Caractères (77) : 作

À première vue, le sinogramme 作, prononcé [zuò] et classé sous le radical de l’homme dans sa version latérale droite (亻), avec ses sept traits, n’est pas bien mystérieux. Par réflexe quasiment pavlovien, si vous me demandez ce que signifie ce signe, je vous réponds : « faire ». Mais à la réflexion, je me dis que « faire » peut aussi être traduit par 做, qui se prononce également [zuò], et qui fait également partie des caractères les plus courants de la langue chinoise (il est classé dans les 160 caractères les plus couramment utilisés en chinois moderne, c’est vous dire !). On voit donc bien que 作 et 做 sont sujets à discussion, et on comprendra sans mal que la distinction de l’usage de l’un ou de l’autre semble difficile. Pour ma part, j’ai cessé de me poser la question, et me contente d’utiliser par habitude l’un ou l’autre. C’est d’autant moins gênant qu’à l’oral, par définition, il n’y a pas de distinction possible. À l’écrit, quand j’ai un doute, je consulte mon dictionnaire, car les champs sémantiques des deux caractères ne se confondent pas.
Voyons cette fois dans quels sens 作 est le plus souvent utilisé (il faudra vous armer de patience pour lire le billet que je consacrerai à 做…) :
1. se mettre à, se lever. On pourra par exemple traduire la phrase 枪声大作 qiāngshēng dà zuò par : une violente fusillade éclata (le bruit nourri des fusils se mit à retentir) ;
2. se livrer à (une activité), travailler, comme dans 工作 gōngzuò : travail, travailler ;
3. procéder à, faire, comme dans 作战 zuòzhàn : faire la guerre, i.e. combattre ;
4. faire, produire un résultat. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter ce caractère dans un mot tel que 作恶 zuò’è : faire le mal ;
5. jouer le rôle de, prendre pour. On connaît par exemple le mot 作保 zuòbǎo : se porter garant (littéralement : « jouer le rôle de garant ») ;
6. créer, inventer, comme dans 写作 xiězuò : écrire, composer un écrit ;
7. œuvre (dans le sens de produit d’une création littéraire ou artistique). Le mot qui me vient à l’esprit est celui de 画作 huàzuò : tableau, peinture, que je trouve bien commode lorsque je veux, pour des raisons de style, utiliser un dissyllabe pour parler de l’œuvre d’un peintre ;
8. (pour simplifier les choses, 作est parfois utilisé en lieu et place de 做) ;
9. anciennement, désignait un atelier artisanal. Un atelier peut se dire en chinois moderne 作坊 zuòfǎng ;
10. se livrer à une activité.
J’ai bien conscience que ce billet ne vous sera que d’une aide limitée pour utiliser 作 à bon escient. J’en suis désolé, mais en matière de linguistique chinoise, c’est souvent l’expérience qui prévaut sur l’étude théorique…
Le soixante-dix-huitième caractère de notre série, 种, ne fait pas non plus partie des caractères les plus simples de la langue chinoise…

Cet article, publié dans Caractères, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Caractères (77) : 作

  1. Daming dit :

    Bonjour

    Article intéressant sur ce caractère passe partout, j’aurai rajouter un point sur 作为 peut être 😉

  2. Ping : Caractères (154) : 做 | Sinoiseries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s