Histoires de Chine : Les dix grands maréchaux de l’Armée Populaire de Libération (3 : Lin Biao)

Lin Biao (林彪 [lín biāo])
Lin Biao (1907-1971) est né dans la province du Hubei. C’est l’un des communistes chinois de la première heure, puisqu’il adhère dès 1923 à la Ligue de la jeunesse socialiste de Chine (中国社会主义青年团 [zhōngguó shèhuì zhǔyì qīngniántuán]). En 1925, il est admis à l’académie militaire de Huangpu (Whampoa) (黄埔军校 [huángpǔ jūnxiào]), et adhère au PCC la même année. En octobre 1926, il intègre l’Armée Populaire Nationale comme chef de section (排长 [páizhǎng]) et participe à ce titre à l’expédition contre les seigneurs de la guerre du nord de la Chine. Il participe à la révolte de Xiangnan en 1928, puis rejoint Jinggangshan. Il s’illustre lors de diverses campagnes et notamment lors des combats contre les campagnes successives d’encerclement et d’anéantissement lancées par le Kuomintang contre les communistes chinois. Il participe encore à la Longue Marche en 1934 et à la Conférence de Zunyi en 1935.
En 1936, il est nommé au poste de recteur de l’Université de l’Armée Rouge (红军大学 [hóngjūn dàxué]), et cumule ensuite ce poste avec celui de commissaire politique (政治委员 [zhèngzhì wěiyuán]) de cette même université. Lorsqu’éclate la guerre de résistance contre le Japon, il est nommé commandant de la 115ème division, et se retrouve sur le front (前线 [qiánxiàn]) de Chine du Nord. Il commande, avec Nie Rongzhen (un autre des dix maréchaux), les troupes chinoises pendant la bataille de Pingxingguan (平型关战役 [píngxíngguān zhànyì]) en septembre 1937. Il séjourne en URSS pour raisons médicales entre 1938 et 1942.
Après la victoire de la guerre de résistance contre le Japon, il occupe successivement divers postes de commandement en Mandchourie. Pendant la guerre de libération contre le Kuomintang, il participe à de nombreuses campagnes, et c’est lui qui libère la Mandchourie.
Après la libération, il occupe successivement de nombreux postes importants, dont celui de Ministre de la Défense et celui de vice-président de la Commission Militaire Centrale.
Pendant la Révolution Culturelle, il fait partie du noyau dur des extrémistes de gauche, et prend une part active à l’élimination de quelques-uns des plus anciens communistes chinois. Il se montre notamment très virulent contre Peng Dehuai.
D’après l’histoire officielle chinoise, il est à la tête d’un complot visant à renverser Mao et à prendre le pouvoir. Ses projets sont mis à jour, et il tente de s’enfuir en avion avec sa famille en 1971. C’est la fameuse « affaire du 13 septembre », à laquelle Sinoiseries a déjà consacré un billet (voir ici).
C’est de Liu Bocheng que nous parlerons dans le prochain billet.
Ci-dessous, Lin Biao sur la couverture d’un numéro spécial du Time Magazine consacré au « Cauchemar chinois », paru le 9 septembre 1966. (L’image vient du site du magazine, ici.)
lin biao

Advertisements
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s