo zhàndòu], Guanjianao 关家垴 [guānjiā’nǎo] est un village du district de Wuxiang 武乡县 [wǔxiāngxiàn] dans la province du Shanxi) fin octobre 1940.
Pendant la guerre de libération, Liu Bocheng est commandant de la région militaire qui englobe les provinces du Shanxi, du Shandong, du Hebei et du Henan. En 1945, il commande, avec Deng Xiaoping, les campagnes de Shangdang (上党战役 [shàngdǎng zhànyì] ; 上党 [shàngdǎng] est aujourd’hui situé sur le territoire de la municipalité de Changzhi 长治 [chángzhì], dans la province du Shanxi) et de Handan (邯郸战役 [hándān zhànyì] ; 邯郸 [hándān] est une ville du Hebei, c’est la capitale du Royaume de Zhao à l’époque des Royaumes Combattants), ainsi qu’à d’autres campagnes et batailles d’importance.
Après la libération, il occupe divers postes de haut niveau. Mais en 1958, il est critiqué pour son « militarisme », et placé en disponibilité ; il réintègre l’appareil d’État en 1966. Il occupe encore diverses fonctions jusqu’en 1980, date à laquelle renonce démissionne de toutes ses postes aussi bien au sein de l’appareil d’État que du Parti. Il décède à Beijing en 1986, à l’âge de 94 ans.
C’est de He Long que nous parlerons à l’épisode suivant de cette série.
La photo ci-dessous, où l’on voit Liu Bocheng (à gauche) en compagnie de Deng Xiaobing, illustre un article expliquant les motifs de la disgrâce de Liu en 1958 (voir ici).
liu bocheng deng xiaoping

Advertisements
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s