Bibliographie : Moines lubriques et paillards dans le roman chinois des Ming et des Qing

En cherchant sur Internet des informations complémentaires concernant le roman de Li Baichuan, le Lüye xianzong, je découvre un article de Vincent Durand-Dastès (qui est aujourd’hui professeur à l’INALCO), publié en 2002 dans le n°24 de la revue Extrême-Orient, Extrême-Occident et intitulé « Désirés, raillés, corrigés : les bonzes dévoyés dans le roman en langue vulgaire du XVIe au XVIIIe siècle » (on parle bien sûr ici du roman chinois populaire, 通俗小说 [tōngsú xiǎoshuō], écrit en langue vulgaire, par opposition aux romans écrits en langues classique).
Dans cet article, l’auteur analyse le traitement réservé aux moines bouddhiques, souvent présentés comme paillards, lubriques, sans foi ni loi, et foulant au pied la règle monastique, par les auteurs des romans, nombreux, qui parurent en Chine à la fin de l’époque des Ming et pendant la première moitié de l’époque de la dynastie des Qing. L’article est riches en références, agréable à lire, et m’a (malheureusement !) fait ajouter quelques titres que je ne connaissais pas à la liste déjà trop longue des œuvres chinoises à lire…
Cet article est disponible sur le site Persée, ici.

Publicités
Cet article, publié dans Bibliographie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s