Jinologie : Les Amants chevaleresques du condor fabuleux – Episode 2

À l’épisode précédent, nous avions laissé Yang Guo alors qu’il se réfugiait, pour échapper aux poursuites des taoïstes de la secte Quanzhen, dans la Tombe du mort vivant de Demoiselle Dragon.
Les taoïstes avaient bien essayé de récupérer le jeune disciple insoumis, mais la règle de la secte interdisait que l’un quelconque des membres de la secte s’introduisît sur le territoire de la Tombe du mort vivant. Malgré l’interdiction, l’un d’entre eux avait bien essayé, mais il s’était vu attaquer par l’essaim des « abeilles de jade » (玉蜂 [yùfēng]) dressées de Demoiselle Dragon.
Demoiselle Dragon entreprend d’enseigner à Yang Guo les techniques de l’école de la veille tombe. Yang Guo se révèle être un élève talentueux. De plus, il vénère Mademoiselle Dragon, malgré la sévérité et le trop grand sérieux de la jeune fille.
Avec le temps qui passe, un sentiment amoureux grandit entre maître et disciple. Demoiselle Dragon, qui avait fait vœu de ne jamais quitter la Tombe du mort vivant, finit cependant, par amour pour Yang Guo, par accepter d’aller voir le monde en compagnie de son disciple.
Alors qu’ils sont installés dans une cabane non loin du mont Zhongnan, Ouyang Feng, père adoptif de Yang Guo, surgit, et, voulant enseigner à ce dernier la suite du kungfu du crapaud, paralyse Mademoiselle Dragon d’un coup porté au point idoine, et lui bande les yeux, puis s’éloigne avec son fils adoptif.
Le hasard fait que Yin Zhiping (尹志平 [yǐn zhìpíng]), taoïste de la troisième génération du Quanzhen qui convoitait depuis longtemps Mademoiselle Dragon, passe par là. Il profite de la paralysie provisoire de la jeune fille et du fait qu’elle a les yeux bandés, pour assouvir sa passion et abuser d’elle. Mademoiselle Dragon croit que c’est Yang Guo.
Une petite remarque s’impose ici : dans la première version de son roman, Jinyong avait donné au violeur le nom de Yin Zhiping, qui a réellement existé et appartenait à la troisième génération des taoïstes du Quanzhen. Mais, pour ne pas froisser les membres de la secte Quanzhen, qui est encore active aujourd’hui, Jinyong a changé le nom de ce personnage en Zhen Zhibing (甄志丙 [zhēn zhìbǐng]), personnage imaginaire, dans une version ultérieure du roman. C’est encore ce nom qui est utilisé dans les éditions actuelles.
Lorsque Mademoiselle Dragon recouvre sa liberté de mouvement et revoit Yang Guo, elle commence par lui reprocher son inconduite, puis déclare que puisqu’il est en ainsi, elle accepte de devenir sa femme. Le jeune Yang Guo ne comprend pas, et affirme qu’il ne sait pas de quoi parle la jeune femme. Mademoiselle Dragon croit alors qu’il ne veut pas assumer ses responsabilités, et, ne pouvant se résoudre à le tuer pour laver son honneur, décide de s’enfuir. Yang Guo, désespéré, part à sa recherche, et comprend enfin que Mademoiselle Dragon partage son sentiment amoureux.
Yang Guo se trouve ensuite assister à une réunion des maîtres d’arts martiaux de Chine, dont le but est de désigner le chef de l’armée que ces maîtres envisagent de constituer pour s’opposer à l’envahisseur mongol. Pendant le cours de cette réunion, le « Maître aux disques d’or » (金轮国师 [jīnlún guóshī], appelé dans la version initiale du roman le « Grand prêtre aux disques d’or » 金轮法王 [jīnlún fǎwáng]), maître incontesté des arts martiaux dans l’Empire Mongol, vient semer le trouble. Alors que personne, pas même Guo Jing, ne semble capable de s’opposer à lui, Yang Guo et Mademoiselle Dragon (qui cherchait Yang Guo et passait là presque par hasard), se battent ensemble contre le Maître aux disques d’or, et arrivent à le faire fuir, sauvant ainsi la face aux Chinois. Guo Jing est impressionné par la maîtrise des arts martiaux de Demoiselle Dragon et de Yang Guo. Il trouve que l’occasion est idéale pour conclure enfin le mariage prévu entre Yang Guo et sa fille Guo Fu. Yang Guo refuse, bien entendu, et déclare que la seule épouse qu’il aura jamais, ce sera Mademoiselle Dragon.
Cette annonce provoque un scandale incommensurable : selon la morale confucéenne, un maître est comme un père. Demoiselle Dragon étant le maître de Yang Guo, l’union entre les deux est considérée comme incestueuse. Désespérée, Demoiselle Dragon s’enfuit une nouvelle fois, pour éviter de Yang Guo ne soit ostracisé…
À l’épisode suivant, vous saurez tout du mariage de Demoiselle Dragon avec le maître de la Vallée impitoyable, de l’empoisonnement fatal de Yang Guo, et de la façon dont une vieille femme que l’on croyait morte trouve l’épouse idéale pour notre jeune héros.
Ci-dessous, le « Maître aux disques d’or », joué par l’acteur Ba Yin (巴音 [bāyīn]), d’ethnie mongole, dans l’édition 2006 de la série télévisée adaptée du roman (la photo vient d’ici) :
jinlun guoshi

Advertisements
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jinologie : Les Amants chevaleresques du condor fabuleux – Episode 2

  1. Ping : Jinologie : Les Amants chevaleresques du condor fabuleux – Episode 5 (fin) | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s