Proverbes : Comme larrons en foire…

L’expression quadrisyllabique 同心同德 [tóngxīn tóngdé] signifie littéralement « (avoir) un cœur et in idéal identiques » (ici, 德 n’a pas le sens moderne de « vertu », mais plutôt celui « d’idéal »). Cette expression signifie « être à l’unisson », « être tout à fait d’accord ».
Cette expression est directement tirée du Shangshu (《尚书》 [shàngshū]). C’est dans une harangue que le roi Wu des Zhou (周武王 [zhōu wǔwáng], le premier souverain de la dynastie des Zhou, qui régna entre 1046 et 1041 avant l’ère chrétienne) adressait à ses troupes que l’expression fut utilisée pour la première fois. Dans ce passage, ce personnage qui s’apprête à abattre la dynastie moribonde des Shang veut dire à ses troupes que ce qui importe, c’est d’être à l’unisson. Le passage en question dit : “受有亿兆夷人,离心离德。予有乱臣十人,同心同德。”, phrase que Séraphin Couvreur traduit de la façon suivante : « Cheou a des myriades et des millions d’hommes ordinaires, tous divisés de sentiment et de volonté. Moi, j’ai dix ministres qui m’aident à bien gouverner, et qui sont unis de sentiment et de volonté. » La traduction de Séraphin Couvreur me semble à première vue bien éloignée du texte chinois, mais l’idée y est. (Une remarque sur l’expression 乱臣 [luànchén] : dans le contexte du Shanghu, le souverain qualifie de 乱臣 ses ministres les plus talentueux ; notons cependant que dans d’autres contextes, cette expression sert au contraire à désigner des ministres qui ne font pas leur travail, et sont causes de troubles…)
(La traduction de Séraphin Couvreur du Shangshu est disponible en ligne, ici.)

Publicités
Cet article, publié dans Proverbes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Proverbes : Comme larrons en foire…

  1. 高如玉 dit :

    Passage très intéressant des Annales de la Chine. Confucius cite d’ailleurs ce passage dans le Lunyu (VIII.20) et ajoute que le roi Wu comptait sa femme parmis ses 10 ministres. Confucius ajoute: « Les hommes de talent sont rares n’est-il-pas vrai? (…….) le roi Ou n’a trouvé que neuf hommes, puisque l’un des dix était une femme. »
    Merci Pascal de m’avoir rappelé ce passage!

    • pascalzh dit :

      Merci pour ces éclaircissements.
      Ma connaissance de la littérature chinoise ancienne est très insuffisante, je m’en aperçois presque tous les jours 😦

  2. 高如玉 dit :

    Au contraire, j’apprends tellement en lisant vos articles, je me réjouis d’avoir accès à toutes vos notes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s