Vocabulaire agrifood : Œnologie 3 – Cognac, première partie

Nous avons livré il y a quelques jours une traduction réalisée en chinois pour une maison de cognac, la Maison Dupuy (appelée en chinois 杜佩酒庄 [dùpèi jiǔzhuāng]). J’ai pensé que c’était l’occasion de partager avec les lecteurs de Sinoiseries un peu de vocabulaire sur le cognac, alcool déjà très apprécié depuis un certain nombre d’années au Japon et à Taïwan, et qui commence à connaître un franc succès en Chine continentale.
Tout d’abord, un mot sur la traduction chinoise du mot « Cognac ». Le nom de la ville est transcrite phonétique en chinois 科涅克 [kēnièkè], mais le nom chinois de ce divin nectar est parfois hésitant. L’appellation la plus courante est « XO » (prononcé par les Chinois « ex-o »). Une légende urbaine prétend que « XO » signifiait à l’origine « Extrême-Orient », et qu’étaient labellisés « XO » les cognacs de qualité inférieure exportés vers l’Extrême-Orient. Or, aujourd’hui, les cognacs « XO » sont plutôt ceux appartenant à une catégorie supérieure. D’après Wikipedia (voir ici), « XO » signifie plutôt, en réalité, « Extra Old » (Hors d’âge, en français), ce qui me semble plus correspondre à la réalité des choses. En chinois, donc, « XO » est synonyme de « cognac », et on n’hésite pas à qualifier de XO tous les alcools de ce type, quelle que soit leur catégorie.
Une autre appellation chinoise fréquente pour le cognac, qui donne souvent des verrues aux producteurs français, est 白兰地 [báilándì]. Si cette appellation donne des verrues à nos producteurs, c’est que 白兰地 n’est autre que la transcription phonétique du mot anglais « brandy », or, un cognac n’est bien sûr pas un brandy, et, à Parallels, nous nous refusons résolument à qualifier de « brandy » les jolis alcools ambrés issus de la région de Cognac. L’appellation correcte en chinois est en effet 干邑, prononcé [gānyì] en pékinois. Pourquoi cette appellation exotique ? Il s’agit en effet d’une transcription phonétique… en cantonais : 干 se prononce en effet « gon1 » et 邑 se prononce [jap1]. Certes, en pékinois, cette transcription phonétique n’en est plus une, mais on a conservé malgré tout l’appellation.
Il y a un cependant un souci à appeler 干邑 notre cognac, car, exception faite des connaisseurs, peu nombreux sont les consommateurs chinois qui savent que le 干邑 est un alcool. L’habitude est donc de dire en chinois (désolé pour les puristes) « brandy-cognac » : 干邑白兰地 [gānyì báilándì]. Notons au passage que certains, rares, ont décidé d’utiliser la transcription phonétique correcte en mandarin, et parlent de 科涅克白兰地 [kēnièkè báilándi].
La région de production de cette eau-de-vie (l’eau-de-vie se traduit souvent littéralement en chinois 生命之水 [shēngmìng zhī shuǐ]) est appelée par souci de cohérence 干邑产区 [gānyì chǎnqū]. Puisque nous en sommes à la région de production, signalons que lorsque l’on veut être plus précis, on peut distinguer les différentes « sous-régions » : la Grande Champagne (大香槟 [dàxiāngbīn]), la Petite Champagne (小香槟 [xiāoxiāngbīn]), les Borderies (波德黎 [bōdélí]), les Fins Bois (芬波亚 [fēnbōyà], d’autres parlent aussi de 上林区 [shànglínqū]), les Bons Bois (彭波亚 [péngbōyà]) et les Bois Ordinaires (波亚贺丹尼 [bōyà hēdānní]). Notez qu’il s’agit là d’appellations souvent rencontrées sur les sites chinois. Le site officiel du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC, souvent appelé en chinois 法国干邑联合产业办公室 [fǎguó gānyì liánhé chǎnyè bàngōngshì]) donne des appellations différentes pour les Borderies (边缘林区[biānyuán línqū]), les Fins Bois (优质林区 yōuzhì línqū), les Bons Bois (良质林区 [liángzhì línqū]) et les Bois Ordinaires (普通林区 [pǔtōng línqū]). Cela illustre parfaitement le manque d’harmonisation de la terminologie chinoise, que ce soit dans le domaine du cognac, ou, plus généralement, dans celui du vin et de l’œnologie.
Le cognac est un alcool distillé (蒸馏酒 [zengliújiǔ]) dans un alambic (蒸馏器 [zhēngliúqì]). Chez le fabricant précité, on utilise un alambic en cuivre à double repasse (铜质复式蒸馏器 [tóngzhì fùshì zhēngliúqì]). Après distillation, on obtient ce que les spécialistes appellent la « bonne chauffe » (酒精 [jiǔjīng], notez que ce mot signifie aussi « alcool » dans le sens ménager du terme ; certains préfèrent le nom de 酒心 [jiǔxīn], littéralement le « cœur de l’alcool »). Le produit brut doit passer par un certain temps de vieillissement (陈酿时间 [chénniàng shíjiān], 陈酿 [chénniàng] signifie « vieillissement », qu’il s’agisse de vin ou de cognac) dans un chai de vieillissement (陈酿酒窖 [chénniàng jiǔjiào] ; 酒窖 [jiǔjiào] est le chai, ou la cave à vins et autres alcools) sous l’étroite surveillance d’un maître de chai (酿酒师 [niàngjiǔshī], littéralement « maître du vieillissement de l’alcool).
Je m’arrête ici pour la description technique, certes succincte. Nous nous intéresserons dans un épisode suivant aux caractéristiques organoleptiques du breuvage.
(Ci-dessous, un peu de pub pour mon client…)
cognac-dupuy

Publicités
Cet article, publié dans Vocabulaire agrifood, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vocabulaire agrifood : Œnologie 3 – Cognac, première partie

  1. Decebal dit :

    Merci beaucoup pour toutes ces précisions très intéressantes.

    Une question technique en lien avec le sujet : comment traduiriez vous en chinois  » la part des anges  » ?

    Merci par avance et à très bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s