Bibliographie : La Dame aux pruniers ombreux, Mao Xiang (traduction)

Je me suis procuré récemment la traduction française d’un texte que j’avais lu en chinois, écrit par Mao Xiang (冒襄 [mào xiāng]), intitulé en chinois 《影梅庵忆语》([yǐngméi’ān yìyǔ]), titre que j’avais traduit par Souvenirs de la hutte aux prunus ombragés, dans le billet que j’avais consacré ici à ce récit autobiographique des amours d’un jeune lettré et d’une courtisane à la fin de la dynastie des Ming.
La traduction de ce texte, que nous devons à Martine Vallette-Hémery, a été publiée sous le titre de La Dame aux pruniers ombreux aux éditions Picquier, d’abord en 1992, puis, en édition de poche, en 1997 (ISBN 9782877303521).
De Martine Vallette-Hémery, j’ai noté également un recueil de textes en prose intitulé Les Formes du vent – Paysages chinois en prose, ainsi que diverses traduction, dont celle d’un recueil de textes de Wu Congxian (吴从先 [wú cóngxiān], qui vécut à la fin des Ming), intitulé en français Vu par la petite fenêtre (on connaît de Wu Conxiang plusieurs recueils dont le titre comporte l’expression « petite fenêtre » 小窗 [xiǎochuāng], j’ignore si ce qui a été traduit est un recueil en particulier, ou un choix de textes de ces divers recueils), ou encore celle des Propos sur les racines des légumes (《菜根谭》 [càigēntán]), recueil d’aphorismes bien connu de Hong Zicheng (洪自诚 [hóng zìchéng]), plus connu des Chinois sous le nom de Hong Yingming (洪应明 [hóng yìngmíng]), ermite taoïste qui vécut à la fin du XVI° siècle.
La traduction du récit de Mao Xiang, rédigé en chinois classique, truffé de références littéraires plus ou moins savantes, n’était certes pas chose aisée. La traductrice a tenté de rendre dans son texte français, parfois assez bien, le style ampoulé de Mao Xiang. La traduction comporte de nombreuses notes fort utiles, mais il me semble qu’il en manque quelques-unes (j’ai identifié dans la traduction quelques références littéraires que la traductrice n’a pas relevées).
Quoi qu’il en soit, cette traduction permettra à ceux qui ne lisent pas couramment le chinois classique d’aborder ce récit des amours très célèbres de Mao Xiang et de la courtisane Dong Xiaowan.
Voici le scan de la couverture de mon exemplaire d’occasion, acheté chez un libraire en ligne bien connu :
mao xiang_yingmeian yiyu

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Bibliographie : La Dame aux pruniers ombreux, Mao Xiang (traduction)

  1. 高如玉 dit :

    Quelle coïncidence, je suis aussi en train de lire ce petit roman de Mao Xiang. Merci pour ces autres titres (traductions de M. Vallette-Hémery) que je ne connaissais pas.

  2. Comme disait si bien mon sinologue préféré, Pierre Ryckmans, «l’idéal du traducteur est de se transformer en Homme Invisible: il doit s’effacer, faire oublier son existence de façon à donner au lecteur l’illusion d’accéder de plein pieds à l’oeuvre original.» Je pense qu’elle a atteint ce but avec sa traduction du roman de Mao Xiang.
    Pour ce qui est de comparer la traduction avec le texte chinois, je n’ai pas encore ces compétences malheureusement….. mais j’y travaille!

    • pascalzh dit :

      J’ai une opinion un peu plus mitigée sur la qualité de la traduction, non pas que je pense qu’il y a des fautes de traduction, mais cela me semble parfois un peu trop littéral.
      Mais c’est bien entendu tout à fait subjectif 🙂

  3. Ping : Funan, Zhenla, Jianpuzhai… : les noms du Cambodge dans les sources chinoises | Khmerologie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s