Rien à voir (5) : Histoire Naturelle

Je viens de finir de me délecter d’un ouvrage dont j’avais déjà beaucoup entendu parler : l’Histoire Naturelle, de Pline l’Ancien. Ce qui m’intéressait avant tout, c’étaient les divers livres consacrés aux règnes animal (动物界 dòngwùjiè – 动物 dòngwù : animal ; 界 jiè : monde) et végétal (植物界 zhíwùjiè – 植物 zhíwù : végétal, n.m.), ainsi qu’au vin, mais en réalité, l’ensemble du livre est très intéressant. Je profite de l’occasion pour donner sur Sinoiseries un peu de vocabulaire relatif à Pline l’Ancien et à son époque.
Pline l’Ancien (普林尼 pǔlíní, parfois appelé 老普林尼 lǎopǔlínní pour le distinguer de son neveu Pline le Jeune 小普林尼 xiǎopǔlinní, qui fut aussi son fils adoptif 养子 yǎngzǐ) est un personnage de la Rome antique (古罗马 gǔluómǎ), né en l’an 23 ou 24 de l’ère chrétienne (公元 gōngyuán) et mort en 79 lors de la fameuse éruption du Vésuve (维苏威火山大爆发 wéisūwēi huǒshān dàbàofā – 维苏威火山 wéisūwēi huǒshān : le Vésuve ; 火山 huǒshān : volcan ; 爆发 bàofā : exploser, explosion, éruption), qui provoqua la destruction de la ville de Pompéi (庞贝城 pángbèichéng).
Pline était membre de la classe équestre (骑士阶层 qíshì jiēcéng – 骑士 qíshì : cavalier, chevalier ; 阶层 jiēcéng : niveau, strate ; la « classe » sociale au sens marxiste du terme se dit 阶级 jiējí, comme dans 物产阶级 wúchǎn jiējí), grand ami de l’empereur Titus (提图斯 títúsī), et nommé ensuite par l’empereur Vespasien (韦斯帕西安努斯 wěisīpàxī’ānnǔsī) à de hautes fonctions.
Pline l’Ancien est surtout connu pour son ouvrage encyclopédique (百科全书 bǎikē quánshū : encyclopédie) traitant de tous les aspects du monde naturel, intitulé Histoire Naturelle (titre traduit en chinois assez littéralement par 《自然史》 zìránshǐ ; on trouve aussi le titre 《博物志》 bówùzhì, littéralement « chronique sur l’ensemble des choses », qui reflète mieux le contenu de l’ouvrage).
On lui doit encore un traité intitulé L’Art de lancer le javelot à cheval (《关于骑兵投掷长矛》 guānyú qíbīng tóuzhì chángmáo : 骑兵 qíbīng : cavalier, cavalerie ; 投掷 tóuzhì : jeter, lancer ; 长矛 chángmáo : lance, javelot). Pline avait en effet suivi une carrière militaire, comme tous les Romains de sa caste, en servant dans la cavalerie romaine (notez au passage que les légions romaines sont appelées en chinois 罗马军团 luómǎ jūntuán et que notre Légion Étrangère se dit en chinois 外籍兵团 wàijí bīngtuán ; 外籍 wàijí : nationalité étrangère). De ses campagnes chez les Germains (日耳曼人 rìěrmànrén), il a tiré la matière de son ouvrage Les Guerres de Germanie (《在日耳曼的战争》 zài rìěrmànde zhànzhēng) en vingt livres, ainsi que d’autres ouvrages qui sont cités par Wikipedia (ici), mais pas par Baidu (qui consacre ici un article à Pline l’Ancien) (je n’ai donc pas les titres en chinois, désolé !).
Pour illustrer ce billet, je vous propose ci-dessous la couverture de l’anthologie publiée dans la collection Folio classique.

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s