Littérature et gastronomie : Causeries sur la gastronomie dans l’élégant pavillon, Liang Shiqiu

En France, la gastronomie est un sujet qui est rarement traité par les grands écrivains. On connaît certes la madeleine le Proust, ou encore le savoureux passage du Ventre de Paris dans lequel Emile Zola donne une description exceptionnelle de l’intérieur d’une fromagerie, mais on oublie souvent qu’Alexandre Dumas a pris la peine de rédiger un Grand dictionnaire de cuisine. Chez les contemporains, même si certains intellectuels n’ont pas peur de revendiquer leur amour de la bonne chère, on considère que ce sujet ne mérite pas qu’on s’y arrête trop longtemps, et si Michel Onfray s’est fait connaître par son Ventre des Philosophes, il s’est empressé de s’intéresser à des sujets plus « sérieux », pour éviter que l’on pense que son horizon se limitait à la nourriture.
En Chine, me semble-t-il, la gastronomie est un sujet suffisamment sérieux pour que des intellectuels de premier plan ne dédaignent pas de mettre leur talent au service de l’alimentation. Chez les modernes, c’est le cas par exemple de Liang Shiqiu (梁实秋 [liáng shíqiū], 1903-1987), dont les Causeries sur la gastronomie dans l’élégant pavillon (《雅舍谈吃》 [yǎshè tánchī]) est bien connu.
Liang Shiqiu est né à Beijing, dans une famille de la bonne société : son père était un « xiucai » (秀才 [xiùcái]), il avait été reçu aux examens impériaux du mandarinat. Après des études à l’université Qinghua (ou Tsinghua, 清华大学 [qīnghuá dàxué]), il fut envoyé poursuivre ses études aux États-Unis. Il fréquenta les universités du Colorado, puis de Harvard et de Columbia. Il étudia notamment la critique littéraire. De retour en Chine, il enseigna l’anglais dans plusieurs universités.
Liang Shiqiu est connu pour plusieurs ouvrages de théorie littéraire, pour des traductions d’œuvres littéraires anglaises en chinois, ainsi que pour de nombreux textes en prose, réunis dans plusieurs recueils. Son recueil de Causeries sur la gastronomie regroupe un peu moins de soixante pièces consacrées à divers mets et aliments de Chine. La lecture de ces textes, dont le style est d’une grande fluidité, procure à l’amateur de gastronomie chinoise beaucoup de plaisir.
Ci-dessous, la couverture de la réédition publiée en 2002 par les éditions Chiuke à Taiwan (ce recueil a été publié pour la première fois en 1985).
liang shiqiu_yashe tanchi

Publicités
Cet article, publié dans Littérature chinois et gastronomie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s