Décès de Pierre Ryckmans

En février 2014, j’avais parlé sur Sinoiseries de l’un des principaux livres dénonçant, dès 1976, la Révo. Cul. et la politique chinoise, Ombres chinoises, signé par Simon Leys (voir ici). J’ai appris il y a quelques jours le décès de Pierre Ryckmans, sinologue belge de tout premier plan, qui avait pris le pseudonyme de Simon Leys pour publier plusieurs essais consacrés à la Chine. Sur la vie et l’œuvre de Pierre Ryckmans, je vous invite à lire ici l’article en français qui lui est consacré sur Wikipedia.
Étant donné la nature assez violente de la critique que cet auteur a fait de la Chine populaire de cette époque, et de la pertinence de certaines de ses réflexions appliquées à la Chine contemporaine, je pensais que la presse chinoise ne soufflerait pas mot de cette disparition. Eh bien, j’ai eu tort ! J’ai découvert avec surprise, sur le « Réseau du Peuple » (人民网 [rénmínwǎng], qui appartient au groupe du Quotidien du Peuple), un petit article relatant cette disparition, intitulé « Décès du sinologue australien (sic !) Pierre Ryckmans, qui fut le professeur de Kevin Rudd » (Kevin Rudd fut premier ministre australien). Cet article est, au moment où j’écris ces lignes, disponible en ligne, ici.
Plus étonnant encore, l’article mentionne le titre anglais (The Chairman’s New Clothes) de l’un des essais dans lequel Simon Leys dénonça les excès de la Révo. Cul. : Les Habits neufs du Président Mao, et précise même que « Pierre Ryckmans (李克曼 [lǐ kèmàn]) dénonça les horreurs de la révolution culturelle, alors que les autres sinologues en étaient encore à chanter les éloges de Mao Zedong. »
Ouah ! Le rédacteur de cet article n’a pas froid aux yeux, semblerait-t-il. En creusant un peu, on s’aperçoit qu’il s’agit en fait d’un article qui a été publié à l’origine sur le site du Global Times (《环球时报》 [huánqiú shíbào]) (ici) et rédigé par une rédactrice stagiaire (实习编辑 [shíxí biānjí])… Je soupçonne fortement qu’il s’agit simplement d’une traduction d’une dépêche d’agence. Et à mon humble avis, la durée du stage de la stagiaire va être écourtée, et l’article va disparaître des réseaux chinois, dès que le « Ministère de la Vérité » s’apercevra de la bourde…
Pour parer à cette éventualité, j’ai copié l’article en question, et vous le propose ici au format pdf.
PS du 21 août 2014 : Je dois avouer que je suis perplexe : l’article que je croyais être sacrilège aux yeux des autorités locales est toujours en ligne aujourd’hui… Doit-on y avoir le signe d’une amorce de démaoïsation ? Quoi qu’il en soit, que l’on puisse parler ouvertement aujourd’hui, en Chine, de Simon Leys et des turpitudes de la Révo Col est une bonne chose !

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s