Histoires de Chine : Et Nüwa créa les hommes (女娲造人 [nǚwā zàorén])

Nous avons vu (ici) comment Pangu avait créé l’univers. Dans le monde créé par Pangu, arriva un jour une déesse (女神 [nǚshén]) d’une grande beauté et dotée de pouvoirs extraordinaires, connue sous le nom de Nüwa (女娲 [nǚwā]). Elle trouva le monde laissé par Pangu magnifique, avec ses monts majestueux, ses fleuves et des rivières parcourant la terre, la végétation luxuriante, les animaux batifolant parmi les fleurs plus superbes les unes que les autres. Après avoir parcouru ce monde, elle pensa qu’il y manquait quelque chose, sans pour autant savoir quoi. Elle s’assit au bord d’un étang, contemplant son reflet dans l’eau calme. Elle eut aussitôt une inspiration : ce qui manquait à ce monde, c’étaient des êtres à son image, qui pourraient régenter l’univers créé par Pangu.
Elle prit alors un peu de boue sur la rive, et façonna, à l’image de son reflet, une poupée de terre qui, dès qu’elle fut posée sur le sol, s’anima, rit et appela la déesse « maman ». Ravie, Nüwa donna un nom à cet être, qui s’appela « homme ».
Pensant qu’il serait bien que le monde fût rempli de ces « hommes », elle façonna de la même façon plusieurs de ces êtres, qui s’égayèrent dans la nature. Elle ne cessa de travailler, à la lumière du soleil et des étoiles, espérant créer suffisamment d’hommes pour peupler le monde.
Mais la tâche était bien ardue, et Nüwa se rendit vite compte qu’elle ne parviendrait pas, en travailler de cette façon à peupler le monde entier. Elle eut alors une idée : elle prit une corde, la plongea dans la boue, et fouetta l’air de la corde. Les gouttes de boue qui tombait de la corde, en touchant le sol, prirent vie et se transformèrent aussi en hommes, identiques aux précédents.
Elle pensa encore que ces êtres frêles ne vivraient pas infiniment, et qu’il lui faudrait, le moment venu, reprendre sa tâche créatrice. Cherchant une solution à ce problème, elle eut l’idée, en observant la façon dont les animaux se reproduisaient dans la nature, qu’il serait bon que ses enfants puissent s’unir. Elle donna donc le pouvoir à ces êtres de s’unir pour procréer, et c’est ainsi que naquit la race humaine.
Mais Nüwa étant une déesse dotée d’un talent exceptionnel, et elle accomplit encore d’autres exploits dont la mythologie chinoise a conservé les récits, il est donc probable que nous la retrouverons sur Sinoiseries.
(Ci-dessous, une statue de la déesse Nüwa qui se trouve à Huaiyang 淮阳 [huáiyáng], dans la province du Henan. L’image vient d’ici.)
1n-1088

Advertisements
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Histoires de Chine : Et Nüwa créa les hommes (女娲造人 [nǚwā zàorén])

  1. Ping : Histoires de Chine : Nüwa répare le ciel (女娲补天 [nǚwā bǔ tiān]) | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s