Néologismes : Microblog à la sauce pékinoise

La Chine n’a pas échappé à la fringale de pseudo-information instantanée qui a pris la forme, sous nos latitudes, du fameux Twitter. Mais comme en Chine, il est de bon ton de faire les choses différemment, les autorités chinoises ont fait en la matière preuve d’un nationalisme sourcilleux et forcené, en bloquant l’accès des Internautes chinois à Twitter, Facebook, Plurk et autres réseaux sociaux (社交网络 [shèjiāo wǎngluò]) scandaleusement incontrôlables.
L’idée de partage d’informations diverses et variées à la vitesse de la lumière (光速 [guāngsù]) a cependant bien percé en Chine comme partout ailleurs, et l’on a vu apparaître sur les réseaux chinois le néologisme 微博 [wēibó] : microblog. Ce terme est l’abréviation de 微型博客 [wēixíng bókè], 微型 [wēixíng] étant le terme utilisé systématiquement pour traduire le préfixe « micro- » (voir par exemple des expressions telles que 微型计算机 [wēixíng jìsuànjī] : micro-ordinateur, 微型车 [wēixíngchē] : microvoiture, 微型企业 [wēixíng qǐyè]) : microentreprise, etc.), et 博客 [bókè] la transcription phonétique approximative de l’anglais « blog ». Notons au passage que 博客 est aussi utilisé tel quel pour désigner un blog. Notons encore que l’on parle aussi parfois de « miniblogs » : 迷你博客 [mínǐ bókè] (迷你 [mínǐ] est bien entendu la transcription phonétique du préfixe « mini- », voir par exemple 迷你裙 [mónǐqún] : minijupe,
Le premier service de microblogging apparu en Chine fut Fanfou (饭否 [fànfǒu]), mis officiellement en ligne en mai 2007, avant d’être bloqué par les autorités compétentes en juillet 2009, pour réapparaître en novembre 2011. Le volume actuel de la clientèle actuelle de Fanfou (fanfou.com) est cependant anecdotique.
Le marché chinois du microblogging est aujourd’hui monopolisé par deux grands acteurs : Sina (新浪 [xīnlàng]), qui a créé une plate-forme dédiée (weibo.com) et Tencent (腾讯 [téngxùn]), inventeur du célébrissime QQ. Aujourd’hui, point d’Internaute chinois digne de ce nom qui n’ait un microblog chez Sina, et un compte QQ chez Tencent. Les entreprises profitent bien entendu pleinement de ces outils de communication pour vanter les mérites de leurs produits et services.
Et, Chine oblige, notons aussi que les fournisseurs d’accès sont responsables devant les autorités de ce qui se publie sur leurs plates-formes, et que lesdites autorités n’hésitent jamais à exiger les clôture des comptes qui menacent le bon ordre public…
Pour en savoir un peu plus, je vous invite à lire sur Wikipedia ou sur Baike les pages bien documentées consacrées au microblogging.

Publicités
Cet article, publié dans Néologismes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s