Langue populaire et argotique : Le parti des briseurs de porcelaine

Ayant décidé de m’accorder aujourd’hui quelques heures de farniente, je flâne sans but sur l’Internet chinois, et tombe par hasard sur un fait divers : un étudiant fait passer par les médias un appel à témoins, désespéré. Il vient en effet d’être condamné à verser quelque 8.000 euros à une vieille femme qui prétend que le blanc-bec l’a renversé, alors que ledit blanc-bec prétent quant à lui avait fait oeuvre charitable en aidant la vieille à se reveler. Ne connaissant pas les aboutissants et les aboutissants de l’affaire, je m’abstiendrai bien de prendre parti pour l’une ou pour l’autre, mais des voix charitables au fort accent chinois se sont élevées en toute hâte pour expliquer au jeune homme qu’il a été victime d’un « bris de porcelaine » (碰瓷 [pèngcí]), tandis que d’autres s’exclament derechef (je traduis) :« O tempora o mores ! Pourquoi le gouvernement fait-il si peu contre le parti des briseurs de porcelaine (碰瓷党 [pèngcídǎng]) ? »
Quid ? Plus de 30 ans de chinois pour en arriver à ignorer cette expression dont Émilie me confirme sans la moindre hésitation la large circulation ! 好丢脸 ! ([hǎo diūliǎn] : la honte !). Mais il n’est jamais trop tard pour essayer de se rattraper, aussi ai-je fait quelques recherches dont je vous livre une petite synthèse ci-dessous.
L’expression 碰瓷 [pèngcí] parle en fait d’elle-même : elle se compose de 碰 [pèng] : heurter, et de 瓷 [cí] : porcelaine. Son origine géographique étant à rechercher du côté du Palais d’Été, on peut aussi l’énoncer avec un accent pékinois : 碰瓷儿 [pèngcír].
Il s’agit en fait de l’une des techniques d’escroquerie (骗术 [piànshù]) courantes et plus ou moins bénignes employées par les adeptes chinois du gain d’argent facile et peu regardant sur les moyens mis en œuvre pour ledit gain.
On raconte que cette technique fut inventée à la fin de la dynastie des Qing (清朝 [qīngcháo]) (fin du XIXème, début du XXème siècle) par un personnage qui avait pris le pli de se promener en tenant à la main une porcelaine (瓷器 [cíqì]) précieuse, en guettant le quidam imprudent. Ledit quidam à peine avait-il effleuré la manche du petit malin, que ce dernier laissait tomber cet objet qui, vous rendez-vous compte, lui venait de l’arrière-grand-père de son aïeul, qui se l’était lui-même fait offrir par le cousin de la belle-soeur du grand chambellan de l’empereur de l’époque. Bref, le quidam avait à ses pieds les fragments d’un trésor à la valeur inestimable (无价之宝 [wújià zhī bǎo]), que notre petit malin, bon coeur, consentait quand même à mettre un prix sur l’objet inestimable, prix qui correspondait justement, car le hasard fait bien les choses, celle des taëls d’argent que le quidam avait sur lui.
Cette technique d’escroquerie est connue en Chine dans certaines boutiques d’objets plus ou moins authentiques où un piège est tendu aux chalands. Dès que le chaland s’approche d’un certain objet, le vendeur actionne un mécanisme quelconque qui fait tomber l’objet en question, et en demande, en tout bien tout honneur, le paiement au malheureux pigeon.
La technique s’est aujourd’hui diversifiée, et porte sur les objets de la civilisation moderne : téléphone ou ordinateur portable, voir vélo électrique ou automobile.
L’argent n’ayant en ces temps bien tristes plus beaucoup d’odeur en Chine, et la peine encourue par les coupables étant par ailleurs minime (au maximum 15 jours de détention administrative – 行政拘留 [xíngzhèng jūliú] – et 50 euros d’amende – 罚款 [fákuǎn]), le phénomène se développe et des bandes organisées s’en sont fait une spécialité. Ce sont ces bandes que l’on qualifie de « parti des briseurs de porcelaine », en précisant parfois qu’elles sont « professionnelles » (职业碰瓷党 [zhíyè pèngcídǎng]).

Publicités
Cet article, publié dans Langue populaire et argotique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s