Langue populaire et argotique : De l’usage haut en couleurs du verbe « manger »

Comme chacun le sait, en chinois, « manger » se dit 吃 [chī]. Rien d’extraordinaire a priori à ce verbe, que l’on apprend dès les premières leçons de chinois. La clé de la bouche (口), quatre traits supplémentaires… c’est la simplicité même ! (Attention cependant : comme le chinois moderne n’aime pas beaucoup le monosyllabisme, « manger » se dit en fait « manger du riz » : 吃饭 [chīfàn].) Avec ce verbe, on construit une foule d’expressions ayant directement trait à la consommation d’aliments : 吃素 [chīsù] : être végétarien, 吃面 [chīmiàn] : manger des nouilles, 吃光 [chīguāng] : dévorer en totalité, 好吃 [hǎochī]  : savoureux, etc. Citons également 大吃大喝 [dàchī dàhē] (« manger grand et boire grand »), qui signifie « se goinfrer », expression grâce à laquelle j’ai trouvé l’image qui illustre ce billet (voir ci-dessous).
Cependant, lorsque l’on s’y penche d’un peu plus près, on trouve à ce verbe des usages un peu plus inattendus.
La première expression qui me vient à l’esprit est 吃亏 [chīkuī] : subir un préjudice, se faire avoir. 亏 [kuī] signifie « manque », « perte », « préjudice ». Cette expression peut être le prétexte à un trait d’humour facile dont j’abuse parfois lorsque je suis invité à à manger et que l’on me demande ce que je n’aime pas. N’étant pas trop difficile, il m’arrive de répondre : 我什么都喜欢吃,就不喜欢吃亏。 ([wǒ shénme dōu xǐhuān chī, jiù bù xǐhuān chīkuī]), littéralement : Je mange de tout, sauf du « préjudice » (i.e. je n’aime pas me faire avoir). Parfois, le préjudice ainsi dégusté peut aussi être muet 吃哑巴亏 [chī yǎbā kuī] (哑巴 [yǎbā] : muet) ou « étouffant » 吃闷亏 [chī mēn kuī] (闷 mēn : étouffant, pour le temps, par exemple), lorsque l’on a été roulé mais que l’on ne peut en parler (peut-être par honte de s’être laissé prendre).
Il arrive aussi, trop fréquemment de l’avis de certains entrepreneurs étrangers installés en Chine, que certains « mangent à l’intérieur mais rampent à l’extérieur » 吃里爬外 [chīlǐ páwài], c’est-à-dire qu’ils travaillent dans l’intérêt de vos concurrents ou adversaires alors que c’est vous qui payez leur salaire. À méditer sérieusement si vous envisagez de placer un Chinois à un poste de responsabilité…
Ce que les écoliers chinois redoutent le plus, c’est de manger des oeufs de canne 吃鸭蛋 [chī yādàn], car cette expression signifient qu’ils ont obtenu un zéro bien rond lors d’un examen.
Dans le sens de manger, 吃 [chī] est également utilisé dans une expression en quatre caractères servant à qualifier un individu du sexe masculin qui possède quatre défauts impardonnables : la gourmandise, l’amour de l’alcool, le penchant pour les relations vénales et le démon du jeu : 吃喝嫖赌 [chī hē piáo dǔ] : manger, boire (de l’alcool, 喝 [hē]), fréquenter les prostituées (嫖 [piáo]), parier de l’argent (赌 [dǔ]).
A vrai dire, prétendre que 吃 signifie manger est un peu réducteur, car ce verbe peut aussi signifier boire, lorsque l’on dit 吃酒 [chījiǔ] (酒 [jiǔ] : alcool), voire fumer une cigarette (吃烟 [chīyān]), cette dernière expression étant peut-être dialectale (je suis à Suzhou depuis trop longtemps, car je n’arrive parfois plus à distinguer les expressions qui sont propres à cette région du Jiangnan de celles qui sont du « bon chinois »). A titre d’exemple, citons l’expression 敬酒不吃吃罚酒 [jìngjiǔ bùchī chī fǎjiǔ] : littéralement, « ne pas vouloir boire du vin respectueux mais boire du vin punitif », en d’autres termes, ne pas profiter de l’occasion donnée de régler un problème à l’amiable, préférer s’exposer à une sanction.
Une expression qui m’amuse, mais peut-être est-ce parce que je suis un gourmand incorrigible, est 吃着碗里的,看着锅里的 [chīzhe wǎnlǐde, kànzhe guōlǐde] : manger ce que l’on a dans son bol tout en regardant ce qu’il y a dans la casserole, qui signifie ne pas vouloir se contenter de ce que l’on a tout en en profitant, et convoiter ce que l’on n’a pas.
Lorsque l’on mange du « vin de mariage » (吃喜酒 [chī xǐjiǔ]), cela signifie tout simplement que l’on assiste à un banquet de mariage.
