Caractères (83/3992) : 无/無

Notre quatre-vingt-troisième sinogramme, 无 [wú], classé dans les dictionnaires chinois sous le radical « un » (一) brille par sa simplicité à la fois graphique (seulement quatre traits) et sémantique : en effet, il est simplement à 有 ce que 不 est à 是. Je m’explique : il s’agit tout simplement d’une négation, il signifie « ne pas, ne pas avoir ». C’est en quelque sorte la forme littéraire de 没有 [méiyǒu].
Je dis « littéraire », parce que 无 n’est presque jamais utilisé seul comme particule négative à l’oral. En revanche, on rencontre 无 dans de très nombreux mots en deux caractères ou plus, ou dans des idiotismes et autres proverbes. Citons par exemple : 无非 [wúfēi] : rien que, seulement, rien de plus que, ou encore 无所事事 [wúsuǒ shìshì] : se tourner les pouces, n’avoir rien à faire. La double numérotation du présent billet signifie que 无 est une graphie simplifiée. C’est effectivement celle de l’idéogramme que l’on rencontre sous la forme 無 (radical du « feu » en position inférieure 灬, 12 traits au total) dans les documents rédigés en graphie traditionnelle. C’est à peu près tout ce que j’ai à dire sur 无. Nous enchaînerons sur 情 à l’épisode suivant.

Digression : Je saisis l’opportunité qui m’est donnée par la brièveté du présent billet et le caractère exemplaire du sinogramme qui lui est consacré, pour taper virtuellement du point sur la table et asséner sans pitié aux faux sinologues, sodomites insectophiles et autres adaptes de l’onanisme intellectuel, qu’ils soient de type eurasien ou asiatique, ce qu’ils méritent, à savoir, comme diraient nos amis Ibériques, « un pichazo en los huevos », ou, si vous préférez « una patá en los cojones ».
On rencontre en effet sur la rive orientale du détroit de Formose ou encore dans l’ancienne enclave britannique du continent chinois, voire dans les couloirs sentant un peu le renfermé et le bobo de certaines facs parisiennes, des individus prenant un air outré lorsque l’on ose mettre sous leurs yeux prudes des sinogrammes dits « simplifiés ». Les moins virulents vous expliqueront que : c’est premièrement un véritable viol inacceptable et inqualifiable de la Culture chinoise ancestrale ; deuxièmement, que cela complexifie plus que ne simplifie l’apprentissage de l’écriture chinoise en raison de l’absence de repères graphico-étymologiques ; troisièmement, que cela constitue une atteinte à l’esthétique scripturale la plus élémentaire….
Si vous tombez sur l’un de ces désagréables quidams, peut-être pourrez-vous lui signaler que les sino-communistes n’ont (jamais ?) rien inventé, et surtout pas les caractères simplifiés. Une preuve ? Et bien le caractère 无, justement, présenté par d’aucuns comme une aberration graphique, n’a pas été inventé dans les années 50 par des paysans rustres et incultes, mais apparaît déjà comme variante graphique de 無 dans la célébrissime stèle de Yi Ying (乙瑛碑 yǐ yīng bēi), que les spécialistes datent de l’an 15 de notre ère, à l’époque des Han orientaux ! Je suggère aux sceptiques de placer ici le curseur de leur rongeur virtuel et de cliquer pour accéder aux différentes calligraphies de ce sinogramme (une fois sur la page, cliquez en particulier sur l’onglet 隶书). Les curieux pourront quant à eux lire ici des informations relatives à ladite fameuse stèle. Et les exemples similaires pourraient être multipliés à l’infini pour bon nombre d’autres sinogrammes simplifiés ! Non, mais !
(Quel plaisir de se défouler par clavier interposé… :D)

Publicités
Cet article, publié dans Caractères, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Caractères (83/3992) : 无/無

  1. Daming dit :

    Oh, il y a quelqu’un qui a du être très désagréable ! En tout cas la réponse a le mérite d’être claire…

  2. Daming dit :

    Oh, il y a quelqu’un qui a du être très désagréable ! En tout cas la réponse a le mérite d’être claire et bien argumentée…

