Langue populaire et argotique : Où l’on tente de démontrer que, contrairement à la croyance populaire, les Chinois sont nuls en maths

Pour exprimer une équivalence, une similitude, pour dire que c’est « blanc bonnet et bonnet blanc », « du pareil au même », ou « kif-kif bourricot », si vous préférez, on dispose en chinois de diverses expressions : 大同小异 [dàtóng xiǎoyì] (« grandes similitudes et petites différences »), 差不多 [chābùduō] (« à peu près »), 不相上下 [bùxiāng shàngxià] (« pas de différence réciproque »), voire, en langue parlée, 相差不会太多 [xiāngchā bùhuì tàiduō] (« il n’y a certainement que peu de différences »), etc. Mais celle que je préfère est l’expression 半斤八两 [bànjīn bāliǎng], signifiant littéralement « demi-livre huit onces », qui sous-entend que huit onces et une demi-livre correspondent à des quantités identiques. En effet, dans le système de poids et mesures traditionnel chinois, la livre (斤 [jīn]) se subdivisait en seize onces (两 [liǎng]). Il n’y a donc apparemment rien à reprocher, du point de vue mathématique, à cette expression, puisque huit onces valent bien une demi-livre.
Cependant, en Chine continentale, pour le consommateur lambda, la livre moderne (dite « livre du marché », 市斤 [shìjīn], mot allègrement abrégé en 斤 [jīn]) pèse 500 grammes, et elle se subdivise en dix « onces » (两 liǎng) égales de 50 grammes chacune, ou, ainsi que l’énonce la définition officielle, 0,05 kg. Ainsi, par exemple, lorsque vous commandez des raviolis au Daniang Dumplings (大娘水饺 [dàniáng shuǐjiǎo], chaîne de restauration rapide chinoise spécialisée dans la vente de raviolis cuits à l’eau et garnis de toutes les farces imaginables) du coin, vous les commandez à l’« once » (une once contenant six raviolis), et non à l’unité, à la dizaine, ni à la douzaine.
D’où la question du titre : les Chinois sont-ils donc, malgré leur réputation, si nuls en mathématiques : 8 onces de 50 grammes font en effet 400 g, et ne sont donc en aucun cas égales à la moitié d’une livre de 500 g !
Si le système métrique (公制 [gōngzhì]) n’a été adopté en Chine pour les unités de mesure (计量单位 [jìliàng dānwèi], littéralement « unités pour compter les quantités ») qu’à l’époque moderne, il est aujourd’hui d’usage presque exclusif dans la vie courante des continentaux. Il faut remarquer cependant qu’il n’est pas en usage dans certaines professions (médecine chinoise traditionnelle), ou sur les marchés taïwanais, par exemple. A Taïwan, où certaines corporations ont conservé le système de poids et mesures traditionnel, une once ne pèse pas un dixième de livre, mais seulement un seizième (d’où d’ailleurs la traduction sujette à caution « once » utilisée pour le caractère 两 [liǎng], unité de mesure de masse de 50 g en Chine moderne) ! Il faut cependant avouer qu’en Chine continentale, beaucoup ont oublié que la livre était traditionnellement divisée en seize onces. Remarque qui a son importance, quand on sait que les ordonnances de la médecine chinoise indiquent les quantités des différents ingrédients en onces ou en « drachmes » (钱 [qián]), dirais-je si j’osais cette traduction un peu folklorique.
Digression : Soyez donc extrêmement vigilant sur les quantités des différents ingrédients quand vous voulez préparer d’après l’un des classiques de la médecine chinoise traditionnelle, une décoction destinée à vous débarrasser des influx néfastes causes de la grippe porcine. Vérifiez ce que valent exactement les onces et les drachmes des plantes médicinales diverses qui composent l’ordonnance. Cela dit, quand on voit la façon dont les pharmaciens chinois préparent les ordonnances de médecine chinoise traditionnelle dans leurs officines, à l’aide d’un trébuchet et en répartissant les ingrédients dans les différents paquets « à la louche », à coup de pincées et de poignées, on se dit que cela n’a peut-être finalement pas beaucoup d’importance.
Conclusion : Il y a tout malgré tout une logique dans cette expression, et ce n’est donc pas grâce au quadrisyllabe 半斤八两 [bànjīn bāliǎng] que j’arriverai à démontrer l’incompétence des Chinois dans les sciences mathématiques !

Publicités
Cet article, publié dans Langue populaire et argotique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s