Rien à voir : Ran

Je suis en train de me remettre sérieusement au japonais, et du coup, mon intérêt pour le Japon sous tous ses aspects redouble. Il est donc à prévoir dans les semaines, voire les mois qui viennent, que quelques billets de la série « Rien à voir » auront pour thème le Japon.
Ce billet-ci, je le consacre à un film d’Akira Kurosawa (黑泽明 [hēizé míng] ; 黑泽 [hēizé] est le patronyme, Kurosawa, 明 [ming] est le prénom, Akira) que j’ai revu il y a peu : Ran (乱 [luàn], prononcé en japonais « ran », qui signifie en chinois « désordre », et en japonais, d’après mon dico japonais-anglais préféré, ici, « révolte, rébellion, guerre »).
Voyons déjà quelques-unes des personnes impliquées dans ce chef-d’œuvre :
Akira Kurosawa signe le scénario avec Hoguni Hideo (小国英雄 [xiǎoguó yīngxióng] ; 小国 [xiǎoguó] est le patronyme, Hoguni), Ide Masato (井手雅人 [jǐngshǒu yǎrén], 井手 [jǐngshǒu] est le patronyme, Ide) et… William Shakespeare ([威廉·莎士比亚 [wēilián shāhsibǐyà], appelé le plus souvent « Shakespeare » tout court, 莎士比亚 [shāshìbǐyà], par les Chinois]). Le scénario s’inspire en effet directement de la pièce Le Roi Lear (《李尔王》 [lǐěrwáng]). Ce n’est pas la seule pièce du dramaturge anglais dont s’est inspiré Kurosawa, puisqu’un autre de ses fils, Le Château de l’ araignée (《蜘蛛巢城》 [zhīzhū cháochéng]) s’inspire lui de McBeth (《麦克白》 [màikèbái]).
Les principaux acteurs jouant dans Ran sont : Tatsuya Nakadai (que nous avons déjà cité ici dans le billet consacré à Harakiri), dans le rôle du père, Hidetora Ichimonji (一文字秀虎 [yīwénzì xiùhǔ], le patronyme est Ichimonji 一文字 [yīménzì]) ; Akira Terao (寺尾聪 [sìwěi cóng], le patronyme est 寺尾 [sìwěi], Terao) ; Yoshiko Miyazaki (宫崎美子 [gōngqí měizǐ], patronyme Miyazaki 宫崎) (dans le rôle de la méchante, Dame Sue) ; Daisuke Ryu (隆大介 [lóng dàjiè], patronyme Ryu 隆), etc.
L’histoire se passe pendant la période (japonaise) des Royaumes Combattants (战国时期 [zhànguó shíqī]) (qui dura au Japon de 1467 à 1568 environ). Le vieux seigneur, âgé, décide de partager son fief (领地 [lǐngdì]) entre ses trois fils, afin de pouvoir passer tranquillement ses vieux jours. Si les deux premiers fils acceptent sans problème cette décision, ce n’est pas le cas du troisième, Saburo, qui pense que l’idée est mauvaise. Du coup, le troisième est exilé.
Alors qu’il s’apprête à couler des jours heureux, le vieux seigneur est trahi par ses deux premiers fils, qui n’hésitent pas à combattre contre lui. Hidetora est défait, et se retrouve finalement seul, abandonné de tous, sauf de son bouffon (伶人 [língrén]). Il sombre dans la folie.
Quand Saburo, qui s’est réfugié chez un autre seigneur, apprend le sort de son père, il vient exiger de son deuxième frère (l’aîné a entre-temps été assassiné par le deuxième) qu’il lui confie son père, dont il veut s’occuper. S’ensuit une bataille à la suite de laquelle le deuxième frère est défait. Un autre seigneur profite de la débâcle pour s’emparer du château du clan.
Saburo, qui a retrouvé son père, est tué par un mousquetaire embusqué (火枪手 [huǒqiāngshǒu] – notez que c’est aussi ce mot qui est utilisé dans la traduction de Chine continentale du roman Les trois mouquetaires – 《三个火枪手》 [sānge huǒqiāngshǒu] d’Alexandre Dumas père – en chinois 大仲马 [dàzhòngmǎ] ; à Taiwan, le titre du roman a été traduit par 《三剑客》 [sānjiànkè], littéralement « les trois escrimeurs »). Le père meurt d’une crise cardiaque sur la dépouille de son fils, et c’est la fin du clan Ichimonji.
Ce film est l’un films japonais à voir absolument. Il a bénéficié d’un énorme succès dans de nombreux pays. Notez aussi pour l’anecdote que c’est l’un des films qui a coûté le plus cher dans l’histoire du cinéma japonais, puisque son prix de revient a été de 2,4 milliards de yen (日元 [rìyuán] – notez qu’ en japonais, le mot « yen » s’écrit 円, qui se prononce [en], et qui correspond en fait au caractère chinois 圆 [yuán], que l’on trouve encore, dans sa graphie traditionnelle 圓 sur les billets de banque de Taïwan, par exemple, en lieu et place du 元 [yuán] continental.)
Je me suis appuyé pour ce billet sur l’article que Baidu consacre ici à Ran (je vous donne ici la version pdf dudit billet). C’est également de cette page que vient l’image ci-dessous.
ran

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s