Jinologie comparée : Trois adaptations télévisées des Amants chevaleresques (1)

À chaque fois que sort sur les écrans, petits ou grands, une nouvelle adaptation de l’une des œuvres du Maître Jinyong, le monde entier de la jinologie est en ébullition, et les commentaires sur tous les aspects de la nouvelle version vont bon train.
C’est le cas en ce moment des Amants chevaleresques du Condor fabuleux (《神雕侠侣》) dont une nouvelle version vient de sortir sur le petit écran, le 3 décembre 2015. Même si ma douce et tendre Emilie, qui a eu vent de cette sortie et sait déjà presque tout sur le tournage, me déconseille vivement de prendre le temps de visionner cette version (« L’actrice taiwanaise qui joue la Demoiselle Dragon est trop grosse ! »), et même si je n’ai pas eu l’occasion d’en voir le moindre épisode (je réserverai les créneaux horaires nécessaires à l’occasion de mon prochain séjour en Chine), je pense qu’il est de mon devoir, en tant que jinologue averti, de me faire l’écho de ce qui se dit sur nouvelle version. Je m’appuie ici, principalement, sur un article paru sur Internet, et repris par de nombreux sites, qui analyse les qualités et défauts des principaux personnages du roman tels qu’ils furent interprétés dans deux anciennes adaptations bien connues, et dans la dernière version (l’article est question peut être consulté ici).
Mais avant cela, une petite remise en contexte s’impose. La dernière version est diffusée en exclusivité, depuis le 3 décembre 2014, par le canal satellitaire de la radio-télévision du Hunan (湖南卫视 [húnán wèishì], abréviation de 湖南广播电视台卫星频道 [húnán guǎngbō diànshìtái wèixīng píndào]]). Elle a été mise en scène par le cinéaste hongkongais Li Huizhu (李慧珠 [lǐ huìzhū]). C’est la première fois que Li dirige une série tirée d’une œuvre de Jinyong.
Dans cette version de la série, Yang Guo est interprété par Chen Xiao (陈晓 [chén xiāo]), Demoiselle Dragon par l’actrice taiwanaise Michelle Chen (陈妍希 [chén yánxī], qui avait notamment joué dans You are the Apple of My Eyes, dont Sinoiseries avait parlé ici), Guo Jing par Zheng Guolin (郑国霖 [zhèng guólín]), Huang Rong par Yang Mingna (杨明娜 [yáng míngnà]), Li Mochou par Viann Zhang (张馨予 [zhāng xīnyǔ]), Guo Fu par Rachel Momo (毛晓彤 [máo xiāotóng]), Cheng Ying par Sarah Zhao (赵韩樱子 [zhàohàn yīngzǐ]), Lu Wushuang par Yoki Sun (孙耀琦 [sūn yàoqí]), Guo Xiang par Sophie Zhang (张雪迎 [zhāng xuěyíng]), Gongsun Lü’e par Wu Jingjing (邬靖靖 [wū jìngjìng). Je ne cite que ces personnages parce que c’est eux qui sont examinés dans l’étude comparative que j’évoquais ci-dessus. Si vous voulez le casting complet, je vous invite à lire l’article que Baidu consacre à cette nouvelle version des Amants chevaleresques, ici.
Les deux autres adaptations du roman utilisées pour la comparaison sont, d’une part, la version, classique parmi les classiques, du metteur en scène Lee Tim-Sing (李添胜 [lǐ tiánshèng]), datant de 1995, avec dans les rôles principaux Louis Koo (古天乐 [gǔ tiānlè], Yang Guo) et Carman Lee (李若彤 [lǐ ruòtóng], Demoiselle Dragon), et de l’autre la version tournée en 2006 par Yu Min (于敏 [yú mín]), avec dans les rôles principaux Huang Xiaoming (黄晓明 [huáng xiāomíng]) et Crystal Liu (刘亦菲 [liú yìfēi], à mon humble avis, la plus réussie des Demoiselles Dragon).
On dénombre à ce jour pas moins de sept séries télévisées tirée des Amants chevaleresques, roman qui constitue le deuxième volet de la « trilogie romanesque du Condor », ainsi qu’un certain nombre de longs métrages, films d’animation, bandes dessinées et même jeux informatiques, c’est dire combien ce roman a inspiré du monde. Si vous voulez la liste des diverses adaptations, je vous invite à consulter cette liste sur Baidu, ici.
Les comparaisons entre le jeu et le physique des acteurs et actrices respectifs des trois versions déchaînent les passions et donnent lieu à des joutes verbales passionnées. Dans la suite de cette série, je me contenterai le plus souvent de reproduire ce que dit l’article de référence cité ci-dessus, en ajoutant mon grain de sel, lorsque je le jugerai opportun. Au prochain épisode, nous commencerons, honneur aux demoiselles, par les trois avatars de Mademoiselle Dragon.
Pour vous mettre en appétit, voici une photo de Mademoiselle Dragon, version Crystal Liu (l’image vient d’ici) :
liu yifei_shendiao

Publicités
Cet article, publié dans Jinologie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Jinologie comparée : Trois adaptations télévisées des Amants chevaleresques (1)

  1. Silouane dit :

    Merci pour l’info, je viens de me mettre aux séries télévisées récemment; je ne connais que les romans de Jin Yong

    • pascalzh dit :

      Si vous lisez le chinois, la lecture des romans de Jinyong sera sans doute une grande source de plaisir.
      En plus, Jinyong écrit très bien, mon chinois lui doit beaucoup 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s