Chinoiseries : Les abréviations en chinois

Il m’est arrivé à de nombreuses reprises de rencontrer des séries de caractères qui me semblaient totalement hermétiques. Un exemple : je vous fiche mon billet que si vous rencontrez pour la première fois 教科文组织 [jiàokēwén zǔzhī], à moins que vous ne disposiez d’un contexte suffisant pour deviner, vous aurez du mal à reconnaître que sous ce vocable sibyllin se cache en fait le nom chinois de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, plus connue sous son sigle anglais : UNESCO. L’appellation chinoise exacte est 联合国教育、科学及文化组织 [liánhéguó jiàoyù, kēxué jí wénhuà zǔzhī], mais cette appellation longue est rarement utilisée, on préfère largement l’abréviation susmentionnée, qui est aussi connue des Chinois que le sigle UNESCO est connu des Gaulois.
Les abréviations sont appelées en chinois 简称 [jiǎnchēng], littéralement « appellation simplifiée ». On ne dispose en revanche pas en chinois de sigles ni d’acronymes : le mot chinois qui signifie « sigle et acronymes » (缩略词 [suōlüècí], littéralement « mots raccourcis et avec omissions ») s’applique exclusivement aux sigles et acronymes des langues à écriture alphabétiques. On image mal en effet comment on pourrait, en chinois, construire des sigles avec des « bouts de sinogrammes ».
Pour construire ses abréviations, la langue chinoise dispose de deux méthodes principales.
La première consiste à ne garder dans un mot ou un groupe de mots que les sinogrammes les plus signifiants. Par exemple, le mot 中美 [zhōngměi] est souvent l’abréviation de 中国、美国 [zhōngguó, měiguó] : la Chine et les États-Unis d’Amérique. Le sinogramme le plus signifiant est souvent le premier sinogramme de chaque mot, mais ce n’est pas toujours le cas. De plus, la règle qui consisterait à prendre le premier sinogramme de chaque mot donne parfois des résultats plutôt cocasses. Ainsi, l’abréviation « logique » de 社会主义精神文明建设指导委员会办公室 [shèhuì zhǔyì jīngshén jiànshè zhǐdǎo wěiyuánhuì], le « bureau du comité directeur de l’édification de la civilisation intellectuelle socialiste », devrait être 社精办 : 社 correspondant à 社会主义, 精 correspondant à 精神文明建设 et 办 à 办公室. Le problème ici est que les deux caractères 社精 font irrésistiblement penser au mot 射精 [shèjīng] : « éjaculer », si bien que le « bureau de l’édification intellectuelle » se trouve transformé par la magie de l’homonymie en « bureau de l’éjaculation »… La construction des abréviations est donc parfois un sujet délicat.
La deuxième méthode consiste à qualifier un ensemble possédant un nombre fini d’éléments connus en énoncé mathématique. Je m’explique : pour parler de façon générique des « cinq saveurs », on parlera des 五味 [wǔwèi], chacun sachant par ailleurs que lesdites cinq saveurs sont l’âcre, le sucré, l’amer, le pimenté et le sale (酸甜苦辣咸 [suān tián kǔ là xián]). On pourra sans doute m’objecter que ce genre « d’abréviations » n’est pas propre au chinois : ne parle-t-on par en français des « quatre mousquetaires », par exemple ? Certes, mais les Chinois font de ce type d’appellations un usage immodéré, dans tous les domaines (technique, politique, histoire, littérature, etc.), et parlent par exemple sans sourciller des « trois Yuan » (三袁 [sān yuán], dans lesquels tout le monde reconnaît Yuan Zongdao, Yuan Hongdao et Yuan Zhongdao, qui ont marqué l’histoire de la littérature chinoise de l’époque des Ming), du mouvement de « une frappe et des trois anti » (一打三反 [yīdǎ sānfǎn], mouvement politique qui eut son heure de gloire à l’époque de la Révo Cul), et autres joyeusetés.
Enfin, on doit aussi mentionner les appellations monosyllabiques, le plus souvent issues des textes classiques, qui servent à désigner des villes ou des provinces. Sur ce point, je vous renvoie au billet que j’avais publié ici sur les « provinces monosyllabiques ».
On trouve chez divers éditeurs des dictionnaires d’abréviations chinoises, mais de nouvelles abréviations ne cessent de voir le jour, et pour le traducteur, trouver par exemple le nom de la société qui se cache sous une abréviation est souvent une tâche ardue.
J’ai rassemblé quelques abréviations rencontrées au fil de mon activité professionnelle ou de mes lectures. Le pdf que vous pouvez récupérer ici en contient un peu moins de 300. Je l’enrichirai au fur et à mesure et vous en proposerai tôt ou tard une version plus étoffée.

Publicités
Cet article, publié dans Chinoiseries, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s