Histoires de Chine : 焚书坑儒 : le premier empereur de Chine fait brûler les livres et enterrer les lettrés

Nous sommes la vingt-quatrième année du règne du Premier empereur de Chine, Qin Shihuang (秦始皇 [qín shǐhuáng]), i.e. en l’an 213 avant l’ère chrétienne. Au cours d’un banquet organisé dans la capitale impériale Xianyang (咸阳 [xiányáng], située aujourd’hui dans la banlieue ouest de Xi’an), le grand lettré Chun Yuyue (淳于越 [chún yúyuè]), grand ami du Premier Ministre Li Si (李斯 [lǐ sī], 284-208 av. l’ère chrétienne) se livre à une vive critique de l’organisation administrative du territoire en provinces et en districts mise en place par l’Empereur, et propose que l’on en revienne à l’ancien système, dans lequel le territoire de la Chine était divisé en fiefs. L’Empereur, présent, ne dit rien et laisse débattre ses ministres. Contredisant son ami, Li Si s’oppose à la position de Chun Yuyue, et explique que si le plus grand désordre régnait à l’époque précédente (i.e. l’époque des Royaumes Combattants), c’est parce qu’il avait été laissé libre cours aux courants politiques les plus divers. Il faut donc bien se garder de commettre la même erreur. (Le premier empereur s’était d’ailleurs empressé d’imposer à l’ensemble du pays la doctrine légiste (法家 [fǎjiā]), qui préconisait la mise sur pied et la stricte application de lois coercitives, en opposition complète avec la doctrine des confucianistes (儒家 [rújiā]), tenants d’une approche plus humaniste du gouvernement.) Je vous passe les détails des débats, mais le résultat de cette polémique fut qu’en l’an 213 avant notre ère, les autorités impériales ordonnèrent de confisquer les annales historiques de tous les royaumes autres que celui de Qin, ainsi que tous les ouvrages ne ressortant pas de l’orthodoxie légiste, c’est-à-dire en gros tous les livres de réflexion, de poésie, de philosophie, et faire de tous ces ouvrages un immense brasier… Furent épargnés cependant les ouvrages scientifiques et techniques traitant de divination, de médecine et d’agriculture. Cet évènement est désigné encore aujourd’hui en chinois sous le nom de 焚书 [fénshū] (焚 [fén], qui n’est pas un caractère rare, signifie ici « faire brûler »).
Un an plus tard, en 212 avant l’ère chrétienne, Lu Sheng (卢生 [lú shēng]) et Hou Sheng (侯生 [hóu shēng]), deux alchimistes de renom que Qin Shihuang avait chargés de trouver pour lui l’élixir d’immortalité, osèrent critiquer ouvertement l’empereur, avant de prendre la fuite. L’empereur décida de faire un exemple, pour éviter que d’autres ne se permettent de s’opposer à l’autorité impériale, et décida de faire enterrer vivants 460 et quelques lettrés. C’est ce que l’on appelle en chinois 坑儒 [kēngrú] (l’un de sens de 坑 [kēng], qui n’est pas un caractère rare, est « enterrer vivant »). (Il faut noter ici que le mot 儒 [rú] ne désigne pas spécifiquement les confucéens, mais les lettrés en général.)
L’historiographie populaire chinoise impute à ces évènements la perte de très nombreux ouvrages anciens, et explique ainsi les différences parfois considérables qu’il peut exister d’une version à l’autre de certains livres anciens. Il faut cependant noter que ces différences concernent aussi les ouvrages scientifiques d’avant l’Empire…
Aujourd’hui, ces deux épisodes sont désignés conjointement par l’expression quadrisyllabique 焚书坑儒 [fénshū kēngrú]. Ils constituent l’un des principaux crimes attribués au premier des despotes de l’histoire de l’Empire du Milieu.
Pour en savoir un peu plus sur cet épisode traumatisant de l’histoire de Chine, je vous invite à cliquer ici pour lire l’article de Baidu consacré à l’incendie et au massacre.
Nous nous pencherons à l’épisode suivant sur un évènement qui relève plus de la littérature que de la science historique : le triple serment du jardin des pêchers…

Publicités
Cet article, publié dans Histoires de Chine, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s