  3. Steph dit :

    Le néophyte dans l’apprentissage du chinois que je suis apprécie tout autant les explications sur ce caractère que le coup de douze qui le suis ^_^

  4. Steph dit :

    Autodidacte du chinois, je me délecte et me rends compte de ma grande ignorance en lisant tout vos billets. J’ai repris un à un la lecture des caractères et je cherche, je cherche et ne trouve point le numéro 54 ^_^ Est ce normal ? Suis je miraud
    Stéph

  5. KG dit :

    « …Citons par exemple : 无非 [wúfēi] : sauf si, à moins que,… »

    Vous faites erreur, 無非 signifie « rien que, pas plus que, seulement, simplement,… ».
    http://www.zdic.net/c/0/99/173458.htm

    Peut-être que vous confondez avec 除非 mais je ne vois pas de lien graphique ou phonétique entre 無 et 除.
    http://www.zdic.net/c/4/13f/309671.htm

    • pascalzh dit :

      Vous avez raison, il s’agit d’une erreur, il y a une confusion avec 除非. C’est probablement une faute d’inattention, je corrige.
      无非 signifie « il n’y a rien qui ne soit ». On trouve assez souvent ces constructions avec deux négations qui se succèdent et qui s’annulent. Le but visé est d’insister sur l’affirmation. Par exemple : 没有人不爱美 : il n’y a personne qui n’aime pas la beauté = tout le monde aime la beauté

  6. KG dit :

    Il me semble que votre vision de ce caractère est erronée.

    無 signifie « sans » !

  7. KG dit :

    Merci de votre réponse.

    Si, comme vous le dites, 無 ne signifie pas « sans », comment expliqueriez-vous le fait que l’on puisse le traduire par « sans » naturellement et facilement dans la quasi totalité des termes où il apparait ?

    Voici quelques exemples ;

    無不 : sans exception
    無主 : sans propriétaire
    無鼻 : sans nez
    無比 : sans comparaison
    無邊 : sans bornes
    無償 : sans payer
    無恥 : sans vergogne
    無敵 : sans rival
    無度 : sans mesure
    無端 : sans motif
    無辜 : sans crime
    無故 : sans raison
    無關 : sans rapport avec
    無稽 : sans fondement
    無盡 : sans limites
    無菌 : sans microbe
    無賴 : sans vergogne
    無量 : sans bornes
    無聊 : sans intérêt
    無名 : sans nom
    無能 : sans capacité
    無情 : sans émotion
    無窮 : sans limite
    無趣 : sans intérêt
    無上 : sans rien au dessus
    無聲 : sans son
    無視 : sans regarder
    無數 : sans calcul
    無私 : sans intérêt personnel)
    無謂 : sans signification
    無暇 : sans temps libre
    無限 : sans limite
    無效 : sans effet
    無邪 : sans malfaisance
    無疑 : sans aucun doute
    無意 : sans intention
    無垠 : sans bornes
    無知 : sans connaissance
    無阻 : sans obstacle
    無乳 : sans lait
    無乳頭 : sans mamelle
    無雲的 : sans nuages
    無交易 : sans transaction
    無代價 : sans considération
    無代碼 : sans code
    無價值 : sans valeur
    無休止 : sans fin
    無傷的 : sans blessure
    無伴的 : sans compagnon
    無體的 : sans corps
    無花果 : fruit sans fleur
    無人機 : avion sans pilote
    無人性 : sans humanité
    無神論 : sans idée de Dieu
    無數次 : sans avoir calculé
    無條件 : sans condition
    無尾熊 : ours sans queue
    無線電 : sans fil électrique
    無性系 : sans lien naturel
    無政府 : sans gouvernement
    無裨於事 : sans utilité pour l’affaire
    無地自容 : sans endroit où se caser
    無動於衷 : sans s’émouvoir
    無法無天 : sans foi et sans loi
    無家可歸 : sans domicile
    無精打采 : sans vigueur ni vivacité
    無濟於事 : sans aide
    無孔不入 : sans trou où on n’entre pas
    無能為力 : sans pouvoir agir
    無期徒刑: réclusion criminelle sans période
    無傷大雅 : sans porter atteinte à l’ensemble
    無聲無臭 : sans bruit et sans odeur
    無事生非: sans affaire provoquer des querelles
    無時無刻 : sans cesse
    無始無終 : sans début et sans fin
    無所適從 : sans saint auquel se vouer
    無憂無慮 : sans aucun doute
    無緣無故 : sans motif sérieux
    無與倫比 : sans pareil
    無丈夫的 : sans mari
    無爭議的 : sans conteste
    無親屬的 : sans famille
    無親戚的 : sans famille
    無病呻吟 : gémir sans être malade
    無產階級 : classe sans production
    無惡不作: ne rien faire sans commettre de crime
    無軌電車 : train électrique sans rail
    無價之寶 : trésor sans prix
    無可奈何 : êtresans moyen
    無所事事 : vivre sans rien faire
    無懈可擊 : attaquersans relâche
    無親和力的 : sans affinité
    無代表權的 : sans représentation

