Langue populaire et argotique : Un bien obscur jeu de briques

Parcourant il y a quelques jours un blog polémique parlant d’un sieur qui prétendait dans un billet publié sur son blog que le prix de l’immobilier chinois n’est finalement pas si astronomique qu’il n’y paraît, je lis que son article est une « invite aux briques » (邀砖 yāozhuān – de 邀 yāo, « inviter » et 砖 zhuān, « brique »), entre guillemets dans le texte.
C’était la première fois que je rencontrais cette expression, qui n’est citée ni dans le Zdic, ni dans Iciba, et j’avais un peu de mal à l’analyser. Le ton utilisé et l’emploi des guillemets dans le billet critique me laissent supposer que l’on ne fait pas au sieur en question des compliments !
J’interroge autour de moi mon assistante, ma douce et tendre Emilie et ma grande copine Meiling, mais aucune d’entre elles ne connaît le dissyllabe.
Je passe des jours entiers à rechercher sur le web chinois la définition du syntagme, en vain. Je passe mes nuits à parcourir les dictionnaires sinologiques innombrables qui encombrent les rayons de ma bibliothèque, sans plus de résultat.
Nous avons évidemment affaire ici au langage abscons des internautes des « neuf régions » (c’est la traduction qui me vient à l’esprit que je pense à l’expression 九州 jiǔzhōu, qui est l’un de nombreux mots qui servent à désigner la Chine) !
J’avais d’abord pensé qu’il fallait comprendre cette expression comme signifiant « chercher des histoires », ou encore « se mettre volontairement en position délicate » (邀砖 devant être compris dans ce cas comme signifiant « convier à ce que l’on vous jette des briques »).
Même les forumeurs sinisants du Wordreference, dûment sollicités par mes soins, sont perplexes.
Et puis aujourd’hui, après une dernière tentative que je croyais sans espoir, soudain, l’illumination (enfin, je crois) : 邀砖 yāozhuān semblerait être une subtile référence au proverbe 抛砖引玉 pàozhuān yǐnyù : jeter une brique pour attirer un jade, qui peut se comprendre « dire des idioties pour induire son interlocuteur à livrer ses trésors de sagesse »… ou quelque chose d’approchant.
邀砖 yāozhuān pourrait donc signifier « solliciter humblement des avis contradictoires ». Je trouve effectivement cette expression utilisée par des personnes qui soumettent qui leurs photos, qui leurs poèmes, à leurs co-forumeurs pour solliciter leurs commentaires.
Les internautes chinois sont parfois bien espiègles…

Publicités
Cet article, publié dans Langue populaire et argotique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s