Histoires de Chine : L’eunuque aux trois trésors explore les mers occidentales (4)

(Les trois premiers épisodes de cette série sont disponibles ici : 1, 2, 3.)
Si le but du premier voyage de Zheng He fut essentiellement de capturer l’héritier légitime du trône impérial, en fuite, et d’affirmer l’avènement d’un nouvel empereur et la puissance des Ming, les six voyages suivants eurent des buts diplomatiques, mercantiles et, à mon humble avis, de pure exploration.
Les voyages de Zheng He ont d’ailleurs été à l’origine de toute une littérature : plusieurs des personnes qui participèrent à ces expositions rédigèrent des récits de voyage et des notices sur les pays visités, et on a même une version romancée, assez fantaisiste, des voyages de Zheng He. Ce roman, en cent chapitres, intitulé Roman des voyages dans les mers d’Occident de l’eunuque aux trois trésors (《三宝太监西洋记通俗演义》 [sānbǎo tàijiàn xiīyángjì tōngsú yǎnyì]), attribué à Luo Maodeng (罗懋登 [luó màodēng]), dont on ne sait d’ailleurs presque rien, a fait l’objet d’une réédition à l’occasion des célébrations du six-centième anniversaire des expéditions de Zheng He en 2004. (Cette réédition n’est apparemment plus disponible en librairie, mais une version électronique, en caractères traditionnels et sans notes, est disponible ici.)
On connaît plusieurs récits de voyage rédigés par des témoins directs de ces expéditions. Citons : l’Étude globale des Rives de l’océan (《瀛涯胜览》  [yíngyá shènglǎn]) de Ma Huan (马欢 [mǎ huān]), lui aussi eunuque et musulman, qui participa à trois voyages en qualité d’interprète (il parlait arabe) ; l’Étude globale du Radeau aux étoiles (《星槎胜览》 [xīngchá shènglǎn]) de Fei Xin (费信 [fèi xìn]) qui participa à quatre expéditions ; le Parcours maritime des voyages dans les mers occidentales (《赴西洋水程》 [fù xīyáng shuǐchéng]) de Wang Jinghong (王景弘 [wáng jǐnghóng]), qui fut l’adjoint de Zheng He ; la Monographie des mers occidentales et des pays barbares (《西洋番国志》 [xīyáng fānguózhì]) , de Gong Zhen (巩珍 [gǒng zhēn]). Si le sujet de ces récits de voyage vous intéresse particulièrement, je vous recommande vivement la lecture d’une étude de Paul Pelliot, intitulée « Les grands voyages maritimes chinois au début du XVe siècle », et publiée en 1933 dans la revue T’oung Pao (cette étude est disponible en ligne, à titre onéreux, ici.) La lecture du travail de Paul Pelliot permet de se rendre à quel point les auteurs se faisaient mutuellement des emprunts plus ou moins importants, et de toucher du doigt les incertitudes et difficultés d’interprétation de ces textes anciens.
On possède aujourd’hui des cartes maritimes du début des Ming, ainsi que des traités de navigation (appelés 海道针经 [hǎidào zhēnjīng], ou simplement 针经 [zhēnjīng]), qui indiquent précisément les caps à suivre et la durée de navigation pour se rendre d’un endroit à l’autre.
Il nous manque cependant de nombreuses informations de détail concernant les voyages de Zheng He, et cela pour une simple et bonne raison : les archives impériales de ces voyages ont été volontairement détruites. Les archives officielles des voyages de Zheng He avaient été réunies sous le titre de Parcours maritime des missions de Zheng He (《郑和出使水程》 [zhèng hé chūshǐ shuǐchéng]), et étaient conservées dans les archives impériales. L’empereur Xianxong (宪宗 [xiànzōng], r. 1465-1487) des Ming demanda jour à consulter ces archives. La recherche dura trois jours, et les archives demeurèrent introuvables. On enquêta, et finalement, le haut fonctionnaire Liu Daxia (刘大夏 [liú dàxià]) avoua qu’il avait faire détruire ces archives, en expliquant que « les voyages de l’eunuque Sanbao ont coûté des centaines de milliers d’onces d’argent, ils ont causé la mort de dizaines de milliers de personnes. Même s’ils ont rapporté des trésors, ces voyages n’ont aucun intérêt. » Il est probable que ces archives contenaient des informations précieuses sur la composition des flottes, sur les pays visités, etc.
Je me propose de rédiger un cinquième et dernier épisode consacré à ces voyages. Je m’y intéresserai plus particulièrement à deux légendes qui ont trait à Zheng He.
Ci-dessous, une reproduction d’un « bateau au trésor » de Zheng He. La photo vient d’ici.
baochuan

Publicités
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s