Langue populaire et argotique : De l’usage haut en couleurs du verbe « manger » – bis

Nous parlions il y a peu, ici, des usages colorés du verbe « manger » en chinois, et le billet précédent, bien que d’une longueur inhabituelle pour Sinoiseries, m’a laissé un peu sur ma faim, car il existe de nombreux autres emplois savoureux de ce verbe.
Dans une émission de télévision, j’entends par exemple un jeune Taïwanais se moquer d’un autre parce qu’il aime « manger du riz mou » : 吃软饭 [chī ruǎnfàn]. Certes, la bonne cuisson du riz est importante en gastronomie chinoise, mais là, il ne s’agissait pas de se moquer du manque de culture culinaire de l’insulté, mais de son incapacité à gagner honorablement sa vie, car en effet, 吃软饭 signifie en réalité « vivre aux crochets d’une femme », voire « faire le gigolo ».
Nous avions vu aussi ici que lorsque l’on dit d’un homme qu’il est un vieux bœuf aimant croquer l’herbe tendre (老牛吃嫩草 [lǎoniú chī nèncǎo]), c’est que c’est un monsieur d’un âge certain qui a un penchant prononcé pour la chair fraîche.
Je me rends compte qu’il existe en matière de consommation par voie buccale des similitudes entre la langue de Molière et celle de Mao. Ne dit-on pas en effet en français « se manger » dans le sens de « se prendre », « être atteint par » ? « Se manger une balle » (tirée par une arme à feu) peut tout à fait se dire en chinois 吃子弹 [chī zǐdàn] (子弹 [zǐdàn] signifie « balle ») ; notons que des variantes existent pour cette expression : on peut aussi dire « se manger un jujube noir » (吃黑枣儿 [chī hēizǎor]) ou encore « se manger une graine de fusil » (吃枪子 [chī qiāngzǐ]).
Dans le même ordre d’idées, on pourra aussi traduire littéralement « se manger une baffe » par 吃耳光 [chī ěrguāng] ou encore 吃嘴巴子 [chī zuǐbāzi] (耳光 [ěguāng] et 嘴巴子 [zuǐbāzi] signifient tous deux « baffe », « claque »).
Nous parlions ci-dessus des jeunes gens qui aiment leur riz mou, mais les jeunes filles chinoises elles aussi ont parfois des préférences en la matière, puis quelques écervelées n’hésitent pas à manger leur riz « jeune » : 吃青春饭 [chī qīngchūnfàn] (青春 [qīngchūn], littéralement « vert printemps » signifie jeunesse). Cette expression plutôt péjorative s’applique aux jeunes filles qui gagnent leur pitance du seul mérite de leur physique avenant. C’est le cas des mannequins, hôtesses de l’air et autres damoiselles sans cervelle qui se moquent de savoir ce que sera demain.
Citons enfin une autre expression imagée dans laquelle le verbe « manger » a un rôle de premier choix : 狗改不了吃屎 [gǒu gǎibuliǎo chī shǐ] : « un chien ne peut pas s’empêcher de manger de la m… » (狗 [gǒu] : chien ; 改 [gǎi] : changer, s’amender ; 屎 [shǐ] : excréments, crotte, m…). Cette expression peu élégante, péjorative et pas amicale du tout, s’utilise lorsque l’on excédé par quelqu’un qui ne parvient pas à se défaire d’un vilain vice.
Comme on peut s’en douter, les autres usages exotiques du verbe manger en chinois sont nombreux, et nous n’avons fait avec deux billets qu’effleurer le sujet. Gageons que nous aurons d’autres occasion de revoir 吃 dans d’autres expressions intéressantes.
(La photo d’hôtesses de l’air donnée ci-dessous en guise d’illustration vient de cette page web, sur laquelle on énonce les huit principales professions exercées par les jeunes filles qui mangent le riz de leur jeunesse.)
qingchunfan

Publicités
Cet article, publié dans Langue populaire et argotique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Langue populaire et argotique : De l’usage haut en couleurs du verbe « manger » – bis

  1. Ping : Caractères (281) : 吃 | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s