Littérature et gastronomie : Li Bai et la lavandière de Huaiyin

Je suis parti fin août 2014 en mission d’exploration gastronomique dans une ville du nord du Jiangsu réputée pour sa gastronomie : Huai’an (淮安 [huái’ān]), où j’ai notamment visité le Musée national de la culture culinaire du Huaiyang (中国淮扬文化博物馆 [zhōngguó huáiyáng wénhuà bówùguǎn]). Dans l’une des salles d’exposition de ce musée est reprise une histoire que l’on raconte à propos de  (李白 [lǐ bái], 701-762), grand poète de l’époque des Tang, probablement le poète le plus célèbre de Chine.
Voici ce que dit l’histoire : Li Bai, arrivant un soir à Huaiyin (淮阴 [huáiyīn] – Huaiyin était anciennement un district, c’est aujourd’hui l’un des arrondissements de la municipalité de Huai’an) et n’ayant pas d’endroit où se loger, frappa à la porte d’une chaumière. Une vieille femme lui ouvrit, et, voyant le voyageur affamé, lui sacrifia une poule qu’elle cuisina avec talent, et ouvrit même pour l’inconnu une jarre de vin de riz. Le grand poète, se remémorant l’excellent repas qu’il fit et l’accueil chaleureux de la vieille femme, consacra quatre vers à ce souvenir dans poème resté célèbre, intitulé 《淮阴书怀寄王宋城》 [huáiyīn shūhuái jì wáng sòngchéng] (Poème composé à Huaiyin, en pensant à Wang Songcheng). Voici les quatre vers en question :
暝(1)投淮阴宿(2),欣(3)得漂母(4)迎。
斗酒(5)烹黄鸡(6),一餐感素诚(7)。
予为楚壮士(8),不是鲁诸生(9)。
有德必报之,千金(10)耻(11)为轻。
Voulant me loger à Huaiyin, à la tombée du soir, j’eus le bonheur d’être reçu par une vieille lavandière.
Dans un boisseau de vin, elle cuisina une volaille. De cet unique repas, je garde un souvenir impérissable.
Je suis le héros de Chu, et non l’un de ces lettrés de Lu.
Toute vertu mérite récompense, mais je rougirais de honte à mille onces d’or tant elles seraient futiles.
Quelques notes :
(1) 瞑 [míng] : crépuscule, tombée de la nuit
(2) 投淮阴宿 [tóu Huáiyīn sù] : se loger à Huaiyin ; 投宿 [tóusù], encore souvent utilisé aujourd’hui et considéré comme littéraire, signifie « se loger » (p.ex. dans un hôtel)
(3) 欣 [xīn] : être heureux, content
(4) 漂母  [piǎomǔ] : littéralement « veille femme qui lave des vêtements » : vieille lavandière
(5) 斗酒 [dǒujiǔ] : boisseau de vin ; 斗 [dǒu] : « boisseau » (unité de capacité à la valeur variable selon les époques, valant environ 15 litres) ; il existe en chinois l’expression quadrisyllabique 斗酒只鸡 [dǒujiǔ zhījī], littéralement « un boisson de vin et une poule », qui est utilisée aujourd’hui décrire un repas simple. L’expression exacte se trouve sous le pinceau de Lu You (陆游 [lù yóu], 1125-1210), auteur célèbre des Song, mais on peut soupçonner que l’inspiration lui vint de ce poème de Li Bai.
(6) 黄鸡 [huángjī] : espèce de poule courante en Chine
(7) 素诚 [sùchéng] : amitié ancrée au cœur
(8) 楚壮士 chǔ zhuàngshì : le héros de Chu. C’est une allusion à Han Xin (韩信 [hán xìn], 230-198 avant notre ère, général célèbre des Han, qui était originaire de Huaiyin)
(9) 鲁诸生 lǔ zhūshēng : les lettrés de Lu. Lu, dans l’actuelle province du Shandong, était l’un des Royaumes Combattants. Confucius était originaire de Lu ; les lettrés de Lu sont donc les lettrés confucéens.
(10) 千金 [qiānjīn] : mille (onces d’)or : représente une richesse considérable. Notons que cette expression est utilisée aujourd’hui comme métaphore pour parler de la fille de quelqu’un.
(11) 耻 [chǐ] : honte, utilisé ici dans un sens verbal : avoir honte de.
Deux remarques d’ordre gastronomique :
1. C’est ce fragment poétique qui est supposé avoir inspiré le cuisinier qui a mis au point la « volaille au vin à l’étouffée » (酒焖黄鸡 [jiǔmèn huángjī]), plat célèbre de Huai’an ;
2. La légende veut que la vieille lavandière eût des talents culinaires d’exception, puisque, avec une seule et même volaille, elle fut capable de préparer neuf plats différents, c’est ce que l’on appelle 一鸡九吃 [yījī jiǔchī].
Pour le poème de Li Bai, voir ici sur Baidu.
Concernant le Musée de la cuisine du Huaiyang à Huai’an, je vous invite à lire le billet que j’ai publié ici sur Sinograstronomie (cet article fait partie d’une série, qui comporte déjà plus de vingt billets, consacrée à la cuisine de Huai’an).

Publicités
Cet article, publié dans Littérature chinois et gastronomie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s