    • pascalzh dit :

      Je ne dis pas que 无 ne signifie pas « sans », je dis, je répète et j’insiste, que vous vous trompez quand vous voulez à toute force, en torturant à l’envi la syntaxe et la morphologie du chinois, réduire chaque sinogramme à un sens unique.

  8. Silouane dit :

    Ma première prof de chinois, étudiante dans les années 40 en Chine, nous expliquait que les étudiants utilisaient des caractères simplifiés dans leurs prises de note à l’Université comme une sorte d’abréviation.Elle concluait : « Les communistes n’ont rien inventé! ».

    • pascalzh dit :

      La simplification des caractères est très, très ancienne.
      On a des phénomènes de simplification dès l’époque du passage du 篆书 au 隶书, c’est-à-dire à l’époque des Han
      La plupart des caractères simplifiés utilisés aujourd’hui en Chine pop se retrouvent sur des stèles anciennes.
      De plus, les Taiwanais eux-mêmes utilisent, en écriture manuscrite, des caractères simplifiés (je pense par exemple au caractère japonais の très couramment utilisé à la place de 的, ou encore au sinogramme 伩 qui remplace 信.
      La plupart des Taiwanais (ou Hongkongais) qui s’insurgent contre la simplification des caractères chinois par les communistes, sont soit ignorants, soit de mauvaise foi 🙂

  9. Decebal dit :

    Je réagis aux interventions de KG : chercher dans la langue chinoise un principe unique, une constante qui explique tout , une pierre philosophale est à mon avis une chimère.

    Ce qui peut rassurer dans un premier temps, en fait perdre ( du temps ) dans un second.

    Heureusement qu’il y à une certaine logique « unificatrice » derrière un bon nombre de caractères, mais heureusement aussi que cette logique est constamment bafouée.

    • KG dit :

      Merci pour votre participation.

      Oui, en effet, l’étude des caractères pour en retrouver la logique fera perdre beaucoup de temps à celui qui souhaite seulement apprendre le chinois (ou le japonais).
      C’est normal puisque apprendre une langue signifie que l’on prend en mémoire ce qui se dit déjà officiellement.

      Par contre découvrir, ce qui n’a apparamment jamais été découvert auparavant c’est tout autre chose.

      Je ne peux pas non plus être d’accord avec vous sur le fait que la pierre philosophale est une chimère puisque j’ai déjà retrouver quelques fragments et ai pu commencé à les rassembler.
      Pour voir les débuts de cette reconstitution je vous invite à consulter mon blog.

      Pourquoi « heureusement » que la logique des caractères est « bafouée ».
      C’est plutôt dommageable pour tout les apprenants.
      Ce qui est heureux c’est de pouvoir retrouver cette logique, non ?

      En ce qui concerne le caractère 無, quelle est votre opinion à ce sujet ?
      Est-ce que, comme moi (après avoir lu l’article que je lui consacre sur mon blog), vous pensez que son unique et véritable signification est « sans » ?
      Ou est-ce que, comme l’honorable auteur du blog ici présent, vous pensez que sa sémantique est pluriel, vague et indéterminée comme son article le suggère ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s