Caractères rares (3566) : 簋

Les sinisants amateurs d’archéologie, ou les archéologues sinophones, se doivent de maîtriser un certain nombre de caractères que l’on ne rencontre que dans les musées, les revues d’archéologie… ou chez quelques pédants qui veulent faire étalage de leur culture. En effet, pour chaque type d’objet un peu ancien, en bronze, en poterie ou en jade, la langue chinoise possède un caractère. Cela permet certes d’être précis sur ce dont on parler, mais cela encombre aussi les jeux de caractères des polices informatiques de quelques sinogrammes à l’utilité douteuse.
C’est justement le cas de l’idéogramme qui nous intéresse aujourd’hui : 簋. Prononcé [guǐ] et classé dans les dictionnaires chinois sous le radical du bambou (竹), 簋, fort de ses 17 traits, désigne spécifiquement un récipient à nourriture, à ouverture ronde et à anses, en bronze dans l’antiquité chinoise, mais repris en porcelaine aux époques ultérieures. Il pouvait parfois aussi être muni d’un couvercle.
Mais une image valant mieux qu’un long discours, je vous propose à la fin du présent billet la photo d’un gui, que j’ai empruntée sur un site taïwanais, ici.
L’archéologie chinoise vous passionne ? Je vous invite dans ce cas à revenir pour l’épisode 3567, au cours duquel nous verrons le sinogramme 觚.

Cet article, publié dans Caractères, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Caractères rares (3566) : 簋

  1. Ping : Art : Le gui du marquis Ce de Yi | Sinoiseries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s