« Manger parfumé » 吃香 [chīxiāng] est utilisé pour dire que l’on est l’objet d’un intérêt particulier, que l’on est recherché pour ses qualités. Je lis par exemple aujourd’hui sur le net un commentaire d’un fieffé coquin qui explique que les jeunes femmes « de seconde main » (celles qui ont déjà succombé au moins une fois aux lubriques avances d’un représentant de la gente masculine) sont préférées à celles qui ont conservé leur honneur. L’affreux dit : “二手”女人更吃香 [èrshǒu nǚren gèng chīxiāng] (二手 [èrshǒu] : de seconde main, d’occasion ; 女人 [nǚrén] : femme ; 更 [gèng] : plus, encore plus).
Si l’on vous dit que c’est une occupation qui « mange de la force » (吃力 [chīlì]), peut-être devinerez-vous que l’occupation en question est exigeante, difficile ? Et de ceux qui sont capables de se charger des tâches les plus difficiles, on dit qu’ils sont capables de « manger de l’amer » : 吃苦 [chīkǔ] (que l’on retrouve dans l’expression 吃苦耐劳 [chīkǔ nàoláo] : « manger de l’amer et être résistant à la fatigue », qui s’applique à ceux qui sont capables de travailler dur).
Les Chinois non seulement mangent du préjudice, de la force ou de l’amer, mais ils mangent aussi parfois de l’étonnement  : 吃惊 chī jīng signifie en effet « être stupéfait » (惊 [jīng] : étonné).
Les Chinoises, quant à elles, ont de nombreuses qualités, mais ont une fâcheuse tendance à « manger du vinaigre » : cela signifie qu’elles manquent de générosité, qu’elles sont peu désireuses de laisser les autres femelles profiter un peu des bontés de leur compagnon, que le moindre regard de celui-ci sur une gente demoiselle courtement vêtue provoque derechef l’application d’un soufflet retentissant, bref, qu’elles sont jalouses. 吃醋 [chīcù] (醋 [cù] : vinaigre) signifie donc « être jaloux ». Et celles qui dépassent les limites du bon sens en la matière, on les qualifie de « pots à vinaigre » (醋坛子 [cù tánzi], 坛子 [tánzi] signifiant « pot de grande taille »).
On peut aussi se repaître de justesse avec 吃准 [chīzhǔn], qui peut se traduire par « bien maîtriser », « bien jauger », qui s’utilise souvent de façon négative : 吃不准 [chībùzhǔn], que l’on pourrait traduire cavalièrement par « ne pas savoir si c’est du lard ou du cochon ».
Il y a aussi bien entendu le célébrissime « manger du fromage de soja » (吃豆腐 [chī doùfǔ], 豆腐 [dòufǔ] : fromage de soja, tofu), qu’un homme utilise lorsqu’il veut dire qu’il badine avec une personne du sexe opposé. Parfois et dialectalement, cette expression est à prendre plus au premier degré, et signifie carrément stimuler la poitrine d’albâtre de sa partenaire en lui appliquant une caresse buccale.
Dans le même registre, dans le Compendium de l’argot chinois (《中华隐语大全》, publié en 1992, sous la direction de Pang Qingyun 潘庆云, par les éditions Xuelin 学林出版社 de Shanghai, ISBN : 7-80510-999-0), je découvre l’expression 吃包子 [chī bāozǐ] (littéralement « manger des pains fourrés cuits à la vapeur »), qui a la même signification que le 吃豆腐 pris au premier degré. En revanche, quand ces pains cuits à la vapeur ne contiennent aucune farce (on les appelle alors des 馒头 [mǎntou]), la signification diffère du tout au tout : 吃馒头 [chī mǎntou] signifie en effet « se faire rosser » (on dit aussi en français « se manger un pain »).
Le Zdic fait également état d’une expression poétique que je découvre, 吃屁 [chī pì], « manger des pets », qui signifie « se ranger systématiquement à l’avis d’une autre personne ».
Le petit tableau dressé ici de l’emploi du verbe « manger » est bien entendu extrêmement succinct ! Nous pourrions remplir un volume entier avec ce verbe à première vue bien innocent. Mais nous aurons certainement l’occasion de voir d’autres expressions construites avec 吃.

Publicités
Cet article, publié dans Langue populaire et argotique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Langue populaire et argotique : De l’usage haut en couleurs du verbe « manger »

  1. Ping : Langue populaire et argotique : De l’usage haut en couleurs du verbe « manger » – bis | Sinoiseries

  2. Ping : Caractères (281) : 吃 | Sinoiseries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s