Caractères (4) : 了

(Ce billet est la version légèrement amendée du billet éponyme précédemment publié sur la version .com de Sinoiseries.)
S’il est un caractère qui pose des problèmes au sinisant novice, c’est bien ce 了, prononcé le ou liǎo, cause de discussions enfiévrées et passionnées chez les sinogrammairiens en herbe, de nuits blanches pré-partielles chez les étudiants des Langues’O et autres lieux de haute torture dans lesquels on cherche à faire entrer dans les crânes des descendants des Gaulois les rudiments de la langue de Mao, et de chaudes larmes post-partielles chez les malheureuses et malheureux qui n’auraient pas compris l’emploi subtil de cette traîtresse particule grammaticale, ou, si vous préférez l’exotisme, de ce mot-vide insaisissable, et qui se voient à cause de cela obligé(e)s de redoubler leur première année d’études sinologiques (comme cela faillit être mon cas !).
了 est donc un « caractère à prononciation multiple » (多音字 duōyīnzì), comme on dit à l’ouest du détroit de Taiwan, ou « à prononciation cassée » (破音字 pòyīnzì), dira-t-on plutôt à Formose. Il se prononce, selon le cas, soit liǎo, soit le.
Évacuons d’abord la partie liǎo, qui est la moins problématique.
Prononcé liǎo, 了 peut avoir les sens suivants :
1. « comprendre », dans des expressions telles que 一目了然 yīmùliǎorán, signifiant « comprendre au premier coup d’oeil », ou encore 了如指掌 liǎorú zhǐzhǎng : « connaître comme sa poche » (comme ses doigts et ses paumes, dit-on dans le texte) ;
2. « terminer, achever », comme dans 了结 liǎojié : terminer, mener à bien (ne pas confondre avec un quasi-homonyme : 了解 liǎojiě, qui signifie justement « comprendre ») ;
3. employé comme particule après un verbe, il exprime la capacité quand il suit 得 de : 吃得了 chīdeliǎo : pouvoir manger (dans le sens d’être capable d’ingérer), ou l’impossibilité lorsqu’il suit 不 bù : 吃不了 chībuliǎo : ne pas pouvoir manger (quand on a eu les yeux plus gros que le ventre, par exemple) ;
4. enfin, employé avant ou après 得 dé ou 不得 bùdé, il exprime une situation qui sort de l’ordinaire ou d’une gravité exceptionnelle. Quand ma douce et belle Émilie veut par exemple faire peur à notre petit Léo et le prévenir de la propbabilité d’une douleur cuisante au bas du dos dès le retour de son géniteur après une bêtise gravissime, elle commencera probablement sa phrase exclamative par un retentissant « 不得了! » (qui ne se traduit pas) suivi de la menace : « 等爸爸来了,你就知道了! » (que l’on pourrait rendre assez bien par « Tu vas voir quand ton père rentrera ! ».
L’emploi de 了 prononcé liǎo ne présente donc a priori pas de difficulté majeure. Une petite remarque, histoire d’épicer un peu les choses : en chinois traditionnel, 了 liǎo peut être écrit simplement 了, mais aussi, pour les amateurs de complications sinographiques, 瞭. Notons que l’usage de la version complexe n’est en rien obligatoire, elle est laissée à l’appréciation arbitraire de l’auteur.
C’est quand 了 est prononcé le (au ton neutre) que les choses se compliquent. Dans ce cas (vous êtes prié de retenir votre respirsation) : on peut le trouver soit (1) directement après le verbe, « marquant l’accomplissement d’une action », dixit le Petit Dictionnaire Chinois-Français de Weng Zhongfu, déjà cité sur Sinoiseries, soit (2) en fin de phrase, et c’est alors une « particule modale ìndiquant l’apparition d’une nouvelle situation, ou qu’un fait s’est produit, ou que quelque chose se produira inévitablement, ou, dans une phrase impérative, ìndiquant que l’on incite quelqu’un à faire une action ou à ne pas le faire, ou marquant un degré très élevé », dixit en substance le dictionnaire susmentionné. Pour simplifier les choses, 了 peut être employé deux fois dans la même phrase, respectivement dans les emplois (1) et (2) (utilisation que je numéroterai (3)) , voire employé après un verbe en fin de phrase, jouant alors en même temps le rôle de particule verbale et de particule modale (4). (Vous pouvez respirer !)
Exemples de ces diverses emplois :
(1) 他买了一台电视机 tā mǎile yītái diànshìjī : Il a acheté un poste de télévision.
(2) 星期日上午我去看朋友了 xīngqīrì shàngwǔ wǒ qù kàn péngyoule : Dimanche matin je suis allé voir un (des ?) ami(s ?).
(3) 我买了一台电视机了 wǒ mǎile yītái diànshìjī le : J’ai (enfin, finalement) acheté un poste de télévision.
(4) 水开了 shuǐ kāile : L’eau bout !
Ne cherchez pas à comprendre les subtilités d’emploi de la particule 了 en lisant les traductions ! La peine serait vaine !
Pour être complet et ne pas être trop simple, notons aussi que 了 employé dans le sens de le est aussi prononcé liǎo lorsque l’on déclame un poème, et souvent dans les paroles des chansons.
L’utilisation de cette particule pose réellement problème, et j’ai bien peur que les analyses grammaticales les plus exhaustives ne vous soient pas d’une très grande utilité pour apprendre à utiliser cette particule de façon fluide. Là encore, seule la longue et lente et patiente et quotidienne pratique du chinois vous permettra peut-être un jour, si les dieux vous sont favorables, de l’employer sans trop hésiter et, finalement, sans même vous en rendre compte.
Le prochain épisode sera plus narcissique, puisqu’il y sera question du caractère 我 wǒ.

Cet article, publié dans Caractères, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s